• banniereUp_System.png

    Le système Cellnovo

    Dites oui à la liberté #livefree

     

    Le système Cellnovo est le premier système de gestion mobile du diabète au monde. Il est composé d'un ensemble de produits connectés composé d'une micro-pompe à insuline, d'un moniteur d'activité, d'une tablette tactile et sans fil intégrant un lecteur de glycémie et d'une fonction de transfert automatique des données vers des serveurs sécurisés.

     

    Téléchargez
    la Brochure Cellnovo pour en savoir plus

     

    Le système est composé de trois éléments

     

     

    Pump.png

    1. La pompe

    Haute_qualite_portrait_pmp1.png

     

    L'application Glycémie

    Contrôlez, surveillez, gérez

     

    L'application Glycémie ne vous guide pas seulement à travers chaque dextro, elle se charge aussi de toutes les tâches importantes en sauvegardant chaque test de manière complète et précise pour que vous puissiez plus tard examiner vos données et tendances. Elle enregistre tous vos résultats, les partage via le portail en ligne et vous permet de savoir immédiatement si vous êtes en dehors de vos d'objectifs. Vous n'avez plus besoin de tenir un carnet ou de vous souvenir de quoi que ce soit.

    Le fait d'avoir une interface tactile agréable facilite toutes les étapes d'enregistrement et de surveillance, et vous permet de voir au moment opportun les informations dont vous avez besoin. Par exemple, si votre glycémie est trop élevée, l’application ouvrira automatiquement l'application Insuline qui vous proposera un ajustement de la dose d’insuline. La lecture de glycémie sera enregistrée, et vous aurez d'autres informations. Gardez ainsi en mémoire le moment auquel vous avez effectué ce contrôle - avant ou après le repas - ou encore de si vous vous sentiez bien ou non.

    Et si vous voulez ajouter une note, il vous suffit de saisir quelques mots et vous saurez exactement de quoi il retournait lorsque vous regarderez vos données en ligne, ce qui vous aidera à mieux gérer votre diabète.

     

     

    Petite et 
    intelligente

    + d'infos

    handset.png

    2. La tablette

    Explorez ses
    possibilités

    banniereUp_Online.png

    + d'infos

     

    https://www.cellnovo.com/fr/pump?hsCtaTracking=7f744fac-e4ca-4190-8100-aef724bc1505%7C79b601fa-0de1-4d14-a9f3-8e075db7f16b

     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Que l'on diabétique de type 1 ou 2, il n'y a aucune raison d'interdire l'activité physique, bien au contraire: le sport est un excellent complément au traitement.

     

    Il a un effet favorable sur l'équilibre glycémique (un effort d'endurance permettant de réduire le taux de sucre dans le sang) et de participer à maintenir un bon état de santé général ostéoporose, prévention contre la dépression, stress, les angoisses, ...).

     

     Image de la source: http://www.sport-ist-die-beste-medizin.de/

     

    L'activité physique régulière a un effet bénéfique contre l'insulinorésistance. Elle permet également de réduire la tension naturelle et la tension artérielle et les neuropathies diabétiques. Elle offre également bonne humeur et de la vigueur et aide à mieux réguler son poids (ne pas en prendre mais aussi ne pas en reprendre en cas de régime).

     

    Idéalement, l'activité physique doit être d'une durée de 150 minutes, réparties sur 3 jours par semaine, sans rester plus de 2 jours inactif. La marche est particulièrement adaptée aux diabétiques d'âge moyen ou avancé. Le jardinage, le vélo et la natation sont également des choix à privilégier: l'important étant avant tout de se faire plaisir. Les activités de groupe peuvent aussi apporter un contact social.

     

    Dans le cadre d'activités physiques et de soutenues (marche rapide, jogging, basket-ball, danse rapide, exercices d'aérobie, ...), il sera important de vérifier l'absence de contre-indications, notamment cardio-vasculaires.

     

     Image de la source: http://2damnfunny.com/ 

     

    De même, l'activité physique sollicitant plus spécifiquement les pieds, un équipement adapté est nécessaire. En cas de doute, n'hésitez pas à consulter un podologue. N'oublions pas non plus d'inspecter après l'effort.

     

    Dans tous les cas, l'important sera de commencer l'activité de façon progressive: par 5 à 10 minutes par jour et augmenter la durée de l'effort. On peut aussi fragmenter l'activité sur la journée par des séances de 10 minutes minimum.

     

    Aucun sport n'est interdit du moment que celui-ci nous apporte du plaisir. Cependant, certains doivent être pratiqués avec prudence, surtout sur les seuls: le parachutisme, l'alpinisme, la plongée, les cours automobiles, le parapente, la voile, ... En effet, en cas d'hypoglycémie, la personne serait en danger. Un accompagnant et la présence de Glucagen sur soi (à injecter en cas de perte de connaissance et / ou de convulsions) sont alors conseillés.

     

     Image de la source: http://osteopathe-vignoli.com

     

     Pour réaliser son activité sportive en toute sécurité, 2 conditions sont nécessaires:
     

      1. Un bon contrôle glycémique:
     

    La glycémie doit être inférieure à 250mg / dL (et les corps cétoniques négatifs) avant l'activité physique. Pas de sport avec une glycémie à 300mg / dL ou des corps cétoniques positifs! On risquerait alors l'acido-cétose.

     

    La glycémie doit également être contrôlée de façon régulière pendant et après l'effort.

     

       2. Une programmation de l'activité physique:

     

    Il faut nettoyer à programmeur son effort afin de réduire son bolus d'insuline et / ou d'augmenter son apport alimentaire. Un apport en sucres lents 3h avant est recommandé en cas d'effort intense. Il est également conseillé de prévoir des encas, surtout si l'effort est prolongé (biscuits secs, barres de céréales, ...) et dans tous les cas, de quoi se réserrait au besoin (eau sucrée, sucre de raisin, pâtes de fruits, ...).

     

    Le sport autorise, voire utilisez, cet apport en sucres simples. En effet, pendent l'activité physique, les muscles vont augmenter leur consommation en sucre et vont donc le puiser dans le sang (= la glycémie). Le risque d'hypoglycémie augmenter, surtout pour les diabétiques sous insuline, pendentif l'exercice mais également dans les heures qui suivent: la nuit, les muscles vont reconstituer leurs réserves de sucre (= glycogène) dans le puisant de nouveau dans le sang . Après un effort, sur ne saute pas pas de repas et sur le contrôle sa glycémie de façon régulière!
     

     Photo personnelle

     

    Chez une personne non diabétique, la sécrétion d'insuline va être spontanément mais pas chez un diabétique!
     

    • Pour les diabétiques sous pompe:  il est conseillé de réduire (et parfois même de couper totalement) son débit d'insuline basale le temps de l'effort.
       

    • Pour tous les diabétiques sous insuline de manière générale:  il est conseillé d'adapter sa dose d'insuline rapide, l'effort selon le type d'exercice, l'intensité, la durée, le type d'insuline, ...
       

      • Si l'exercice a lieu entre 2 et 3 heures après le repas, il a pris son bolus d'insuline rapide de 10 à 50%, suivant l'exercice.

      • Si l'exercice plus de 3h après le repas, il ne faut pas modifier son bolus d'insuline rapide mais plutôt prendre une collation avant l'activité physique.

      • Pareil si le schéma ne reprend pas d'insuline rapide mais bien une insuline mélangée (= action prolongée).

      • Un exercice physique imprévu exigeant une collation.

      • Un sport intense, un stage sportif se déroulant sur plusieurs jours, un effort prolongé, ... nécessite également de parler avec son diabétologue afin de modifier son traitement et notamment son insuline basale (pompe) ou lente (stylos).

      • Il faut également injecter son insuline à distance du groupe musculaire sollicitude: en effet, la circulation va se retrouver accélérée dans cette zone et l'insuline sera résorbée plus rapidement que d'habitude.
         

    • Pour les diabétiques sous traitement oral:

      • Pour un effort ponctuel, on ne modifie pas le traitement, mais sur rajoutera une collation avant, pendentif, et après l'effort selon la glycémie.

      • Pour un effort prolongé, une visite chez son diabétologue sera nécessaire pour adapter son traitement médicamenteux. 
         

         


    Rappelons que les adaptations alimentaires et insuliniques sont propres à chacun, elles varient selon la personne. Les modifications de traitement sont strictement personnelles et ne peuvent pas être appliquées comme telles à une autre personne diabétique.

    Mots clés:

    diabète

    diabète de type 1

    diabète de type 2

    autres diabètes

    https://www.alfredlediabete.com/single-post/diabete-sport
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La société Socopa a annoncé vendredi le rappel de 500 kilos de viandes hachées commercialisées dans l’est et le sud de la France (dont la Corse). Un contrôle sanitaire a mis en évidence la présence de la bactérie Escherichia coli O26:H11 dans un lot.

     

    rappel de viandes hachées

    Cette alerte concerne des viandes hachées vendues avec des dates de limites de consommation allant du 28 au 31 mars (et ne sont donc plus disponibles en magasin) mais que des clients peuvent avoir achetées et congelées. A ce jour, aucun malade ou cas d’intoxication alimentaire en lien avec le lot concerné n’a été porté à la connaissance de l’entreprise et des autorités sanitaires. C’est donc dans le respect du principe de précaution, que cette démarche d’information est initiée.

