• Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • DES CONSEILS ET DES IDÉES POUR RETROUVER LE PLAISIR DE MANGER SANS FRUSTRATION.

    assietteantidiabete

    Le Livre « L’ASSIETTE ANTI-DIABÈTE », proposé par Hachette vient de paraître.
    Réalisé par Alexandra Retion,  diététicienne-nutritionniste et Jean-François Rousseau, votre Blogueur Culinaire,
    il est disponible dans les meilleures librairies en ligne ou en magasins: Cultura, Fnac, Leclerc…
    Vous pouvez également l’acheter en ligne>>>  19€95 sur Amazon.fr

     

    En Collaboration avec Alexandra Retion, diététicienne-nutritionniste spécialisée dans l’accompagnement des personnes atteintes de diabète , j’ai participé à ce livre de recettes et de conseils pour vivre mieux grâce à une alimentation saine et adaptée à chaque type de diabète.

    POURQUOI « ANTI-DIABÈTE » ?

    Non,  ce n’est pas pour guérir du diabète , ni pour faire un régime contraignant !
    mais pour trouver:

    • des conseils pour mieux gérer son diabète
    • des idées de plats pour faire ou se faire plaisir
    • des astuces pour manger équilibré
    • des informations pour mieux connaître le diabète …

    Bien manger pour vivre mieux !

    Ce livre s’adresse aux diabétiques mais aussi à leurs proches qui veulent leur faire plaisir et à tous ceux qui souhaitent manger sainement et éviter des risques de diabète de type 2 liés à une mauvaise alimentation.

     

    L’ASSIETTE ANTI-DIABETE


    60 recettes
    Plus de 30 fiches techniques
    Des témoignages,…

    Broché: 192 pagesEditeur : Hachette Pratique (29 mars 2017)
    Auteurs: Alexandra Retion et Jean François Rousseau
    Photos: Aline Princet
    Stylisme: Isabelle Brouant
    Acheter en ligne sur Amazon:
    L’Assiette Anti-diabète : 19€95

    A la Fnac: cliquez-ici

    assiette-anti-diabete

    Merci à Hachette de m’avoir fait confiance pour ce livre et à Alexandra de m’avoir accompagné pour mieux adapter les recettes.
    Les petits plats proposés sont dans lignée de ceux que je mets déjà sur le site recette-pour-diabetique.com,  mais avec en plus, une jolie présentation proposée par Aline Princet et Isabelle Brouant.
    Ces recettes sont celles que je propose à ma fille diabétique de Type 1 et ont été adaptées pour convenir aussi aux diabétiques de type 2 et aux mamans ayant un diabète gestationnel.
    On y trouve les apports en glucides et de nombreux aliments à IG bas mais aussi de nombreux conseils permettant de mieux gérer son assiette en privilégiant certains aliments, et des informations pour mieux connaître les différents type de diabète

    Jean-françois Rousseau

    Pour connaître Alexandra Retion:  www.diet-paris.fr

    Quelques images:

     
    Nom
    L'assiette anti-diabète
     
    à propos
    Conseils pratiques et recettes autours du diabète
     
    Prix
    EUR 19.95
    Disponibilité
    voir sur le site
     
     
    http://www.recette-pour-diabetique.com/lassiette-anti-diabete/ 
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Nicorette Fruits 4 mg sans sucre, gomme à mâcher médicamenteuse édulcorée au xylitol et à l'acésulfame potassique - Laboratoire Johnson & Johnson Santé Beauté France - Rappel de lot

    21/07/2017
     

    MED17 / A034

    Le Laboratoire Johnson & Johnson Santé Beauté France procède, en accord avec l'ANSM et par mesure de précaution, au rappel du lot mentionné ci-dessous de la spécialité NICORETTE FRUITS 4 mg SANS SUCRE, gomme à mâcher médicamenteuse édulcorée au xylitol et à l'acésulfame potassique, boite de 105 gommes (CIP 34009 371 007 3 1) :

    • Lot AJ881 - péremption 05/2020

    Ce rappel fait suite à la détection d'une erreur sur le texte du blister : le dosage de nicotine imprimé est 2 mg au lieu de 4 mg. Les autres informations sur le blister, l’étui et la notice sont conformes. Les gommes dans le blister sont dosées à 4 mg.

    Niveau de rappel :   Circuit de distribution pharmaceutique et Officines

    Pour toute question concernant l'information médicale, merci de contacter le service consommateurs

    • 00 800 260 260 00 (France Métropolitaine)
    • +33 1 55 00 38 00 (hors France Métropolitaine).

     

    http://ansm.sante.fr/S-informer/Informations-de-securite-Retraits-de-lots-et-de-produits/Nicorette-Fruits-4-mg-sans-sucre-gomme-a-macher-medicamenteuse-edulcoree-au-xylitol-et-a-l-acesulfame-potassique-Laboratoire-Johnson-Johnson-Sante-Beaute-France-Rappel-de-lot

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • REUTERS | LE 30/06/17 À 15:13

     

    ROCHE GSRoche achète une application de contrôle du diabète | Crédits photo : Roche

    ZURICH, 30 juin (Reuters) - Roche a annoncé vendredi l'acquisition de mySugr, une application de surveillance du diabète, une opération illustrant l'engouement des laboratoires pharmaceutiques pour les services numériques individualisés dans le domaine de la santé.

    Le montant de la transaction n'a pas été précisé.

    Entreprise non cotée installée à Vienne, mySugr propose une application pour terminaux mobiles disponible dans 52 pays et permettant de contrôler son taux de sucre dans le sang, de suivre ses traitements et de vérifier son niveau d'activité. Ces informations peuvent ensuite être partagées avec le médecin traitant via un courriel.

    Elle collabore avec Roche depuis 2014 et a bénéficié de financements du laboratoire suisse.

    Avec cette acquisition, Roche compte se renforcer dans le diagnostic du diabète, une activité dans laquelle la forte concurrence par les prix ces dernières années a entraîné un ralentissement de la croissance des ventes, qui a alimenté à son tour les rumeurs prêtant au laboratoire l'intention de renoncer à cette activité.

    Roche assure au contraire vouloir développer cette entité.

    "Cet investissement reflète notre attachement à notre activité dans le diabète", a déclaré une porte-parole de Roche vendredi. (John Miller; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)



     

    https://investir.lesechos.fr/actions/actualites/roche-achete-une-application-de-controle-du-diabete-1688947.php?xtor=RSS-24

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L'accident ischémique transitoire (AIT), ou attaque cérébrale, est un mini-accident vasculaire cérébral (AVC). C'est aussi un signe avant-coureur du véritable accident vasculaire cérébral, et de l'infarctus du myocarde... à moins de prendre certaines mesures au quotidien.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • moules-roquefort

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Si les accouchements peuvent aujourd'hui se dérouler dans une ambiance détendue, c'est parce que le personnel possède un savoir-faire médical. Un savoir-faire dont les bases ont été jetées il y a 300 ans, à l'initiative d'une femme de caractère : Mme du Coudray.

    Par la rédaction 

    Rédigé le 14/07/2017

    Voir la vidéo sur d'Allodocteurs.fr

    Histoire de la médecine : madame du Coudray, la première sage-femme     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire

  • BÂLE, Suisse, June 9, 2017 /PRNewswire/ --

    Ascensia Diabetes Care a annoncé aujourd'hui avoir conclu une alliance stratégique en signant un accord de développement avec Insulet Corporation (NASDAQ : PODD), le leader de la technologie de pompe à insuline sans tubulure avec son système de gestion de l'insuline Omnipod® (le système Omnipod). En vertu de cet accord, le système de contrôle de la glycémie (BGMS - blood glucose monitoring system) CONTOUR®NEXT ONE d'Ascensia se connectera au système Omnipod de nouvelle génération d'Insulet (le système Omnipod Dash), qui est en cours de développement. La connexion transparente du BGMS CONTOUR®NEXT ONE avec le système Omnipod Dash fournira aux personnes atteintes de diabète un système d'injection d'insuline en continu innovant afin de gérer leur maladie, optimisé par des mesures de la glycémie exceptionnellement précises.

     

    Le BGMS CONTOUR®NEXT ONE se synchronisera, via Bluetooth Low Energy (BLE), avec le Personal Diabetes Manager Omnipod Dash™ (Omnipod Dash™ PDM) afin de transmettre automatiquement les mesures de la glycémie d'une personne directement au sein du système. Ces mesures seront utilisées par le PDM Omnipod Dash pour calculer la dose d'insuline et soutenir une injection d'insuline extrêmement précise pour les personnes atteintes de diabète. En vertu de cet accord international non-exclusif, Insulet développera et demandera l'autorisation de mise sur le marché du PDM Omnipod Dash, avec la collaboration d'Ascensia Diabetes Care qui fournira le glucomètre CONTOUR®NEXT ONE et les bandelettes de test CONTOUR®NEXT.