    Des viandes vendues commercialisées dans le Sud, l'Est et la Corse

    Un contrôle a mis en évidence la présence de la bactérie Escherichia coli O26:H11 dans des viandes hachées réfrigérées fabriquées sur un site Socopa du Sud-est de la France. Les caractéristiques des produits concernés sont :

    • Période de commercialisation : du 22 au 31 mars 2018
    • Marque de salubrité : FR 84.054.001 CE
    • Lot n° 31118894
    • Date limite de consommation : 28, 29, 30 et 31 mars 2018
    • Marques : Auchan, Boucherie Saint Clément et Socopa « Le Délice du boucher »
    • Lieux de vente : Leclerc, Auchan, Auchan Drive, Simply, Atac, Leader Price et Aldi
    • Zone géographique de vente : Régions Sud, Est, Corse

    La société SOCOPA a mis en place un numéro vert : 0 800 800 933.

    Pas d’autres lots concernés

    La société a réagi en prenant immédiatement toutes les dispositions nécessaires, en concertation avec les autorités sanitaires. Vingt analyses complémentaires ont déjà été réalisées sur le lot de fabrication concerné et, par précaution, sur d’autres lots adjacents :

    • Tous les résultats sont conformes ;
    • Le résultat positif initial reste totalement isolé.

    Selon le communiqué du ministère de l’agriculture, "le niveau de présence de cette bactérie reste donc faible et circonscrit".

    Des produits qui auraient pu être congelés par des clients

    Les produits concernés ne sont plus présents dans les rayons des magasins, la société Socopa demande aux personnes qui en auraient acheté puis congelé de ne pas les consommer et de les rapporter au magasin où ils ont été achetés, ou de les jeter.

    Les personnes qui auraient consommé les produits mentionnés ci-dessous et qui présenteraient ce type de symptômes, sont invitées à consulter sans délai leur médecin traitant en lui signalant cette consommation ainsi que le lieu et de date de l’achat.

    Quels sont les symptômes d’une telle infection ?

    Les bactéries Escherichia coli susceptibles d’être pathogènes peuvent entraîner, dans la semaine qui suit la consommation, des gastro-entérites éventuellement hémorragiques, des douleurs abdominales et des vomissements accompagnés ou non de fièvre, et pouvant être suivies de complications rénales sévères chez les jeunes enfants.

    Quand consulter en cas de symptômes si vous avez consommé ces produits ?

    Les personnes qui auraient consommé les produits mentionnés ci-dessus et qui présenteraient ce type de symptômes sont invitées à consulter sans délai leur médecin traitant en lui signalant cette consommation et la nature du germe contaminant.

    Comment prévenir une telle intoxication ?

    D’une façon générale, il convient de rappeler que la cuisson à coeur des steaks hachés permet de prévenir les conséquences d’une telle contamination, la bactérie étant détruite par une température de 65°C.

    Ecrit par:

    David Bême

     

    Créé le 09 avril 2018

    Sources :

    La société Socopa procède par précaution au rappel de viandes hachées réfrigérées - Communiqué du ministère de l'Agriculture - 6 avril 2018

     

    http://www.doctissimo.fr/nutrition/news/Bacterie-E-Coli-rappel-de-viandes-hachees-vendues-dans-le-Sud-l-Est-et-la-Corse#lacid=doctissimo_60278&xtor=EPR-41

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Aucun texte alternatif disponible.
    L’image contient peut-être : téléphone
    Aucun texte alternatif disponible.
    L’image contient peut-être : téléphone
    +3
    Mydiabetemarket a ajouté 6 photos.

    Qu’y a-t-il de nouveaux au niveau mondial des lecteurs de glycémies ?

    Le glucomètre Dario déjà distribué en Europe et dans le monde, mais pas en France vient d’obtenir un agrément de la FDA aux USA pour les iPhones les plus récents.

    C’est à ce jour le seul lecteur de glycémie que l’on insère dans la prise de son téléphone portable ou de sa tablette.
    Il est composé d’une petite boite rectangulaire dans laquelle sont rangées les bandelettes et le glucomètre que vous devez insérez dans le téléphone ou la tablette.

    Pour l’utiliser, vous téléchargez l’application sur IOS (en Europe, l’app est dispo sur IOS à partir de l’iphone 4S et sur Android).
    Vous insérez le glucomètre dans le tél ou la tablette, vous insérez une bandelette et piquez avec l’auto piqueur (il est aussi dans la boite), et disposez la micro goutte de sang dessus et en quelques secondes la glycémie apparait.

    Le système a toutes les fonctionnalités détenues par les lecteurs de glycémies courant : avant/après repas, activité particulière, sport, insuline, tableaux statistiques, etc...

    Vous pouvez aussi partager vos glycémies en temps réel avec la ou les personnes de votre choix à partir du cloud associé.

    Pour le moment non agrée par les autorités de la santé ou distribué en France et donc non pris en charge par la CPAM. On peut cependant le commander sur internet.

    Je vous mets la vidéo qui vous montre comment l’utiliser en anglais.

    https://youtu.be/wPSuO-zUHik

     

    https://www.facebook.com/mydiabetmarket/?

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Pompes patch mylife OmniPod®

     

    L’opération de collecte est relancée ! jusqu’au 8 juin, venez déposer vos pompes en pharmacie point de collecte …

    Après plusieurs années de travail et de concertation avec les différentes parties prenantes concernées (Industriels, Pouvoirs Publics, Patients, Pharmaciens, Prestataires de Services et Distributeurs de Matériels -PSDM-, …), une première opération de déstockage des pompes patch mylifeTM OmniPod®  (Pods) a été réalisée en 2017.

    A la demande des patients et avec l’accord des pouvoirs publics, une seconde opération de collecte est organisée, dans l’attente d’une solution pérenne. Les patients peuvent de nouveau déposer leurs Pods en pharmacies, ces dernières seront collectées par DASTRI le 20 juin.

    Les Pods sont des Dispositifs Médicaux (DM) associant un perforant sécurisé, des piles et une carte électronique.Après utilisation par les patients en auto-traitement, ils sont considérés comme des DASRI dits « complexes ». Ils ne peuvent donc pas suivre le circuit de collecte et d’élimination des DASRI perforants classiques (incinération ou pré-traitement par désinfection). Ils doivent être recyclés .

    Vous trouverez ci-dessous toutes les modalités de l’opération :

     Seules les pharmacies points de collecte du réseau DASTRI participent à l’opération de déstockage.

     

    https://www.dastri.fr/comment-trier-les-produits-complexes/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Quand on lit l’acronyme «AGEs », il réfère en anglais à «Advanced Glycation End Products» ; en français, on parle de «PTG» pour «Produits Terminaux de la Glycation».

    Actuellement, ces produits retiennent l’attention des médecins dans l’évolution de plusieurs maladies telles que les pathologies rénales, le processus de vieillissement (stress oxydatif), l’athérosclérose, la maladie d’Alzheimer, la cataracte, l’arthrose, la polyarthrite rhumatoïde et aussi le diabète.

    Pour saisir l’importance des AGEs, il faut s’intéresser à une réaction chimique appelée « réaction de Maillard » du nom de celui qui l’a décrite dans les aliments et qui n’est autre que Monsieur Louis-Camille Maillard (1912).

    La cuisson d’un aliment entraîne de nombreuses réactions chimiques au sein même de ce dernier. Une de ces réactions se passe entre les protéines et les sucres contenus dans les aliments : c’est la réaction de Maillard.

    Elle est à l’origine notamment de la couleur dorée et de l’arôme qui nous séduisent tant dans le pain, les biscottes, les biscuits et les gâteaux.

    Cette réaction est donc fatalement très recherchée dans la fabrication de certains aliments pour donner de la couleur, développer des arômes ainsi que des textures.

    Outre ces qualités, on sait aussi que la réaction de Maillard génère des molécules nettement moins sympathiques car nocives pour certaines, que l’on appelle les AGEs. Actuellement, on peut en identifier de nombreux (plus de 800) dans divers aliments tels que les produits de boulangerie, de biscuiterie et de pâtisserie. Ce phénomène est encore plus important dans les biscuits réalisés avec du fructose plutôt que du saccharose (= sucre de table).

    On en retrouve également dans tous les aliments frits comme les chips, les frites, les beignets,…, les viandes panées, les viandes marinées rôties ou grillées, les gratins, le café et le cacao (torréfaction) ; ils sont présents également dans les aliments contenant des sucres et des protéines qui subissent des traitements thermiques prolongés comme par exemple lors de la stérilisation du lait.

    Lorsque nous mangeons ces aliments, nous mangeons donc des AGEs. Fort heureusement, les scientifiques estiment que seulement 10% des AGEs sont absorbés par l’organisme et 1/3 de ceux-ci sont naturellement éliminés par les reins dans les urines.

    Si l’on connaît depuis assez longtemps la réaction de Maillard et les AGEs au niveau des aliments, ce n’est que récemment (1968), que l’on s’est intéressé à ce phénomène au sein de l’organisme humain.

    Cette réaction, entre un sucre réducteur1 et une protéine, se passe spontanément et de façon permanente dans l’organisme. Elle est bien connue en diabétologie.