    « Nous sommes ravis de conclure cet accord qui associe les technologies innovantes de nos deux entreprises », a déclaré Michael Kloss, PDG d'Ascensia Diabetes Care. « L'intégration de notre système BGM avec le système de pompe à insuline sans tubulure d'Insulet renferme un potentiel important pour aider les personnes à contrôler leur vie et leur diabète. Nous sommes heureux que notre système hautement précis ait été choisi pour fournir les données de glycémie cruciales qui seront utilisées par le PDM Omnipod Dash pour calculer les doses d'insuline des patients. »

    « Nous sommes ravis de travailler en partenariat avec Ascensia dans le cadre de nos efforts de développement sur notre plateforme de nouvelle génération Omnipod Dash. Ce partenariat va permettre à Insulet de conserver son avantage concurrentiel avec des produits véritablement innovants et différenciés », a commenté Shacey Petrovic, présidente et directrice de l'exploitation chez Insulet.

    Le BGMS CONTOUR®NEXT ONE a reçu l'approbation 510(k) de la FDA en novembre 2016 et s'est avéré être conforme aux exigences plus strictes en matière de précision de la Directive de la FDA relative aux BGMS en vente libre qui a été publiée en 2016. Dans une étude clinique, 95 % des résultats de glycémie obtenus avec le BGMS CONTOUR®NEXT ONE étaient conformes au résultat de référence de 8,4 mg/dL (0,5 mmol/L) ou 8,4 % pour les prélèvements sur le bout du doigt.[1]

    M. Kloss a ajouté : « Cette alliance constitue la prochaine étape dans notre objectif visant à fournir des solutions intégrées aux personnes atteintes de diabète. Nous sommes convaincus que la gestion du diabète intégrée représente l'avenir et sommes heureux de travailler avec des partenaires qui nous aideront à atteindre cet objectif ensemble. L'un des aspects de cela est la thérapie par pompe, domaine dans lequel nous nous sommes établis comme le partenaire de choix pour le contrôle de la glycémie. Nous sommes ravis qu'Insulet reconnaisse la valeur que le BGMS CONTOUR®NEXT ONE peut apporter aux utilisateurs de la plateforme de produits d'Omnipod. »

    Notes à l'intention des rédacteurs 

    À propos d'Ascensia Diabetes Care 

    Ascensia Diabetes Care est une société mondiale spécialisée dans le traitement du diabète, dont l'objectif est d'aider les diabétiques à mieux vivre leur maladie. Notre mission est de donner la possibilité aux diabétiques de mieux vivre leur maladie par la création de solutions innovantes qui simplifient et améliorent leur vie. Nous utilisons notre spécialisation dans le diabète et notre capacité d'innovation pour élaborer des solutions et des outils de haute qualité permettant aux diabétiques de constater quotidiennement une différence positive.

    Siège de la gamme de produits CONTOUR® relative aux systèmes de surveillance de la glycémie, dont la renommée est mondiale, nos produits associent une technologie ultramoderne à une fonctionnalité très simple à utiliser qui aident les diabétiques à gérer leur maladie. Nous nous engageons à poursuivre la recherche, l'innovation et le développement de nouveaux produits et solutions. Considérés comme un partenaire de confiance au sein de la communauté des diabétiques, nous collaborons étroitement avec les professionnels de la santé et d'autres partenaires afin de garantir que nos produits sont conformes aux normes les plus exigeantes en matière d'exactitude, de précision et de fiabilité, mais également que nous menons nos activités en toute conformité et intégrité.

    Ascensia Diabetes Care a été fondée en 2016 suite à la vente de Bayer Diabetes Care à Panasonic Healthcare Holdings Co., Ltd. Les produits d'Ascensia Diabetes Care sont vendus dans plus de 125 pays. Ascensia Diabetes Care compte environ 1 700 employés et opère dans 33 pays.

    Pour en savoir plus, veuillez consulter le site Internet d'Ascensia Diabetes Care à l'adresse : http://www.ascensia.com.

    À propos d'Insulet Corporation 

    Insulet Corporation (NASDAQ : PODD) est un fabricant de dispositifs médicaux novateurs qui se consacre à l'amélioration de la vie des personnes diabétiques. Insulet mise sur son système de gestion de l'insuline Omnipod pour accroître l'utilisation de la thérapie par pompe à insuline chez les personnes atteintes de diabète insulinodépendant. Le système Omnipod est une pompe à insuline sans tubulure révolutionnaire et facile d'utilisation qui fournit jusqu'à trois jours d'injection d'insuline de manière ininterrompue, sans la nécessité de voir ou de manipuler une aiguille.  La division Delivery Systems d'Insulet travaille également en partenariat avec des sociétés pharmaceutiques et de biotechnologie internationales dans le but d'adapter la plateforme technologique Omnipod pour l'administration de médicaments par voie sous-cutanée dans plusieurs domaines thérapeutiques. Fondée en 2000, Insulet Corporation est basée à Billerica, dans le Massachusetts. Pour tout complément d'information, veuillez consulter le site : http://www.myomnipod.com.

    © 2017 Ascensia Diabetes Care. Ascensia et Contour sont des marques de commerce et/ou des marques déposées d'Ascensia Diabetes Care. Toutes les autres marques déposées appartiennent à leurs propriétaires respectifs. L'utilisation de marques de commerce de tiers ne saurait constituer une approbation ou impliquer une relation ou autre affiliation.

    Références

    1. Christiansen et al. Poster présenté lors de la 15e assemblée annuelle de la Diabetes Technology Society, du 22 au 24 octobre 2015, Bethesda, Maryland.

    Pour tout complément d'information, veuillez contacter :
    Joseph Delahunty
    Ascensia Diabetes Care
    joseph.delahunty@ascensia.com
    Tél. : +41-61-560-8760


    SOURCE Ascensia Diabetes Care

    http://www.prnewswire.com/news-releases/ascensia-diabetes-care-annonce-une-alliance-strategique-avec-insulet-corporation-visant-a-connecter-le-bgms-contournext-one-et-le-pdm-omnipod-dash-627428223.html

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Bonjour,

    Les arnaques sur les étiquettes n’ont pas de frontières, et elles n’hésitent pas à surfer sur la vague du « fabriqué en France » lorsqu’il y a quelques euros de plus à faire. En cette veille de fête nationale, foodwatch se révolte contre les arnaques au « made in France », et vous dévoile dix exemples concrets.

    La cocarde du grand n’importe quoi revient à ces cornichons Charles Christ estampillés « bleu-blanc-rouge » accompagnés de la mention « conditionné dans le Loir-et-Cher ». Mais l’origine des légumes a de quoi surprendre : les cornichons cultivés en Inde ont en fait traversé la moitié de la planète avant d’arriver dans nos rayons.

    Cartes de France, drapeaux tricolores, logos fantaisistes, mentions diverses et variées… les marques rivalisent de créativité pour pousser les consommateurs à mettre la main au portefeuille. Ils savent bien que 9 personnes sur 10 sont prêtes à payer un peu plus pour consommer français. Or quand on se penche de plus près sur l’origine réelle des ingrédients, c’est souvent le flou artistique. foodwatch a ainsi débusqué dix exemples qui montrent que tous les rayons, et toutes les gammes sont concernés.

     

    Un aliment peut donc être constitué d’ingrédients aux origines lointaines (et souvent inconnues), tout en affichant fièrement un drapeau tricolore à l’avant de son emballage. C’est – malheureusement – tout à fait légal. Pour changer les règles du jeu, et contraindre les fabricants à donner des informations claires et accessibles à tous, soutenez les campagnes de foodwatch .

    Merci !


    P.S.: Au-delà de la question des ressources financières, votre inscription en tant que donateur(trice) mensuel(le) renforce notre rôle collectif . Plus nous serons nombreux, plus notre voix en tant que contre-pouvoir citoyen pèsera.

    Votre soutien est aussi la garantie de notre indépendance : foodwatch refuse toute subvention publique ou contribution d’entreprises qui pourraient présenter le moindre conflit d’intérêt. Ce sont vos dons réguliers qui rendent possibles nos actions. Cette indépendance fait notre force.

     

     info@foodwatch.fr

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • EXPERT TECH

    Marc Zaffagni

     

    Journaliste

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Âge, poids : certaines restrictions au don du sang peuvent surprendre. Décryptage avec le Dr Dominique Legrand de l'Etablissement français du sang.

    Si être en bonne santé semble une condition préalable raisonnable au fait de donner son sang, d'autres critères restrictifs fixés par le décret de janvier 2009 sont moins évidents. Explications avec le Dr Dominique Legrand, directrice de l'Etablissement français du sang en Rhône-Alpes.