    Par exemple, en présence de glucose, une protéine du sang (fraction de l’hémoglobine) se lie au sucre (= glucose) et forme l’hémoglobine glyquée ou glycatée (= HbA1c). La valeur de cette glycosylation de l’hémoglobine, véritable baromètre de l’équilibre du diabète, sera d’autant plus élevée que les hyperglycémies sont fréquentes et prolongées.

    Tous nous savons - et le médecin nous le rappelle - qu’il est souhaitable d’avoir une hémoglobine glyquée de ± 6.5% (la normale = 6%). Plus sa valeur est haute et plus longtemps elle le reste, plus les conséquences sont lourdes en termes de complications.

    D’une manière générale, la plupart des AGEs, qu’ils proviennent des aliments et/ou qu’ils soient produits par l’organisme, circulent dans le sang et sont toxiques.

    Des études récentes révèlent qu’ils sont plus élevés chez les personnes diabétiques (+ 30%).

    Ils peuvent s’accumuler dans les vaisseaux, dans les tissus et donc dans tous les organes dont ils en accélèrent le vieillissement (stress oxydatif2). Ce sont eux les responsables des complications, principalement microvasculaires, du diabète mal équilibré.

    Comment gérer les AGEs totaux ?

    Comme nous venons de le voir, les AGEs totaux proviennent d’une part des réactions chimiques élaborées au sein de l’organisme et, d’autre part, d’un apport alimentaire dépendant des aliments consommés. Bien les contrôler commence par une prise en charge et un traitement adéquats et bien suivis de son diabète afin de maîtriser au mieux la valeur de l’hémoglobine glyquée. Il convient en parallèle de gérer adroitement la consommation des aliments riches en AGEs.

     

     


    Peut-on gérer les apports alimentaires des AGEs ?

    Les quantifier est possible mais très difficile à réaliser. Les méthodes d’analyse sont variées et parfois les résultats divergent.

    Tout de même, à titre informatif, si l’on compare les quantités d’AGEs contenues dans un aliment comme le poulet, leur teneur sera respectivement décroissante selon que l’on consomme du poulet frit, pané, rôti, bouilli ou cru ; en ce qui concerne les pommes de terre, les frites contiendront davantage d’AGEs que les pommes de terre cuites à l’eau ; les pizzas, les gratins de pâtes ainsi que de nombreuses préparations industrielles en concentrent beaucoup.

    L’avis de la diététicienne

    Outre le conseil essentiel de traiter de manière appropriée son diabète, nous conseillons de privilégier certains modes de cuisson tels que la cuisson à l’eau.

    • la cuisson à la vapeur
    • la cuisson au micro-ondes
    • la cuisson à l’étuvée
    • la cuisson en papillote
    • les cuissons rapides même à température élevée comme le wok, la plancha, la pierrade
    • manger du «cru» (naturellement toujours de bonne qualité bactériologique).

    Nous déconseillons

    • la consommation des aliments très colorés par le brunissement (les croûtes noires du pain, les gratins et les tourtes trop colorés,…)
    • la cuisson à la poêle à haute température d’aliments marinés, panés
    • de «flamber» les aliments
    • de traiter au chalumeau pour colorer les crèmes brûlées (par exemple)
    • de préférer la «flash» pasteurisation (UHT) à la stérilisation traditionnelle (laits infantiles, jus de fruits)
    • les cuissons régulières au barbecue, la consommation fréquente de grillades, de fritures, d’aliments panés
    • les aliments contenant les colorants appelés « caramel » (E150 a.b.c.d.) comme par exemple les colas, certaines bières brunes, certains whiskies, certains vinaigres balsamiques (consulter l’étiquette). C’est du colorant caramel qui n’a rien à voir avec le caramel « maison » réalisé en chauffant du sucre.

    Il est donc recommandé de diversifier les modes de cuisson.

    Mais vous l’aurez déjà constaté si vous mangez sainement, toutes les techniques considérées comme générant des AGEs sont également celles responsables d’un excès de graisses, surtout de mauvaise qualité (graisses saturées + trans), dans l’alimentation. Donc il n’y a pas lieu de s’affoler. Bien au contraire, ces nouvelles informations doivent nous motiver à apprendre et/ou continuer à bien choisir les aliments et les bonnes techniques culinaires.

    En résumé, si vous voulez mieux contrôler le stress oxydatif et lutter contre l’effet délétère des AGEs, il est conseillé de privilégier la consommation d’aliments végétaux riches en antioxydants (vitamine C, carotènes, anthocyanes, lycopène,…).

    En pratique : exploiter les herbes aromatiques (persil, ciboulette, basilic,…), boire du thé vert et manger chaque jour des fruits et des légumes. Les choisir les plus colorés possibles et particulièrement tous ceux passant par le jaune, l’orange, le rouge, le bleu, le fuchsia, le violet - en salades crues mais aussi en préparations cuites, en potage, en jus, en purée.

    1: les sucres réducteurs sont principalement le glucose, le fructose, le lactose, le maltose.

    2: c’est l’état résultant de l’utilisation de l’oxygène par nos cellules.

    Résumé sur base de l’exposé de V. Maindiaux diététicienne - Maître Assistant IPL UCL janvier 2009

     

     

    Les fraises sont riches en vitamine C (70mg%) mais aussi les cassis (150mg%), les baies d’églantiers (cynorrhodon 1250mg%). Tous ces fruits sont colorés en rouge, en violine et contiennent donc des anthocyanes, colorants naturels de la grande famille des flavonoïdes qui sont de puissants antioxydants.

     

    Le sureau, les myrtilles, les framboises, les raisins bleus, les cerises du Nord sont également riches en anthocyanes.

     

    Tous les agrumes sont riches en flavonoïdes.

     

    Tous les caroténoïdes dont font partie les carotènes jouissent de propriétés antioxydantes. On les trouve dans tous les fruits, les légumes colorés en jaune, orange, vermillon et vert.

     

    Le lycopène est le colorant rouge spécifique des tomates (jus et sauces).
    Le thé vert est riche en polyphénols, composés naturels regroupant les anthocyanes, les flavonoïdes et les tanins.

    http://www.diabete-abd.be/diabete-et-alimentation/une-alimentation-saine/les-ages.aspx 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Ce message est également disponible en: pt-ptportugais, Portugal

    Il est indéniable que l'apparition sur le marché du système de mutilations génitales féminines (surveillance Flash du glucose dansle sang) FreeStyle Libre a en quelque sorte révolutionné la prise en charge du diabète. Avec le passage du temps, autour de ce dispositif médical que vous avez développé plusieurs projets visant à faire un système CGM pour la lecture en continu et non seulement « balayé » et équipé d'alarmes en cas d'hyper ou d' hypoglycémie et il est possible d'envoyer les données à distance. 

    FreeStyle Libre

    Avant d'illustrer les principaux projets qui gravitent autour FreeStyle Libre, voir brièvement comment le capteur intégré et comment la communication des données.

    Du simple point de vue de la mesure, FreeStyle Libre est similaire aux autres capteurs du marché: effectue la lecture des valeurs de glucose dans le sang de liquide interstitiel même si l'utilisateur ne scanne pas, stocke les données collectées (jusqu'à huit heures, il a peu de mémoire ) et les amène dans un graphique. Mais contrairement aux capteurs des autres maisons (Dexcom et Medtronic), le produit phare d'Abbott utilise la communication NFC ou Near Field - technologie relativement nouvelle - qui assure la connectivité avec une gamme limitée à seulement quelques centimètres. Ainsi , le défi de faire un véritable Libre CGMIl était de recueillir des données et les transmettre plus NFC, mais Bluetooth après avoir été correctement converti; que de cette façon le débit serait plus. En d'autres termes, il sert à maintenir un émetteur fixé au capteur.

    limiter

    La première de la longue série a été Limiter , ce qui nécessite des compétences et des connaissances techniques pour y arriver. À ce jour, la conception la plus discrète et légère avec Limiter, pour Libre de CGM et des alarmes reste  Armsmart, construit par Alessandro Vignolini .

    BlueReader

    Un projet à long étudié et est entré dans la phase de production est celle de l'Allemand  Sandra Kessler. Son  BlueReader  est toujours basé sur le principe de Limitter, enfermé dans une coquille molle.

    Il fonctionne avec Android et iOS, et est disponible en pré-commande  ici .

    SweetReader

    Un projet allemand qui est fait à la main et uniquement sur demande.

    Sony avec GlimBee

    La solution qui a permis à beaucoup de dormir à poings fermés, avec Libre transformé en un véritable CGM avec des alarmes  Grâce à un particulier mode opératoire  et l'enveloppe appropriée , la SmartWatch devient un émetteur permettant des relevés continus, les alarmes et l' envoi de la glycémie à une certaine distance , également visible sur le portail créé par DeeBee.it. Dans l' environnement Android en utilisant glimp, l'application aimé par ceux qui porte Libre et ses partenaires DeeBee.

    BluCon

    Le dispositif, conçu en Californie par Ambrosia , a gagné beaucoup de discrétion et de facilité d'utilisation. Prenant en contact avec Libre en utilisant une bande en tant que Blucon DEEfender , il transmet  toutes les cinq minutes  les niveaux de sucre dans le sang à un smartphone (iOS ou applications), lisible par le biais de l'application appropriée  LinkBluCon . 