    • Les règles qui visent à préserver la santé du donneur:

    Le donneur ne doit pas souffrir d'anémie, de diabète de type 1 ou avoir eu un cancer. Les femmes enceintes sont exclues jusqu'à 6 mois après l'accouchement, de même que les mineurs (plus sensibles aux malaises) ou les personnes de plus de 70 ans qui présentent un risque accru de maladies chroniques, cardio-vasculaires notamment.

    Plus étonnant, un poids corporel minimum de 50 kg est exigé pour le donneur. «La loi interdit de prélever plus de 13% du volume sanguin total d'une personne. Or, chez les personnes de petit poids et petite taille, ce volume est relativement bas. Il ne permet pas d'atteindre les 450 ml nécessaires à la fabrication d'un produit sanguin de qualité permettant d'offrir une dose thérapeutique au patient», explique le Dr Legrand.

    • Les règles visant à réduire les risques de transmission d'une infection:

    Les personnes ayant eu une maladie virale type grippe ou gastro-entérite doivent atteindre deux semaines après la fin des symptômes pour donner leur sang. En cas de traitement (antibiotiques, corticoïdes…), un même délai est imposé après la dernière prise.

    Les personnes qui se savent infectées par une maladie transmissible par voie sanguine (syphilis, hépatites virales B et C, VIH) sont naturellement exclues.

    D'autres délais de précaution s'expliquent par le temps que peut mettre un virus avant d'être détectable dans le sang - on appelle cela la «fenêtre sérologique». C'est pourquoi il faut attendre 4 mois après s'être fait tatouer ou piercer, ou après avoir eu un rapport sexuel non protégé avec un partenaire occasionnel.

    Les hommes ayant eu des relations sexuelles avec des hommes au cours de leur vie n'ont plus le droit de donner leur sang depuis la publication d'une circulaire en 1983, à l'époque où il n'existait pas de test de dépistage du VIH. Aujourd'hui, cette interdiction s'appuie sur un risque de contamination plus élevé dans la population homosexuelle masculine que dans la population hétérosexuelle ou lesbienne, selon des statistiques communiquées par l'Institut nationale de veille sanitaire.

    L'interdiction de donner son sang est également stricte pour les personnes ayant été transfusées. «Ici, on anticipe la possibilité que le donneur ait été contaminé, lors de sa transfusion, par une maladie émergente que nous ne savons pas encore détecter. L'idée étant d'arrêter la chaîne de transmission entre transfusés», explique le Dr Legrand.

    Enfin, les personnes ayant séjourné au Royaume-Uni entre 1980 et 1986 sont elles aussi exclues pour parer au risque de contamination par la maladie de la vache folle.

    VOTRE AVIS - Un rapport remis à Marisol Touraine préconise l'ouverture du don du sang aux homosexuels. Comprenez-vous cette recommandation et pourquoi? Faites-nous part de votre avis dans les commentaires ci-dessous ou en nous écrivant à temoin@lefigaro.fr.

    EN SAVOIR PLUS:

    » Sang, plaquettes: les différents types de dons

    LIRE AUSSI:

    » Les homosexuels pourront bientôt donner leur sang

    » Faut-il abaisser à 16 ans l'âge du don de sang? 

    Pauline Fréour
    Auteur - Sa biographie  69 abonnés
     
     
    http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/07/17/20993-exclus-don-sang
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L'insuline est la clef qui permet de faire pénétrer le sucre dans nos cellules. Chez les personnes atteintes d'obésité, les mécanismes mis en jeu par cette molécule se détériorent et entraînent l'apparition d'un diabète de type II. L'équipe de Philippe Valet (Unité Inserm 858 "Institut de médecine moléculaire de Rangueil") vient de mettre en évidence une nouvelle voie de secours qui, activée, participe à la régulation du taux de sucre dans l'organisme. Celle-ci fait appel à une protéine : l'apeline.
    Ces travaux sont publiés le 5 novembre 2008 dans la revue Cell Metabolism.

    diabete_bis

    Le sucre, naturellement présent dans le sang sous forme de glucose, est stocké dans le foie ou le tissu adipeux (graisse) grâce à l'action de l'insuline. Selon les besoins de l'organisme, le glucose est stocké ou directement utilisé pour assurer le bon fonctionnement du coeur, du cerveau, etc.

    Il arrive que ce mécanisme se détériore soit parce que l'insuline n'est plus produite (diabète de type I), soit parce que les récepteurs situés à la surface des cellules du foie se désensibilisent (diabète de type II). En conséquence, la cellule n'est plus capable d'assimiler le glucose. Un tel dysfonctionnement entraîne une élévation de la teneur en sucre dans le sang causant l'apparition de nombreuses complications.