    Au lieu de l'application fournie par la société de production, qui a embryonnaire et très fonctionnel, le choix se porte sur:

    • Glimp  que , dans ses versions les plus récentes a également BluCon intégré. L'application est seulement pour Android et n'a pas besoin de configuration pour pouvoir « lire » les données envoyées.
    • xDrip +
    • la toute nouvelle et très apprécié  de Spike , seulement pour iOS.

    Beaucoup utilisent différents modèles SmartWatch ou Apple montre pour les niveaux de sucre dans le sang au poignet.

    Miao Miao

    Le projet, déjà en vente en Chine, devrait bientôt arriver en Europe et dans le monde. Il semble plus grande, mais un peu plus mince que BluCon.

    T-Mini

    Né en Pologne le projet printemps Marek Macner en action dès Septembre 2016 pour réaliser un dispositif à être couplé à FreeStyle Libre. Les différentes phases du projet ont conduit à l'amélioration et à la miniaturisation de plus en plus, d'un prototype décidément encombrant un dispositif qui recueille dans un petit espace tout vous devez avoir un véritable Libre de CGM.

    La dernière version et traitée est en vente ici .

    LBriduino

    Toujours à l'étude et la programmation de cette solution  est très traditionnelle, mais il vaut la peine de suivre les développements futurs.

    Quoi acheter?

    En fait, comme cela arrive souvent, il n'y a pas de réponse unique à cette question, parce que chaque système a ses avantages et ses inconvénients.Si vous avez une bonne connaissance du fer à souder et de le faire vous - même, Armsmart est une option économique et pratique à considérer. Si vous voulez trouver un équilibre entre les dépenses pour soutenir et la facilité d'utilisation, puis T-Mini est ce qu'il fait pour vous ; l'inconvénient est la très courte période de commercialisation de cette solution, encore en cours de perfectionnement . Si vous préférez aller à une solution et facile à utiliser déjà essayé et testé , vous pouvez compter sur BluCon avec l'application glimp.Finalement, le coût, la performance, la durabilité et la résistance à l'usure ne sont que quelques-uns des critères que chaque devise pour le choix éventuel.Tous ces appareils, y compris ceux commercialisés demeurent  non officiels et  non autorisés à la fois la partie matérielle est dans le logiciel.© Tous droits réservés
    Version imprimable, PDF et Email

    Vous voulez parler des centaines d'amis qui ont déjà expérimentéles solutions proposées sur DeeBee.it? Vous voulez poser des questions sur un sujet précis pour en apprendre davantage sur les points de vue et suggestions qui nous ont déjà passé ? Vous voulez suggérer quelque chose que vous dire votre propre ? 
    Pas besoin de vous inscrire à Nightscout Group Italie et vous répondra à toutes vos questions! 
    Amusez - vous!

    Vous pouvez également être intéressé ...

     
     
     
    La version française sur https://www.deebee.it/?p=14255
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le diabète et l'expatriation

     

    Le diabète n'est pas incompatible avec l'expatriation à condition que le diabète soit bien équilibré et que le départ soit bien préparé. Suivez nos conseils pour partir sans risques.

    Avant de partir

    La visite médicale

    Cette visite avec votre médecin traitant est indispensable et fournit l'occasion d'une mise au point complète sur les points suivants : 

    Votre état diabétique : équilibre optimal, bilan des complications, fixation des objectifs glycémiques. Demandez à votre praticien d'établir un compte-rendu médical en anglais (taux d'HbA1c, dernier FO, ECG, etc.) que vous emporterez avec vous. Les prescriptions de médicaments liés aux maux du voyage: paludisme (la chloraquine est à éviter en cas de rétinopathie diabétique et la prévention des piqûres de moustiques doit être un souci constant), diarrhée, mal des transports. Vérifiez avec le médecin les éventuelles contre-indications. Les vaccinations liées à votre destination (hépatite, fièvre jaune ). 

    Il n'y a pas de contre-indications vaccinales pour un diabète équilibré. 

    Évoquez en détail les conditions de vie, d'alimentation et de travail prévues sur votre lieu d'expatriation afin d'optimiser les mesures préventives. Dans certains cas, l'expatriation peut être contre-indiquée : Les contre-indications liées à la personne : Le diabète instable ou décompensé, le manque d'autonomie, les complications vasculorétiniennes, le diabète non-insulino dépendant à risque (obésité). 

    Les contre-indications liées à l'activité sur place : Dépenses physiques inhabituelles, changements majeurs d'alimentation.

    Le matériel nécessaire

    Préparez avec soin votre trousse de médicaments avec les éléments suivants:

    • Insuline habituelle + insuline ordinaire-Glucagon.
    • Seringues adaptées à l'insuline usuelle et en cas de perte, bris ou vol, adaptées à celle du pays de destination (la graduation est parfois différente: 40 en France, le plus souvent 100 à l'étranger).
    • Stylos à insuline.
    • Cartouches + seringues de dépannage.
    • Bandelettes glycémiques, glycosuriques, cétosuriques, autonémiques.
    • Lancettes.
    • Compresses imbibées d'antiseptique (sachets individuels).
    • Flacon, type thermos pour l'insuline.
    • Lecteur automatique de glycémie et ses batteries, autopiqueur.

    Attention! Tout le matériel injectable doit rester dans votre bagage à main: les suspensions d'insuline doivent rester à température et pression constante.

    Les papiers et les formalités

    Conservez les documents suivants dans votre bagage à main et prévenez le personnel de bord de votre état diabétique :

    • Passeport, visas, carnet de vaccinations.
    • Carte de diabétique ou bracelet.
    • Consignes en cas de malaise (bilingue).
    • Numéro de téléphone de votre médecin traitant et d'éventuels correspondants médicaux.
    • Certificat médical bilingue (port de seringue, ou de pompe, ou de lecteur).
    • Ordonnance de secours bilingue. Nom des médicaments correspondants dans le pays de destination.
    • Certificat d'assistance internationale et Numéro de téléphone correspondant, si vous avez souscrit une assurance rapatriement sanitaire.
    • Fiche Destination comportant les coordonnées de l'ambassade ou du consulat et des médecins francophones sur place (www.cfe.fr -rubrique "Aides et prévention: prévention et actualités").

    Le voyage


    Les conditions climatiques et le décalage horaire doivent conduire à des précautions supplémentaires. Ayez toujours une collation et un traitement à portée de main.

    La température sur place

    S'il fait chaud - L'insuline doit être conservé durant le voyage dans une pochette isotherme. Il faut éviter de l'exposer aux rayons du soleil et mieux vaut la conserver sur place dans un réfrigérateur. 

    S'il fait froid - Ne laissez surtout pas l'insuline geler: placez les stylos et cartouches dans les poches intérieures des vêtements. 

    Attention! Des températures extrêmes peuvent perturber le fonctionnement du lecteur de glycémie.

    Le décalage horaire

    Un voyage ayant plus de 3h de décalage nécessite une modification du traitement. 

    L'adaptation de l'insulinothérapie lors d'un voyage qui comporte un décalage horaire doit se faire le jour du voyage pour vivre, dès l'arrivée, à l'heure locale. Pour un décalage de 3h ou moins, on peut jouer sur les horaires d'injection sans modifier le protocole. Au-delà de 3 heures, il faut compenser le décalage. Il vous faut donc connaître l'heure de départ, l'heure d'arrivée, la durée du trajet et le nombre d'heures de décalage horaire. 

    Pour bien déphaser vos repas, il est préférable de partir le matin ou le soir. Ne changez pas l'heure de votre montre avant votre arrivée et votre premier repas dans le pays de destination afin de suivre la durée d'action de votre insuline et répartir les prises alimentaires. 

    Lors des escales ajoutez une injection d'insuline ordinaire représentant 1/4 de vos besoins quotidiens habituels, associée à la prise des repas (à prévoir toutes les 6 heures). Les collations à bord, très régulières, sont une bonne sécurité pour éviter les hypoglycémies. N'hésitez pas à contrôler votre glycémie toutes les 6 heures, et corrigez si besoin avec un ajout d'insuline ordinaire si votre avion prend du retard. 

    En pratique, pour un voyage d'est en ouest, il faut ajouter une injection d'insuline ordinaire équivalente à de la dose totale d'insuline pour compenser l'allongement de la journée. 

    D'Ouest en Est, au contraire, la journée est réduite. On remplace l'insuline d'action intermédiaire du soir du départ par une insuline ordinaire. 

    En cas de diabète de type 2, respectez l'intervalle habituel entre deux prises médicamenteuses, en faisant suivre chacune d'elle d'une prise alimentaire. Si le décalage est trop contraignant, sautez une prise plutôt que d'enchaîner deux prises trop rapprochées (voyage vers l'est).

    Précautions sur place

    Le soin des pieds

    Il devra être accru, notamment dans les pays chauds avec une inspection complète, deux fois par jour :

    • Vérifiez les cors, callosités, ongles incarnés.
    • Séchez les pieds et les espaces inter-digitaux.
    • Usez d'émollients sur les peaux sèches.

    Préférez les chaussettes en coton, les chaussures en cuir et faites à votre pied plutôt que les baskets ou les chaussures neuves. Ne marchez pas pieds nus. Vérifiez qu'il n'y ait pas de corps étrangers dans vos chaussures lorsque vous les mettez. 

    Les lésions doivent être nettoyées avec de l'eau, du savon, des compresses sèches et des pansements. Si la guérison est lente, consultez un médecin. Une fois par an pensez à montrer vos pieds à votre médecin afin de dépister les risques de lésions. 

    La rétinopathie diabétique

    L'excès de sucre dans le sang endommage les petits vaisseaux qui irriguent la rétine ce qui peut entraîner une perte de la vue, c'est souvent invisible et indolore et touche la moitié des diabétiques. Il est conseillé d'effectuer une fois par an un contrôle chez un ophtalmologue.

    L'alimentation

    Ne buvez que de l'eau en bouteille, ouverte devant vous. Évitez les glaçons et la glace qui peuvent être fabriqués à partir d'eau impropre et ne consommez pas de légumes crus. Préférez le riz: il existe dans toutes les cultures, et son apport glucidique est stable. Attention aux fruits tropicaux souvent riches en sucre. 

    Activité physique


    En cas d'effort physique, soyez vigilants. Adaptez votre traitement (diminution de l'insulinothérapie ou de la dose de sulfamides avant l'effort) et prévoyez des collations ou du glucagon et des bandelettes. Évitez la plongée sous-marine avec bouteilles, surtout pour les diabétiques de type 1.

    Les complications à long terme se développant de manière silencieuse, il est de la plus grande importance que chaque diabétique se soumette à une surveillance médicale attentive.



    *La Caisse des Français de l'Étranger (CFE) rembourse les actes médicaux selon les règles habituelles et dans la limite des tarifs pratiqués en France.

     

     

    https://www.cfe.fr/pages/votre-sante/fichessantes.php?id=7887

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le diabète est une maladie qui fait souvent l'objet de nouveautés. Récemment, des dispositifs ont fait la Une des médias pour aider les malades à contrôler leur insuline.

    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

    Rédigé le 01/11/2016, mis à jour le 31/10/2016 à 15:56

     

    Diabète : des innovations pour contrôler son insuline

     

    Voir la vidéo sur le  site https://www.allodocteurs.fr/maladies/diabete/diabete-des-innovations-pour-controler-son-insuline_20704.html

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • nouveau travail

     

     

    Ça y est, le grand jour approche, vous changez de boulot ! Nouvelle équipe, nouveau boss : entre stress et curiosité, vous vous posez de nombreuses questions concernant l’arrivée dans cette entreprise encore inconnue. Au-delà de l’aspect professionnel, vous vous interrogez également sur la place que doit prendre votre diabète dans cette page professionnelle qui s’ouvre ? Faut-il en parler ? À qui ? Nous vous donnons quelques réponses.

    FAUT-IL PARLER DE SON DIABÈTE À SON NOUVEL EMPLOYEUR ?

    Vous pouvez informer votre employeur de votre diabète, mais ce n’est pas une obligation.

    Si vous souhaitez rester discret à votre arrivée dans l’entreprise, sachez que vous pouvez transmettre une attestation de carte vitale sans divulguer d’information sur votre état de santé. En effet tout est prévu par la loi et les systèmes informatiques de votre caisse primaire d’assurance maladie : demandez à votre CPAM une attestation anonymisée, c’est-à-dire n’indiquant pas l’ALD (Affection de Longue Durée) comme motif de votre prise en charge à 100% (1).

    Cependant, informer votre employeur peut vous permettre d’instaurer une relation de confiance avec lui. Il sera peut-être plus à même de comprendre les contraintes liées à la maladie ou encore les absences que peuvent nécessiter votre traitement ou le suivi de votre diabète. (1)

    Dans tous les cas, la décision d’en parler ou pas vous appartient !

    FAUT-IL DIRE À SES COLLABORATEURS QU’ON A UN DIABÈTE ?

    Si vous choisissez d’en parler sur votre lieu de travail, il peut être pertinent d’informer 1 ou 2 collaborateurs proches, qui pourront vous apporter une aide précieuse, notamment en cas d’hypoglycémie (1,2). Mais il est sans doute préférable d’attendre d’avoir établi une relation de confiance avec ces personnes avant de les informer de votre diabète.

    Quelles informations leur transmettre ? Indiquez-leur les symptômes pouvant être ressentis en cas d’hypoglycémie : sueurs, pâleur, fringale, vision floue, tremblements, sensation de faiblesse ou encore troubles de l’humeur.

    Il est également important de les informer sur les bons gestes à adopter si vous n’êtes pas en mesure d’agir seul(e) (3) :

    • Si vous êtes conscient (e), une personne peut vous resucrer avec 15 grammes de glucides. C’est-à-dire, 15 cl de jus de fruit ou de soda non light (15 cl) ou 3 morceaux de sucre, 1 cuillère à soupe de confiture ou de miel (3).
    • Si vous êtes inconscient(e), votre entourage doit savoir qu’il ne faut pas vous alimenter (risque d’étouffement) mais qu’il faut pratiquer une injection de glucagon. Si la personne ne peut pas réaliser cette injection, elle doit appeler le 15 ou le 112. (3)

    POURQUOI PARLER DU DIABÈTE AVEC LE MÉDECIN DU TRAVAIL ?

    Encore une fois, la loi favorise le secret médical et ne vous contraint pas à informer le médecin du travail de votre maladie. Mais le médecin du travail est un interlocuteur clé de la vie professionnelle, il est donc conseillé de lui faire part de votre diabète. Informé, le médecin du travail pourra ainsi s’assurer de la compatibilité de votre poste avec les contraintes liées à la maladie. Il pourra aussi être sensibilisé à l’éventuelle nécessité d’un temps partiel (1,2).

    A quelle occasion rencontrer le médecin du travail ? Les rendez-vous ont lieu avant l’embauche ou à la fin de la période d’essai, puis une fois tous les cinq ans maximum (Le délai est raccourci à trois ans si le salarié est considéré comme travailleur handicapé, travailleur de nuit ou mineur). Au-delà de ces entretiens systématiques, vous pouvez également demander à rencontrer le médecin du travail pour bénéficier d’un examen médical. Ce rendez-vous peut être l’occasion d’aborder votre maladie (1).

    COMMENT RÉUSSIR SES PREMIERS JOURS ?

    Avoir un diabète ne minimise pas pour autant l’enjeu principal de ce nouveau travail : réussir et s’épanouir professionnellement ! Pour cela, voici nos 3 conseils :

    • Prenez confiance en vous et montrez-vous sous votre meilleur jour.
    • Créez votre réseau en interne, ne soyez pas timide et présentez-vous aux autres collaborateurs de l’entreprise.
    • Appropriez-vous votre nouveau bureau et n’hésitez pas à poser des questions, même logistiques : il est toujours important de savoir où se trouvent les stylos et le café !

    La réussite est au bout du chemin… Bonne rentrée !

    Références bibliographiques :

    1. Fédération Française des Diabétiques. Guide Diabète et Travail – avril 2013 remis à jour en avril 2016.

    2. Ameli.fr. Diabète et vie professionnelle. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/vie-pratique/diabete-vie-professionnelle. Site consulté le 29/09/2017.

    3. Fédération Française des Diabétiques.

    Ma glycémie. Comment faire face à une hypoglycémie?

    https://www.federationdesdiabetiques.org/diabete/glycemie/hypoglycemie 

     

    INSTIT0707ADC341e-Novembre 2017

     

    https://www.freestylediabete.fr/diabete/nouveau-boulot-reussir-le-grand-saut

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Dr Kenneth Strauss, endocrinologue, Directeur de la sécurité en médecine de l'European Medical Association et Directeur médical mondial BD

    Introduction

    Dans la mesure où le diagnostic de cette maladie concerne de plus en plus de personnes chaque année, le diabète et les problèmes de santé associés représentent une charge sanitaire et financière croissante pour le système de santé, et ils sont également responsables d'un nombre croissant de décès, ce même rapport de l'OMS attribuant 1,5 millions de décès au diabète en 2012 dans le monde. Si les injections fréquentes sont considérées comme l'une des causes de certains problèmes de santé, l'une d'elle, la réutilisation des aiguilles est un contributeur trop souvent ignoré.

    C'est une habitude très répandue : selon le questionnaire mondial sur les techniques d'injection (Injection Technique Questionnaire, ITQ), le taux de réutilisation des aiguilles s'élève en France à 22 % parmi les diabétiques insulino-dépendants : Ce questionnaire est l'une des plus grandes enquêtes jamais réalisées sur le diabète et il a été rédigé et vérifié par 183 experts de 54 pays lors du congrès international « Forum for Injection Technique & Therapy Expert Recommendations (FITTER) ». Il est de ce fait très instructif et fait autorité.