    L'équipe de Philippe Valet vient de révéler que nos cellules sont dotées d'une deuxième voie permettant d'assimiler ce glucose. Cette découverte repose sur une protéine appelée "apeline" (1).

    Celle-ci, outre le fait d'être une "clef" différente de l'insuline passe également par un récepteur, une "porte d'entrée", différente.

    Pour le patient diabétique de type II, chez lequel ce n'est plus la clef mais la porte, ou récepteur, qui est biaisée, cette avancée fondamentale permet d'imaginer un traitement efficace. En effet, la découverte de l'équipe de Philippe Valet autorise, en court-circuitant ce mécanisme, l'assimilation du sucre par une voie totalement différente de celle médiée par l'action de l'insuline.

    En temps normal, cette seconde voie n'assure qu'une faible part de l'intégration du sucre. Mais comme l'ont prouvé les tests réalisés chez la souris par les chercheurs de l'Inserm, dans le cas du diabète de type II, si cette seconde voie est activée, elle est capable d'améliorer la régulation du taux de sucre dans le sang. "Il reste maintenant à vérifier l'action de cette protéine chez l'homme. En parallèle, nous développons une molécule de synthèse qui pourrait être utilisée si les tests chez l'homme s'avèrent positifs" conclut Philippe Valet.

    Note :
    (1) L'apeline est une protéine synthétisée et sécrétée par les cellules du tissu adipeux. De précédents travaux menés par cette équipe avaient mis en évidence une augmentation de sa concentration sanguine chez les personnes obèses et chez les sujets atteints de diabète de type II suggérant un lien avec la régulation du glucose dans l'organisme.


    Retour à la liste des communiqués de la thématique

    En savoir plus

    Source :

    Apelin stimulates glucose utilization in normal and obese insulin resistant mice
    Cédric Dray1,2, Claude Knauf1,2, Danièle Daviaud1,2, Aurélie Waget1,2, Jérémie Boucher1,2, Marie Buléon1,2, Patrice D Cani3, Camille Attané1,2, Charlotte Guigné1,2, Christian Carpéné1,2, Rémy Burcelin1,2, Isabelle Castan-Laurell1,2 and Philippe Valet1,2
    Cell Metabolism, November 5th

    (1) Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm), U858, Toulouse, France
    (2) Université de Toulouse, UPS, Institut de Médecine Moléculaire de Rangueil (I2MR), IFR31, F-31432 Toulouse cedex 4, France
    (3) Université catholique de Louvain, Unit PMNT 73/69, Brussels, Belgium

    Contact chercheur :

    Philippe Valet
    Unité Inserm 858 "Institut de médecine moléculaire de Rangueil"
    Tél. : 05 61 32 56 34
    philippe.valet@inserm.fr

     

    https://www.inserm.fr/espace-journalistes/l-apeline-au-secours-des-diabetiques

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Crédits : iStock

    Une étude menée conjointement par des chercheurs du King’s College de Londres et de l’Université de Lund en Suède pourrait expliquer pourquoi certains traitements qui ont fonctionné chez la souris n’ont pas eu autant de succès chez les humains. Les chercheurs ont découvert des différences, mais aussi des similitudes inconnues dans la fonction des cellules bêta productrices d’insuline.

    Les souris partagent de nombreuses similitudes biologiques avec les Hommes. C’est pourquoi elles font des sujets d’étude précieux. Il arrive cependant parfois que les traitements qui fonctionnent chez la souris échouent sans explication lors des premiers essais cliniques. Les chercheurs de l’Université de Lund en Suède et du King’s College de Londres ont alors tenté de déterminer pourquoi cela se produisait. Après analyses, ils ont constaté que souris et humains présentaient des différences au niveau des récepteurs couplés à la protéine G (GPCR) sur les cellules bêta productrices d’insuline dans le pancréas.

     

    L’équipe explique avoir cartographié ces récepteurs qui contrôlent la fonction des cellules bêta. Ils ont ensuite comparé la présence de ces récepteurs dans les cellules humaines avec leur présence dans deux types de souris de laboratoire utilisées depuis plus de cent ans pour étudier les maladies humaines. « Nos résultats montrent qu’il existe une grande différence entre les souris et les humains, mais aussi qu’il existe des différences chez les deux types de souris », explique le Dr Stefan Amisten, du King’s College. En d’autres termes, une partie des récepteurs couplés à la protéine G sur les cellules bêta productrices d’insuline retrouvée chez la souris n’est pas retrouvée chez l’Homme. C’est pourquoi certains médicaments sont inefficaces

     

    http://sciencepost.fr/2017/07/diabete-de-type-2-fonctionne-chez-souris-ne-fonctionne-chez-lhomme/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "stylo d'insuline novo pen"

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • J'ai des varices pelviennes

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • glave-vanille-sans-sucre

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Bernadette ” Cette maladie a été un booster de vie !”

     

    C’est un matin que la vie de Bernadette bascule. Cette mère de deux enfants raconte, “je me suis réveillée un matin, le sein gonflé”. S’en suit alors la période des examens. Et puis le doute s’installe jusqu’aux résultats. Le couperet tombe finalement, Bernadette a un cancer du sein. “Ma vie était finie, c’était clair”. Si l’annonce de ce résultat est aussi bouleversant pour cette femme, c’est parce que son passé la rattrape : elle a perdu sa mère à la suite d’un cancer du sein.

    Heureusement pour Bernadette, lorsque la chirurgienne de l’Hôpital privé Arras – Les Bonnettes(Groupe Ramsay Générale de Santé) lui explique qu’elle va être traitée par chimiothérapie, elle accompagne cette annonce de mots qui vont petit à petit prendre tout leur sens pour Bernadette “Ne pensez qu’à vous, vous n’aurez qu’à vous laisser porter.”

    Cet accompagnement du personnel a été un réel soutien pour Bernadette, “Quand on m’a annoncé ‘chimio’, je voyais un ‘mouroir’ “. La surprise est donc complète lorsqu’elle découvre ce service pleins de couleurs, de rires, de gentillesse émanant des infirmières. Elle confie que cela a été un grand soutien et lui a permis d’aller de l’avant plus facilement.

    Puis vint la période de l’acceptation de la maladie. Pas une partie de plaisir pour Bernadette “dans la vie, je suis quelqu’un de tonique et joyeuse, là, il a fallu jouer avec les deux.”

    Pour cette ancienne comédienne pourtant, “cette maladie a été un booster de vie,” puisque suite à son traitement, Bernadette a repris le chemin des planches !

    Aujourd’hui, Bernadette a repris le cours de sa vie, toujours aussi joyeuse et pleine d’entrain !

     

     

    https://wearepatients.com/cancer-du-sein/bernadette-cette-maladie-ete-un-booster-de-vie/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • En France, une femme sur deux et un homme sur dix rencontrent ou rencontreront, au cours de leur vie, des problèmes de circulation. Pour pallier ces problèmes, ils peuvent consulter un phlébologue, spécialiste du système veineux

     

      Le phlébologue est le médecin spécialisé dans le diagnostic et le traitement des maladies liées au système veineux. La plupart du temps, les personnes incommodées par un problème de circulation commencent par prendre conseil auprès de leur pharmacien, de nombreux médicaments étant délivrés sans ordonnance. Puis, ils se tournent vers leur médecin généraliste qui est en mesure de leur délivrer des veinotoniques ou de leur donner des conseils d’hygiène et d’alimentation. Si des examens complémentaires sont nécessaires, les généralistes redirigent leur patient vers les phlébologues. La consultation d’un phlébologue, dans le cadre du parcours de soins ,est remboursée à 70% du tarif conventionnel. Si la consultation a lieuen dehors du parcours de soins, le remboursement est de 60%. 

      Définition

      Un phlébologue est un médecin spécialisé dans les problèmes veineux qui traite les pathologies liées aux vaisseaux sanguins comme lymphatiques. Des symptômes tels que varicesœdèmes, mais aussi sensations de jambes lourdes et fourmillements doivent amener à consulter un phlébologue. Celui-ci va établir un diagnostic et soigner le patient - ou plus souvent la patiente. Si les maladies veineuses chroniques ne peuvent être guéries, le phlébologue a pour rôle de soulager les symptômes de ceux qui en souffrent. 

      Quand consulter ?

      De nombreux signes peuvent alerter les malades sur la nécessité de consulter. En effet, plusieurs symptômes sont caractéristiques d’une mauvaise circulation :

       
      • la sensation de jambes lourdes ;
      • des crampes ;
      • des fourmillements ;
      • des œdèmes (gonflements, notamment au niveau des chevilles) ;
      • varicosités ;
      • varices…


      Consultation

      Lors d’une consultation, le phlébologue commencera toujours par un interrogatoire du patient afin de comprendre la gêne qu’il ressent. Puis, il procèdera à l’auscultation afin de vérifier la présence de varicosités (petites lignes bleues apparaissant sous la peau suite à la dilatation d’une veinule), de varices ou d’anomalie de la voûte plantaire. Il pourra également réaliser des examens plus poussés, notamment un écho-doppler.Celui-ci permet de localiser précisément les sièges de reflux sanguins. 