    Selon l'enquête, en France, 32 % des personnes diabétiques réutilisent trois à cinq fois les aiguilles et, au sommet de l'échelle, pas moins de 12 % (plus d'une personne sur 10 !) les réutilise plus de dix fois. Bien que les aiguilles à stylo soient à usage unique, comme le précise l'emballage, de nombreux patients qui s'injectent de l'insuline (49 %) réutilisent les aiguilles pour des raisons pratiques, comme lorsqu'ils sont à l'extérieur et ne veulent pas emmener un stock d'aiguilles et un conteneur pour leur élimination une fois utilisées. Les autres facteurs qui influencent de tels comportements sont le fait de ne pas avoir d’aiguilles disponibles sur soi (12%), les aspects environnementaux (10 %) et le coût (2%) : s'ils doivent assumer une partie ou la totalité du coût de leurs propres aiguilles, les patients risquent de ne pas acheter de nouvelle aiguille pour chaque injection, et certains n'aiment pas éliminer une aiguille après une seule utilisation du fait de la nécessité d'incinérer les composants en métal et en plastique. Au niveau mondial, la raison du coût est de 23%.

     

    Recommandations concernant la réutilisation des aiguilles

    Des autorités telles que les experts de FITTER recommandent clairement de ne pas réutiliser les aiguilles[1] et soulignent le lien entre la réutilisation des aiguilles et la lipohypertrophie, les douleurs et les saignements lors des injections : « La réutilisation des aiguilles n'est pas une pratique d'injection optimale et les patients doivent être dissuadés de le faire. » Ces recommandations précisent également plus loin que les aiguilles à stylos (et les aiguilles à seringues) ne doivent être utilisées qu'une seule fois. « Elles ne sont plus stériles après utilisation. » [2]

     

    Lorsqu'un dispositif est à usage unique, les fabricants ont l'obligation de l'indiquer clairement sur l'emballage, comme ils le font pour les aiguilles à stylos, dont l'étiquetage officiel doit comporter les symboles d'usage unique et de stérilité. Ces symboles suggèrent en soi que la réutilisation de tels produits peut avoir des conséquences néfastes, mais ils sont clairement très insuffisants pour éviter une réutilisation.

     

     

    Causes et effets de la lipohypertrophie

    S'il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les aiguilles ne doivent pas être utilisées plus d'une fois, le risque de lipohypertrophie est l'un des problèmes majeurs associés à leur réutilisation. La lipohypertrophie, une anomalie du tissu adipeux fréquente chez les diabétiques insulino-dépendants, se manifeste par des gonflements inesthétiques et des indurations du tissu adipeux, qui se forment lorsque des microtraumatismes dus à des injections répétées dans un même site combinés à l'insuline, provoquent la croissance excessive d’amas de cellules graisseuses. Bien qu'elles puissent être diagnostiquées visuellement et en palpant les sites d'injection, selon l'endroit où se forment les lipohypertrophies (généralement au niveau des sites d'injection préférés comme l'abdomen et les cuisses), les patients peuvent facilement ne pas les déceler lorsqu'ils s'examinent eux-mêmes et les confondent parfois avec une prise de poids ou un développement musculaire. Les praticiens peuvent aussi passer à côté s'ils n'examinent pas régulièrement les sites d'injection lors de chaque consultation, et les données de l'enquête ITQ montrent que 39 % des sondés à travers le monde n'ont pas le souvenir que leurs sites aient être contrôlés, tandis que seuls 28 % déclarent que leurs sites le sont lors de chaque consultation.[3]

     

    Jusqu'à deux-tiers des personnes qui s'injectent de l'insuline peuvent présenter des lipohypertrophies[4], avec trois facteurs de risque majeurs de leur formation : la durée d'utilisation de l'insuline, les lipohypertrophies étant plus fréquentes chez les utilisateurs à long terme, la rotation insuffisante des sites d'injection, et dernier facteur crucial : la réutilisation des aiguilles. La fréquence des lipohypertrophies est plus élevée chez les patients qui s'injectent de l'insuline et réutilisent les aiguilles que chez ceux qui ne les réutilisent pas, 70 % de ceux qui utilisent la même aiguille plusieurs fois présentant une lipohypertrophie. Des injections répétées dans le même site conduit par conséquent à une forte probabilité de formation de lipohypertrophie, une étude de Blanco et al. ayant montré que 98 % des patients présentant des lipohypertrophies n'alternaient pas les sites ou ne les alternaient pas correctement[5].

     

    Les lipohypertrophies sont également associées à deux des complications les plus fréquentes et invalidantes de l'insulinothérapie : l'hypoglycémie, qui survient lorsque la glycémie chute au-dessous de 4 mmol/l, et la variabilité glycémique, qui se manifeste pas des fluctuations de la glycémie. À titre d'exemple, l'étude de Blanco et al. a notamment constaté[6] que le taux d'hypoglycémies répétées inexpliquées était plus de six fois plus élevé chez les patients présentant des lipohypertrophies (39 % contre 6 %) et que la variabilité de la glycémie était sept fois plus élevée (49 % contre 7 %) que celle recommandée.

     

    La cause de ces complications repose sur le fait que l'injection d'insuline dans des lipohypertrophies altère sa résorption et par voie de conséquence, diminue l'effet de l'insuline sur les patients. La résorption de l'insuline est plus variable et plus lente lorsque ce produit est injecté dans le tissu adipeux lipohypertrophique et l'effet hypoglycémiant est plus bas, avec des pics plus faibles.[7] L'insuline ayant donc moins d'effet, les patients doivent s'injecter des doses de plus en plus élevées, ce qui conduit à une variabilité encore plus importante de la glycémie, qui peut aboutir à des complications médicales telles que, dans le pire des cas, un infarctus du myocarde, des complications microvasculaires et le décès.

     

     

    La nécessité d'éduquer le patient

    Les meilleures stratégies de prévention et de traitement de la lipohypertrophie comprennent la rotation des sites à chaque injection et la non-réutilisation des aiguilles. Les schémas de rotation adéquats ont permis non seulement de réduire la taille des lipohypertrophies, mais aussi de réduire jusqu'à 50 %, la consommation quotidienne d'insuline du patient.[8] L'étude de Blanco a calculé qu'un patient présentant une lipohypertrophie avait besoin en moyenne de 15 unités d'insuline de plus qu'habituellement, ce qui fait passer la dose quotidienne d'insuline de 41 unités à 56,[9] en raison de l'effet négatif que les lipohypertrophies ont sur les taux de résorption de l'insuline. Aux problèmes de santé associés vient s'ajouter un impact financier lié au coût que représentent l'insuline supplémentaire et les soins nécessaires lorsque des complications surviennent.

     

    Le Journal of Diabetes[10] indique qu'il n'est pas rare que les personnes diabétiques oublient ce qu'on leur a conseillé de faire sur certains aspects de la technique d'injection, et les données du questionnaire ITQ mondial montrent que 44 % des patients continuent à injecter leur insuline dans les lipohypertrophies, dont 17 % à chaque injection et 39 % au moins une fois par jour.[11]

     

    Parce que le risque de lipohypertrophies augmente également significativement lorsque les aiguilles sont utilisées plus de cinq fois et étant donné que plus les aiguilles sont réutilisées, plus des lipohypertrophies ont tendance à se former[12] la réutilisation des aiguilles est incontestablement un problème qui doit être résolu.  Même après une seule utilisation, on peut observer au microscope que la pointe de l'aiguille s'émousse et parfois se tord, ce qui crée des lésions au niveau de la peau et de la couche adipeuse sous-cutanée et favorise le développement de lipohypertrophies[13]

     

    Les résultats de l'étude de Blanco, les recommandations FITTER et d'autres données renforcent clairement la nécessité d'éduquer les patients sur l'importance de l'usage unique des aiguilles et de la rotation des sites pour obtenir les meilleurs résultats et bien contrôler leur diabète. Notamment ceux qui s'injectent de l'insuline depuis de nombreuses années ont peut-être besoin d'être rééduqués, car il se peut qu'ils utilisent des techniques obsolètes ou qu'ils aient oublié les bonnes pratiques[14].

     

     

    Avantages pour la santé de l'utilisation adéquate des aiguilles

    L'aspect positif, c'est que lorsque les utilisateurs d'insuline ont été rééduqués sur les techniques d'injection correctes et qu'ils ont adopté ce nouveau comportement, les lipohypertrophies diminuent souvent significativement, la consommation d'insuline diminue également et la santé s'améliore. Dans une étude, qui cherchait à rééduquer les patients sur les techniques d'injection, les lipohypertrophies visibles sont passées de 50 % avant l'étude à 33 % après celle-ci, les lipohypertrophies palpables ayant quant à elles chutées de 63 % à 42 %, et celles qui persistaient avaient diminué de moitié[15]. Les taux d'injection dans les lipohypertrophies ont également considérablement diminué et les taux d'hypoglycémies inexpliquées et de variabilité de la glycémie étaient significativement plus faibles : le nombre de patients présentant des hypoglycémies inexpliquées a chuté de 40 % et celui des patients présentant une variabilité de la glycémie de 41 %, tandis que le taux moyen d'HbA1c a chuté de plus de 4,0 mmol/mol (0,4 %) et la dose quotidienne totale d'insuline de 5,6 unités. D'autres études ont montré une diminution de la consommation d'insuline de 5,0 à 15,0 unités par jour[16], avec une réduction de près de 8 % de l'insuline utilisée dans les huit semaines qui suivaient l'étude.

     

     

    Coût humain et financier de la mauvaise résorption de l

    De toute évidence, avec de tels résultats, il y a aussi des avantages financiers à encourager les patients à changer leurs pratiques en matière d'injection et à réduire les lipohypertrophies. Si le coût de l'utilisation d'une nouvelle aiguille lors de chaque injection peut être une préoccupation pour les patients, force est de constater que l'insuline représente en réalité plus de neuf fois le coût des aiguilles à stylos. Les résultats de cette étude, appliqués à des modèles de coûts incluant les coûts de l'insuline par unité, le nombre de patients qui s'auto-injectait l'insuline et la dose quotidienne totale moyenne d'insuline (DQT), ont permis d'estimer qu'une réduction de la dose quotidienne d'insuline d'environ 6 unités en moyenne par personne et par jour après une intervention pouvait faire réaliser plus de 42 millions de livres d'économies par an au NHS en Angleterre et au Pays de Galles[17].

     

    Ces chiffres incluent également les économies indirectes liées à la diminution des taux d'hypoglycémies et de variabilité de la glycémie et les économies à long terme supplémentaires réalisées grâce à la réduction des complications du diabète liée à l'amélioration des taux d'HbA1c (concentration moyenne du glucose dans le plasma). L'étude UK Prospective Diabetes Study (UKPDS[18]) et l'étude Diabetes Control and Complications Trial (DCCT) ont montré qu'une amélioration de 1 % des taux d'HbA1c (ou de 11 mmol/mol) chez les diabétiques de type 1 ou de type 2, diminue de 25 % le risque de complications microvasculaires, tandis qu'une deuxième étude avance un chiffre de 37 % pour ce même paramètre, avec une diminution de 14 % des infarctus du myocarde et de 21 % des décès liés au diabète[19].

     

     

    Conclusion

    Les données probantes en faveur d'une non-réutilisation des aiguilles sont irréfutables. Avec des taux de lipohypertrophie de 70 % parmi les diabétiques insulino-dépendants qui réutilisent les aiguilles, et des taux d'hypoglycémie et de variabilité glycémique également nettement plus élevés chez les patients présentant des lipohypertrophies, de graves problèmes de santé sont associés à ces deux situations. Les études recommandent clairement la non-réutilisation des aiguilles et montrent également que la lipohypertrophie peut rapidement diminuer lorsque des techniques d'injection adéquates sont adoptées, ce qui plaide fortement en faveur d'une rééducation des praticiens et des patients afin qu'ils sachent déceler les lipohypertrophies et adoptent des techniques d'injection appropriées.

     Dr Kenneth Strauss, endocrinologue, Directeur de la sécurité en médecine de l'European Medical Association et Directeur médical mondial BD
     

    Références

    [1] Mayo Clinic Proceedings 2016 New Insulin Delivery Recommendations

    [2] Mayo Clinic Proceedings 2016 New Insulin Delivery Recommendations ref to Hambridge K. The management of lipohypertrophy in diabetes care. Br J Nurs. 2007;16(9):520-52 & ansà M, Colungo C, Vidal M. Actualización sobre técnicas y sistemas de administración de la insulina (II). Av Diabetol. 
2008;24(4):255-269. 


    [4] Vardar B, Kizilci S. Incidence of lipohypertrophy in diabetic patients and a study of influencing factors. Diabetes Res Clin Pract 2007;77:231-6. 


    [5] Blanco M, Hernández MT, Strauss KW, Amaya M. Prevalence and risk factors of lipohypertrophy in insulin-injecting patients with diabetes.. Diabetes Metab. 2013 Oct;39(5):445-53. doi:10.1016/j.diabet.2013.05.006. Epub 22 juil. 2013 


    [6] cf. note référence 5

    [7] Susanne Famulla, Ulrike Hövelmann, Annelie Fischer, Hans-Veit Coester, Lutz Heinemann, Lars Kaltheuner, Laurence Hirsch, Tim Heise. Lipohypertrophy (LHT) Leads to Blunted, More Variable Insulin Absorption and Action in Patients with Type 1 Diabetes (T1DM). Abstract 2015 ADA Ulrike Hovelmann, Susanne Famulla, Lidia Hermanski, Annelie Fischer, Lutz Heinemannn, Matthias Kaltheuner, Laurence Hirsch, Tim Heise,. Insulin Injection into Regions with Lipohypertrophy (LHT) Worsens

    [8] Kenneth Strauss, Heidi De Gols, Irene Hamnet, Tuula-Maria Partanen, Anders Frid, A Pan-European Epidemiologic study of insulin injection technique in patients with diabetes, Practical Diabetes Intm 2002; 19(1):17-21  & 19 (3): 71-76

    [9] Blanco M, Hernández MT, Strauss KW, Amaya M. Prevalence and risk factors of lipohypertrophy in insulin- injecting patients with diabetes. Diabetes Metab. 2013 Oct;39(5):445-53. doi:10.1016/j.diabet.2013.05.006. Epub 22 juil. 2013 


    [10] Carina De Coninck, Anders Frid, Ruth Gaspar et al., (2010) Results and analysis of the 2008-2009 Insulin Injection Technique Questionnaire survey, Journal of Diabetes, 2 (3):168-179

    [12] Blanco, M., Hernández, M., Strauss, K. and Amaya, M. (2013). Prevalence and risk factors of lipohypertrophy in insulin-injecting patients with diabetes. Diabetes & Metabolism, 39(5), pp.445-453. doi:10.1016/j.diabet.2013.05.006

    [13] Données BD

    [14] Grassi G, Scuntero P, Trepiccioni R, Marubbi F, Strauss K, Optimizing Insulin Injection Technique and its Effect on Blood Glucose Control, Journal of Clinical & Translational Endocrinology (2014), doi: 10.1016/j.jcte.2014.07.006.

    [15] Smith M., Clapham L. & Strauss K. UK lipohypertrophy interventional study. Diabetes Research and Clinical Practice. 126 (2017) 248-253

    [16] Blanco et al, Ji L, Li Q, Wei G. Lipohypertrophy - prevalence, risk factors and clinical characteristics of insulin-requiring patients in China. Submitted, J. Diabetes. ITQ, and Frid et al. Worldwide Injection Technique Questionnaire Study: Population Parameters and Injection Practices. Mayo Clin Proc. September 2016;91(9):1212-1223

    [17] Smith M., Clapham L. & Strauss K. UK lipohypertrophy interventional study. Diabetes Research and Clinical Practice. 126 (2017) 248-253

    [18] UKPDS 1999 & DCCT 1993

    [19] Stratton IM, et al. Br Med J 2000; Association of glycaemia with macrovascular and microvascular complications of type 2 diabetes 321:405–412.

     

    http://www.caducee.net/actualite-medicale/13794/reutilisation-des-aiguilles-et-lipohypertrophie-comprendre-le-lien.html

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Image associée

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le diabète de type 2 est le diabète le plus fréquemment rencontré dans la population. En France, il touche environ 4 % de la population, mais ce chiffre augmente avec les années. Au cours de cette maladie, le taux de sucre présent dans le sang est, en l'absence d'un traitement adéquat, trop élevé. À long terme, cela peut avoir des répercussions graves sur l'organisme. Faisons ensemble le point sur cette maladie et les risques qu'elle engendre.

     

    diabète type 2

     

     

    Qu'est-ce que le diabète de type 2 ?

    Le diabète de type 2 apparaît avec l'âge. Il correspond dans un premier temps à une difficulté pour les cellules à utiliser l'insuline. On parle d'insulinorésistance. Le sucre présent dans le sang a du mal à entrer dans les cellules. Pour lutter contre cela, le pancréas, responsable de la sécrétion d'insuline, va augmenter sa production. Ce phénomène est l'hyperinsulinisme. Malheureusement, au bout de plusieurs années, le pancréas s'épuise et n'arrive plus à sécréter d'insuline. C'est la phase d'insulinodéficience. Cet épuisement est d'autant plus rapide que la personne est en surpoids, fume et ne pratique pas d'activité physique. Voilà une bonne raison de vous remettre au sport, non ?

    Le diabète de type 2, quels sont les risques ?

    D'accord, le sucre présent dans le sang ne rentre pas dans les cellules, mais au fond, en quoi est-ce problématique ? Si votre taux de sucre est trop élevé, vos artères souffrent, c'est l'athérosclérose. Elles vont durcir progressivement, augmenter la pression artérielle et entraîner des risques cardiovasculaires : AVC, infarctus... Le système nerveux est aussi très sensible à un taux de sucre élevé.

    Au niveau périphérique, cela entraîne une neuropathie pouvant donner des douleurs, une baisse de la sensibilité et des faiblesses musculaires. Le système neurovégétatif peut aussi être affecté et donner des troubles urinaires, digestifs, des troubles du rythme cardiaque et des troubles sexuels. Les yeux sont également touchés : la rétine peut être atteinte et entraîner une cécité. Enfin, les reins, qui sont les filtres du corps humain, sont en première ligne et leur souffrance peut aller jusqu'à une insuffisance rénale.

    Le seul moyen de se protéger de tout cela est de maintenir une glycémie (le taux de sucre dans le sang) stable et basse en respectant un régime approprié, en suivant un traitement adapté avec une surveillance régulière et en luttant contre l'excès de poids, le tabagisme et la sédentarité.