      Les problèmes de circulation étant une maladie chronique, le phlébologue ne pourra pas la guérir, mais soulager le patient. Pour cela, il lui prescrira des veinotoniques, médicaments souvent à base de plantes favorisant la circulation sanguine, et des bas ou collants de contention. Il donnera également des conseils en matière d’hygiène et d’alimentation pour améliorer la situation : pratique du sport…

       
      http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/46530-phlebologue-phlebologie-quand-et-pourquoi-consulter
       
      Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

      votre commentaire
    • La Chine connaît la plus grande épidémie de diabète dans le monde avec environ 11 % de ses habitants adultes souffrant de cette maladie métabolique tandis que près de 36 % sont pré-diabétiques, selon une vaste enquête nationale publiée mardi aux Etats-Unis.

       

      La Chine connaît la plus grande épidémie de diabète dans le monde, selon une vaste enquête nationale publiée mardi aux Etats-Unis. ©FRANCK FIFE / AFP

      Cette étude, effectuée en 2013 auprès de 170 287 participants, par notamment Limin Wang du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies à Pékin, fait l'objet d'une publication dans la revue Journal of the American Medical Association (JAMA).

      Ces chercheurs ont mesuré la glycémie  de chacun des participants à jeun. Une personne est considérée comme diabétique avec un taux supérieur à 126 milligrammes/décilitre de sang, et pré-diabétique avec un taux entre 105 et 126 mg/dl.

       

      L'hyperglycémie résulte de deux anomalies, un dysfonctionnement du pancréas qui fabrique l'insuline ou une résistance de l'organisme à cette hormone.

      Seulement 32 % des patients suivent un traitement

      Parmi les personnes diabétiques en Chine, 36,5 % étaient au courant de leur maladie dont 32,2 % suivaient un traitement. Parmi les personnes traitées 49,2 % contrôlaient leur glycémie.

      Une fréquence différente selon l’ethnie

      La fréquence du diabète parmi les participants chinois tibétains et musulmans est nettement plus faible que dans la population Han, très majoritaire.

      Ainsi 14,7 % des Hans sont diabétiques, 4,3 % des Tibétains et 10,6 % des musulmans.

      Une prévalence du diabète proche de celle des USA

      La prévalence du diabète adulte en Chine (10,9%) est proche de celle des Etats-Unis où en 2014 9,3 % des adultes américains (29,1 millions) souffraient de cette maladie, selon un rapport Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

      Quant aux pré-diabétiques, ils représentaient aux Etats-Unis 37 % de la population (115 millions), soit la même proportion qu'en Chine, selon ce rapport.

      Près de 400 millions de pré-diabétiques

      Avec environ 1,09 milliard d'adultes en Chine continentale en 2013, 388,1 millions pouvaient être pré-diabétiques dont 200,4 millions d'hommes et 187,7 millions de femmes, selon l'étude chinoise publié dans JAMA.

      Les auteurs relèvent que cette plus faible prévalence du diabète en Chine par rapport à de précédentes estimations en 2010 pourrait s'expliquer par une méthode différente de mesure de la glycémie.

      Le diabète constitue un problème de santé publique majeur dans le monde et sa prévalence n'a cessé d'augmenter au cours des dernières décennies.

      422 millions de diabétiques dans le monde en 2014

      Au niveau mondial, 422 millions d'adultes vivaient avec le diabète en 2014, comparé à 108 millions en 1980, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé publié en 2016.

      La prévalence du diabète a augmenté plus rapidement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

      Le diabète est une cause majeure de cécité, d'insuffisance rénale, d'accidents cadriovasculaires et d'amputation des membres inférieurs, souligne l'OMS.

      Selon ce rapport, 1,5 million de décès ont directement résulté du diabète en 2012 et 2,2 millions ont été attribués à l'hyperglycémie.

      Créé le 28 juin 2017

      Sources :

      • AFP/Relaxnews
      • Wang L, Gao P, Zhang M et al. Prevalence and ethnic pattern of diabetes and prediabetes in China in 2013. JAMA, June 27, 2017 (résumé en ligne).
      Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

      votre commentaire



      Suivre le flux RSS des articles
      Suivre le flux RSS des commentaires