     

    http://www.medisite.fr/diabete-diabete-de-type-2-les-risques.799386.60.html

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Analyse des apolipoprotéines

    "analyse-apolipoproteines-sang

    Définition de l'apolipoprotéine

    Les apolipoprotéines (ou apoprotéines) sont des protéines fabriquées par le foie qui sont impliquées dans le transport des lipides (cholestérol, triglycérides, phospholipides) dans le sang. En effet, les lipides sont insolubles dans le sérum et ne peuvent y circuler qu’en association avec des lipoprotéines (des sortes de « vésicules » ou micelles). Ces lipoprotéines possèdent une partie protéique : les apolipoprotéines.

    Celles-ci sont composées de plusieurs protéines assemblées, et il en existe une grande variété : au total, dix classes et sous-classes sont répertoriées.

    Le dosage sanguin concerne surtout les apolipoprotéines B (qui sont associées au cholestérol LDL) et les apolipoprotéines A1 (cholestérol HDL).

     

     

    Pourquoi faire une analyse des apolipoprotéines ?

    Le dosage des apolipoprotéines est parfois utilisé en complément du bilan lipidique, c’est-à-dire de la mesure du taux de cholestérol et de lipides sanguins.

    Il contribue à évaluer le risque cardiovasculaire d’un individu : celui-ci augmente lorsque le taux d'apolipoprotéine A1 diminue et que le taux d'apolipoprotéine B augmente.

    En effet, la concentration d’apolipoprotéines reflète indirectement la concentration de « bon » et de « mauvais » cholestérol dans le sang.

    Selon la Haute autorité de santé en France :

    - le dosage de l’apolipoprotéine A1 est à réaliser lorsque la concentration de cholestérol-HDL est  inférieure à 0,35 g/l ou supérieure à 0,80 g/L

    - le dosage de l’apolipoprotéine B est à réaliser lorsque la concentration de triglycérides est supérieure à 3,4 g/

     

     

    Quels résultats peut-on attendre d'une analyse des apolipoprotéines ?

    L’examen sanguin consiste en un prélèvement de sang veineux, en général au niveau du pli du coude. Le prélèvement est effectué à jeun. Le médecin pourra vous demander de cesser auparavant la prise de certains médicaments qui peuvent modifier la concentration des apolipoprotéines dans le sang (notamment les corticoïdes, les diurétiques, les bêtabloquants, etc.).

     

    Quels résultats peut-on attendre d’un bilan des apolipoprotéines ?

    La concentration normale d’apolipoprotéine A1 (ou Apo A1) est comprise entre 1,10 à 1,80 g/l (grammes par litre), et celle d’apolipoprotéine B (ou Apo B) est comprise entre 0,50 à 1,50 g/l. Ces valeurs usuelles varient toutefois d’un laboratoire à l’autre et selon les sources.

    Une baisse du taux sanguin d'Apo A1 (en-dessous de 1,1 ou 1,2 g/l) est un signe de risque d’athérosclérose, c’est-à-dire de dépôt de « plaques » dans les vaisseaux susceptible de les boucher.

    Son élévation, à l’inverse, est un signe de bonne élimination du cholestérol et donc de protection contre les maladies cardiovasculaires.

    Une élévation de la concentration de l'ApoB (taux supérieur à 1,3 g/l environ) traduit quant à elle une augmentation du risque cardiovasculaire.

    A lire aussi :

    Tout savoir sur les maladies cardio-vasculaires

    Recherche et rédaction : août 2015

    https://www.passeportsante.net/fr/Maux/analyses-medicales/Fiche.aspx?doc=analyse-apolipoproteines-sang 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Soignons sport féminin

    A l’occasion de la Journée Mondiale du Sport Féminin en ce 24 janvier, Santé sur le Net a eu l’occasion d’interviewer Marie-Françoise Potereau, présidente de l’association Femix’Sports. Ancienne cycliste de haut niveau et conseillère interfédérale, elle nous dresse le bilan de l’état du sport féminin actuel en France.

    « Il est certain que les stéréotypes sexistes spécifiques au sport ont encore un impact non négligeable sur les femmes qui souhaitent aujourd’hui pratiquer un sport, notamment lorsqu’il s’agit d’une discipline traditionnellement désignée comme « masculine ». »

    Marie-Françoise Potereau,
    présidente de Femix’Sports.

     

    Femix’Sports, une association engagée

    En 2000, création de Femix’Sports à la suite des Premières Assises du Sport Féminin avec l’appui de Marie-Georges Buffet. Cette association œuvre pour plus d’égalité entre hommes et femmes dans la pratique du sport, ainsi qu’une « meilleure représentation des femmes dans le sport ». Son objectif majeur est « la promotion de la mixité dans le sport, où les femmes sont encore minoritaires ». Pour y arriver, avec l’aide de partenaires institutionnels et privés, Femix’Sports mène « des actions ciblées et efficaces », diffuse « les connaissances académiques et empiriques sur la thématique » et produit « des outils innovants en matière d’égalité homme-femme dans le sport ». A ce jour, c’est la seule association qui se consacre à cette thématique.

    Leurs actions se divisent en quatre grands pôles d’activités :

    • « L’organisation de formations dirigeantes pour toutes les structures sportives » dans le but de « favoriser l’accès des femmes aux postes dirigeants du sport, et les aider à s’engager vers ce type de responsabilités » ;
    • L’organisation ou le partnering de « nombreux événements dédiés au sport féminin » : depuis quatre ans, l’association est impliquée dans l’événement « 4 Saisons du Sport Féminin » lancé en 2014 par le CSA pour augmenter l’exposition médiatique des pratiques sportives féminines ;
    • La participation à de « nombreuses conférences consacrées aux enjeux essentiels du sport féminin en qualité d’intervenants, d’animateurs voire de co-organisateurs » dans l’objectif de diffuser les savoirs et produire les connaissances ;
    • La « promotion du sport féminin et de lutte contre les stéréotypes sexistes » avec des « activités de communication des événements et exploits sportifs féminins » sur leurs sites et réseaux sociaux : Femix’Sports est notamment partenaire de l’initiative « Coup de Sifflet contre les Préjugés Sexistes ! ».

    Le sport féminin, des efforts encore insuffisants

    Depuis plusieurs années, il y a eu « en France, un travail important (…) mené en direction des Fédérations sportives et de leur féminisation ». En 2012, « la feuille de route du comité interministériel en faveur de l’égalité hommes-femmes » proposait une « série de mesures spécifiques applicables dans le sport ».

    Mais, les études qui ont été réalisées par le Ministère des Sports ou le CSA, montrent une situation actuelle peu satisfaisante : l’état du sport féminin n’est pas encore suffisamment mis en avant. L’accès des femmes aux postes de dirigeantes et techniques du sport n’a pas beaucoup progressé. Par exemple, seule une femme est aujourd’hui présidente d’une fédération sportive en France. De plus, si la médiatisation des épreuves féminines a doublé de 2012 à 2014 passant de 7 % à 14 %, cela reste très faible. Marie-Françoise Potereau souligne même qu’« il existe encore un écart entre le nombre de licences masculines et féminines, ces dernières représentant 38 % des licences ».

    De nouvelles initiatives pour soigner le sport féminin

    Femix’Sports est aujourd’hui soutenue par le Ministère de la Santé. Leur préoccupation majeure est la place de la femme dans le sport, mais également le bénéfice du sport sur la santé féminine. De manière globale, l’activité physique régulière a un impact positif sur la santé de chacun et permet notamment de « prévenir l’apparition de maladies chroniques, d’améliorer la forme musculaire et les capacités cardio-respiratoires ».

    Selon la présidente de l’association, « le lien entre pratique sportive féminine et santé se fait plutôt en termes de nouvelles offres, centrées entre autres sur la santé ». Ainsi, fruit de nombreuses réflexions sur les manières innovantes de stimuler et de penser le sport féminin, le concept de « sport-santé » se concentre par exemple sur le « bien-être et la santé physique, psychologique et sociale ». Plusieurs initiatives ont alors vu le jour pour faciliter l’accès au sport dans la population féminine, portées par des fédérations sportives, mais aussi par des joueuses professionnelles :

    • « Lors de la dernière journée Sentez-Vous Sport (organisée par le CNOSF – Centre National Olympique Sportif Français), la basketteuse Emmeline N’Dongue a présenté le « basket-santé », pratique adaptée selon les besoins de chacun et centrée sur le bien-être. Celle-ci serait proposée à des publics minoritaires, y compris les femmes » ;
    • « La boxeuse Sarah Ourahmoune, récente médaillée d’argent aux Jeux de Rio, a mis en place un service de garderie sur l’un des cours proposés par sa structure (…), afin de permettre aux mères qui ne peuvent pas faire garder leurs enfants de pratique la boxe sans contrainte ».

    Pour conclure, en France, le sport devient de plus en plus accessible depuis plusieurs années, grâce à de nombreuses initiatives. La présidente Marie-Françoise Potereau souhaiterait d’ailleurs adresser un messageaux femmes qui pratiquent ou souhaiteraient pratiquer un sport :

    « Cherchez une discipline qui vous plaît, et osez ! »

     

    Simone VA., Rédactrice


    Interview réalisée auprès de la présidente de Femix’Sports, Marie-François Potereau, le 20 janvier 2017

     

    https://www.sante-sur-le-net.com/soignons-sport-feminin/?

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique