• Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Chers vous tous,

    Nous vous invitons à notre prochaine soirée-conférence annuelle des « 3D » (Diabète - défi - dialogue).  Cette année, l’association soutenue par les équipes pluridisciplinaires de diabétologie pédiatrique des Cliniques universitaires Saint Luc de Woluwe Saint-Lambert et du CHU UCL Namur, a choisi de proposer le thème de l'adolescence

    Cette soirée-conférence se déroulera le vendredi 22 mars à 20H00 et se clôturera par un un verre de l'amitié.

    Nous essaierons plus particulièrement de répondre à la question suivante : "Comment faire face quand on se sent différent ?"

    La soirée comprendra plusieurs interventions :

    - "Gérer mon diabète et vivre mon adolescence" par le Dr Thierry Mouraux, pédiatre diabétologue au CHU UCL Namur

    -  "Pistes de réflexion pour répondre aux agressions verbales » par Mme Geneviève Smal, créatrice du jeu Takattak

    - "On peut mourir d'Amour ou de Rire... pas du Diabète !" par M. Jean Debefve, "auteur, comédien et musicien depuis presque aussi longtemps qu'un vieux Rolling Stone".

    Ainsi que divers témoignages d'anciens adolescents diabétiques et d'une psychologue.

    Où ? à la Grange du Douaire, Avenue des combattants, n°2 à 1340 Ottignies

    Cette soirée a pour but de permettre à chacun(e) d'écouter un ou plusieurs experts ou témoins, de se retrouver entre parents et adolescents et de rencontrer, de manière conviviale, le personnel soignant.  Présence des adolescents bienvenue !

    Nous vous proposons une PAF libre ; vous pouvez soutenir l’association en versant votre participation sur le compte « Baecke 3D »  numéro : BE88 3770 3650 1541

    Cela nous aidera à financer la location de la salle de réunion et le verre de l'amitié.

    La Grange du Douaire est accessible en train, se situant à 800 m de la gare d'Ottignies.

    Invitation cordiale à toutes et à tous.

    Merci de confirmer votre présence à Véronique Cappart-Baecke  au 0476/48.47.22. ou par mail à : verocap@scarlet.be

    Pour le comité,

    Véronique Cappart-Baecke

         https://www.diabete-abd.be/actualites/gerer-mon-diabete-et-vivre-mon-adolescence.aspx?    

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une sensation de fourmillement dans les mains est un symptôme banal et assez courant. Cependant, lorsqu'il se présente chez une personne diabétique, il faut être prudent quant au diagnostic.

    En effet, le diabète peut engendrer différentes affections des mains ou des pieds ou les aggraver. Le point dans notre astuce.

    Causes d'un fourmillement dans les mains

    Cette sensation de fourmillement, chez une personne non atteinte du diabète, peut venir de différentes causes :

    • Syndrome du canal carpien (nerf passant dans le poignet qui est plus ou moins comprimé).
    • Problème concernant les vertèbres cervicales.
    • Crise de spasmophilie, exposition au froid, traitements médicamenteux tels qu'une chimiothérapie ou troubles musculaires dû à la fatigue, la douleur, etc.
    • Cause neurologique avec une atteinte du nerf (neuropathie) ou du système nerveux central.

    Les personnes diabétiques sont plus sujettes que les autres aux neuropathies :

    • On parle alors de neuropathie diabétique, celle-ci pouvant se manifester par des fourmillements, des douleurs, des pertes de sensibilité.
    • La neuropathie peut également toucher les nerfs contrôlant la digestion, la pression sanguine, le rythme cardiaque, les organes sexuels et la vessie.

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Que diriez-vous de créer un groupe de jeunes diabétiques qui se retrouveraient 5 à 6 fois par an autour d’une activité ludique, par exemple bowling, escape game, paintball, balade en vélo… ?

    L’objectif est de permettre à de jeunes de se rencontrer, de partager leurs expériences face au diabète, tout en s’amusant.
    Nous vous donnons rendez-vous le dimanche 05 mai 2019 pour une partie de bowling et une partie de Q-Zar. Le rendez-vous est à 10h30 au Crosly à Bruxelles (facilement accessible en train via la gare centrale ou en métro) :
    Boulevard de l’Empereur 36, 1000 Bruxelles – http://www.crosly.be/

    Pour vous inscrire, rien de plus facile !
    Il suffit d’envoyer un mail à activites@diabete-abd.be avant le 25 avril !

    Invitation cordiale à toutes et à tous !

    Vous avez apprécié cet article, partagez-le avec vos proches sur :

     

    https://www.diabete-abd.be/actualites/message-a-tous-les-jeunes-diabetiques-de-15-a-23-ans.aspx

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le coma est un accident qui se traduit par une perte de conscience qui arrive chez le patient pour diverses causes. Il existe 4 types de comas diabétiques. En effet, chez les patients diabétiques, risquer un coma relève soit d’une situation hypoglycémique, soit hyper glycémique, une insuffisance rénale peut aussi engendrer un coma.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Douleurs, fourmis, doigts raides...les affections des mains empêchant la flexion des doigts et de la paume, comme le syndrome du canal carpien ou la maladie de Dupuytren, sont souvent douloureuses et invalidantes. Le diabète peut être à l'origine de ces affections ou les aggraver. Les diabétiques sont davantage touchés par ces pathologies.

     

    Définition

    Il n'y a pas de désignation unique pour qualifier les affections de la main en lien avec le diabète. Elles sont multiformes et nous allons ici ne citer que quelques exemples. Pour certaines, l'hyperglycémie chronique n'est pas un facteur aggravant. Mais leur point commun est l'ancienneté du diabète qui favorise leur développement. C'est pourquoi, statistiquement, elles touchent plus souvent les diabétiques que les non-diabétiques.

    Symptômes

    La chéiroarthropathie diabétique, par exemple, désigne un syndrome responsable d'une raideur dans les doigts. Il se caractérise par une limitation sans douleur de la flexion et surtout de l'extension des doigts. Il peut s'accompagner d'un épaississement de la peau. La maladie de Dupuytren, elle, peut provoquer à terme une flexion irréductible d'un ou plusieurs doigts. Elle est due à une fibrose et à une rétractation de la structure fibreuse située à la paume de la main, entre les tendons fléchisseurs des doigts et la peau.

    Plus connu, le syndrome du canal carpien est une compression du nerf médian qui chemine du poignet à la paume de la main. La compression de ce nerf provoque des engourdissements, des fourmillements dans les doigts, voire des douleurs qui vont de la paume à l'avant bras; les autres symptômes se manifestant par un manque de force dans le pouce et une gêne dans les gestes qui réclament de la précision (travaux de couture, par exemple).

    Attention, ce syndrome se développe plus souvent chez les gens qui ont une insuffisance de la glande thyroïde, maladie fréquente chez les diabétiques,tout particulièrement chez les diabétiques de type 1, car cela peut aussi être une maladie auto-immune.

    Recommandations et traitement

    Si les traitements sont le plus souvent des infiltrations, de la rééducation ou une intervention chirurgicale, l'équilibre du diabète est là aussi à surveiller dans la majorité des cas. L'équilibre du diabète, la surveillance par votre médecin des premiers symptômes, et ses conseils pour les prévenir et les endiguer sont à suivre avec sérieux, pour ne pas laisser s'installer ces complications.

    Attention, les infiltrations peuvent fortement déséquilibrer le diabète, en particulier si on utilise des corticoïdes retards. Il faut toujours prévenir le médecin qui vous propose une infiltration que vous avez du diabète. Si une infiltration est tout de même faite, il faut renforcer la surveillance du diabète. En cas de corticoïdes retard (liquide blanc comme du lait), ce déséquilibre peut durer plusieurs mois !

     

    https://www.federationdesdiabetiques.org/information/complications-diabete/mains?

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • chien pour personne diabètique

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Aides pour le handicap : AAH, CMI, RQTH et AEEH, leur durée allongée

    Aides pour le handicap, certaines peuvent être attribuées à vie ou voir leur durée prolongée.

     

    AAH, CMI, RQTH et AEEH : Ces aides pour le handicap peuvent désormais être attribuées à vie ou voir leur durée allongée sous certaines conditions.

    Le 28 mai 2018, Adrien Taquet et Jean-François Serres proposaient à travers le rapport « Plus simple la vie » une grande simplification du parcours administratif des personnes en situation de handicap. Remis au Premier ministre Édouard Philippe, ce rapport Taquet-Serres recensait 113 propositions pour améliorer le quotidien des personnes concernées par le handicap, et il préconisait notamment d’attribuer les droits à certaines aides pour le handicap sans limitation de durée.

    C’est en s’appuyant sur ce rapport, que deux décrets ont été pris, le 24 décembre 2018 et le 27 décembre 2018, pour permettre d’attribuer des droits à vie aux personnes dont le handicap n’est pas susceptible d’évoluer. Cette réforme est effective depuis le 1er janvier 2019 (à l’exception des dispositions concernant la RQTH, qui prendront effet en 2020). La réforme concerne plus précisément quatre types d’aides pour le handicap :

    – L’AAH (allocation aux adultes handicapés), pour les personnes ayant un taux d’invalidité d’au moins 80%.

    – La RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé) – à partir du 1er janvier 2020.

    – La carte mobilité inclusion (CMI).

    – L’AEEH (allocation d’éducation de l’enfant handicapé) jusqu’aux 20 ans de l’enfant.

    Ainsi, le décret n°2018-1222 publié le 24 décembre 2018 « permet l’allongement de la durée maximale d’attribution de certains droits pour les personnes handicapées ainsi que leur attribution sans limitation de durée pour les personnes dont le handicap n’est pas susceptible d’évoluer favorablement ».
    Ce décret s’applique à compter du 1er janvier 2019 pour l’AAH et la CMI.
    Concernant la RQTH, qui relève du champ spécifique de l’emploi, le décret sera applicable seulement à compter du 1er janvier 2020. Il prévoit que : « La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé et l’orientation vers le marché du travail, prévues par l’article L. 5213-2 du code du travail, sont attribuées sans limitation de durée à toute personne qui présente, compte tenu des données de la science, une altération définitive d’une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale, cognitive ou psychique qui réduit ses possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi ».

    En parallèle, c’est le décret du 27 décembre 2018 qui prévoit que l’AEEH, allocation d’éducation de l’enfant handicapé, peut, à compter du 1er janvier 2019, être attribuée jusqu’aux 20 ans des enfants handicapés.
    Le texte est ainsi formulé : « En vue de simplifier les démarches des familles ayant à leur charge un enfant handicapé, le présent décret allonge la durée d’attribution de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé. Lorsque le taux d’incapacité de l’enfant est au moins égal à 80 % et que le certificat médical ne mentionne pas de perspectives d’amélioration de l’état de l’enfant (stabilité ou aggravation), l’AEEH de base est désormais attribuée sans limitation de durée jusqu’à l’âge limite du bénéfice des prestations familiales ou, le cas échéant, jusqu’au basculement à l’allocation d’adulte handicapé lorsque l’ouverture de ce droit est consécutive au droit à l’AEEH ».

    Pour en savoir plus sur les changements de ces aides pour le handicap :

    Le décret du 24 décembre 2018
    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=17885B2AF67893C4A1A4FC66D4C58473.tplgfr42s_1?cidTexte=JORFTEXT000037852195&dateTexte&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000037851896

    Le décret du 27 décembre 2018
    https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2018/12/27/SSAS1830837D/jo/texte

     

    https://www.handirect.fr/aides-pour-le-handicap-duree-allongee/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Voeux Bonne Année 2019 gratuit

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "joyeux noel et bonne année 2019"

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • 'Association des Pompiers Diabétiques de France (l'APDF) est créée afin de rassembler toutes les personnes se sentant concernés, et souhaitant défendre le droit des pompiers diabétiques à pouvoir reprendre un service opérationnel.

    Le but de l'Association de Pompiers Diabétiques de France (APDF) est de rassembler les pompiers diabétiques et de faire évoluer la législation en s’appuyant sur de règles existantes dans d'autres pays, afin de travailler en toute sécurité encadrés par des protocoles médicaux.

    Il est temps et normal que des sapeurs-pompiers (volontaires ou professionnels), atteints de diabète puissent garder une activité opérationnelle, sans peur de sanction et se sentant libre de déclarer la maladie au SSSM (service de santé des sapeurs-pompiers).

    En France, la législation impose aux services médicaux des pompiers (SSSM) de mettre systématiquement inaptes les pompiers diabétiques, et ce, quel que soit la stabilité de leur contrôle glycémique ...Cela n'est plus le cas au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, au Canada ni en Afrique du sud. Dans ces pays, les pompiers peuvent, après une période d'examens, retourner au service opérationnel sous des conditions médicales strictes.

    L’APDF a été créée et est présidée par Cédrik Viot Sapeur-Pompier Professionnel au CTA-CODIS du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de Charente Maritime, diagnostiqué diabétique de type 1 insulino-dépendant depuis environ un an , dont voici, brièvement, le parcours :

    Sapeur-pompier depuis 10 ans et professionnel depuis 3 ans, il annonce sa maladie aux services médicaux des pompiers qui, en vertu de la législation actuelle, impose immédiatement une restriction opérationnelle.
    Cédrik a été Sapeur-pompier volontaire dans le Var et en Charente Maritime, avant d'être recruté en qualité de Sapeur-Pompier Professionnel, il commence sa carrière de SPP au CSP La Rochelle-Mireuil en 2010.
    En 2012, Cédrik consulte son médecin pour des symptômes récurrents dont il n'arrive pas à se débarrasser:
    Le diagnostic tombe, Cédrik est atteint de diabète...Jeune SPP, il connait la suite: il risque l'inaptitude totale et définitive.
    Cédrik est un garçon dynamique et sportif : marathons, cross, natation etc... font partie de son hygiène de vie, il a donc du mal à réaliser que le service opérationnel est fini pour lui.
    Rien de possible avec la réglementation du 6 mai 2000 en vigueur pour l'aptitude des SP, le diabète implique une inaptitude opérationnelle.
    Cela se traduit par l'impossibilité de participer aux luttes contre les incendies et aux secours à personnes.
    Depuis juin 2012, Cédrik est donc inapte opérationnel, et a intégré le CTA/CODIS en qualité d'opérateur.

    Suite à plusieurs contacts avec l’association des pompiers diabétiques de grande bretagne (IRFDUK), et pour lutter contre cette discrimination qui n’est aujourd’hui plus justifiée, l’association des pompiers diabétiques de France est née.

    Dans plusieurs pays du monde, (Grande Bretagne, Etats-Unis, Canada, Afrique de Sud), la législation permet aux pompiers diabétiques de travailler en toute sécurité encadrés par des protocoles médicaux ayant déjà fait leurs preuves - pas d'accidents depuis plus de 10 ans concernant des pompiers diabétiques en opération.

    Rejoignez nous.

    Contact : APDF17@gmail.com

     

    https://www.facebook.com/AssociationDesPompiersDiabetiquesDeFrance/posts/lassociation-des-pompiers-diab%C3%A9tiques-de-france-lapdf-est-cr%C3%A9%C3%A9e-afin-de-rassembl/619369244748485/?

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Il y a à peine une trentaine d'années, il n'y avait que la télé. Puis, sont apparus la console de jeu, l'ordinateur et enfin, la tablette et le smartphone. Dans la vie de nos enfants, les écrans sont aujourd'hui partout. Une nouvelle étude souligne les effets du temps passé devant des écrans sur leurs cerveaux.

    Dans 21 centres de recherche aux États-Unis, les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) ont commencé à examiner les cerveaux de 4.500 enfants de 9 et 10 ans -- à terme, l'étude portera sur 11.000 enfants, suivis pendant plusieurs années -- pour voir si la consommation intense de jeux vidéo et le temps passé sur internet ont une influence sur leur développement.

    Les premiers résultats de cette étude menée à l'aide d'imagerie par résonance magnétique (IRM) montrent des « tracés différents » dans les cerveaux des enfants utilisant des smartphones, des tablettes et des jeux vidéo plus de 7 heures par jour. Les images montrent un amincissement prématuré du cortex, l'écorce cérébrale qui traite les informations envoyées au cerveau par les cinq sens.

    La recommandation des chercheurs des Instituts nationaux américains de la santé pour les parents : « Vos enfants ont plus besoin d’attention que d’applications. » © ddimitrova, Pixabay, CC0 Creative Commons

    La recommandation des chercheurs des Instituts nationaux américains de la santé pour les parents : « Vos enfants ont plus besoin d’attention que d’applications. » © ddimitrova, Pixabay, CC0 Creative Commons 

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La pneumonie est une inflammation des poumons habituellement causée par une infection. Les pneumonies peuvent également être provoquées par l'inhalation d'irritants comme les vomissures, des liquides ou des produits chimiques. Lors d'une pneumonie, les alvéoles (pochettes d'air) des poumons se remplissent de liquide ou de pus qui entrave le transfert d'oxygène dans le sang par les poumons.

    Avant l'arrivée des antibiotiques dans les années 1930, la pneumonie était l'une des principales causes de décès. Bien qu'elle soit devenue facile à traiter, la pneumonie demeure un problème de santé publique.

    La pneumonie se présente sous beaucoup de formes différentes dont le spectre de gravité varie grandement. Il y en a fondamentalement 4 types :

    • la pneumonie extra-hospitalière (PEH) est la forme de pneumonie la plus courante. Elle est causée par des bactéries, des virus et d'autres organismes acquis au-dehors d'un hôpital ou d'un autre milieu de soins;
    • la pneumonie hospitalière (PH) ou nosocomiale (PN) se déclare au moins 48 heures après l'admission dans un établissement hospitalier. Elle peut être déclenchée par des bactéries ou d'autres organismes habituellement différents de ceux qui sont à l'origine de la pneumonie extra-hospitalière. La pneumonie hospitalière est habituellement plus grave que la pneumonie extra-hospitalière parce que la présence des bactéries et des organismes peut la rendre plus difficile à soigner, et parce que les personnes qu'elle frappe sont déjà malades;
    • la pneumonie d'aspiration est provoquée par l'inhalation de liquides ou d'autres agents irritants dans les poumons. La pneumonie d'aspiration la plus courante est celle qui est causée par l'inhalation du contenu de l'estomac après des vomissements. Les personnes qui ont des problèmes de santé (par ex. un accident vasculaire cérébral, la maladie de Charcot) qui touchent la déglutition sont plus susceptibles de contracter ce type de pneumonie;
    • la pneumonie opportuniste atteint les personnes qui ont un système immunitaire affaibli (par ex. par le sida, un cancer, une greffe d'organe). Les organismes qui causent ce type d'infections ne nuisent habituellement pas aux personnes jouissant de systèmes immunitaires sains.

    Les personnes en bonne santé âgées de moins de 65 ans auront rarement des complications graves à la suite d'une pneumonie. Les personnes atteintes d'affections pulmonaires chroniques ou dont le système immunitaire est affaibli courent généralement un risque plus élevé de pneumonie.

     

    Causes

    Les causes les plus courantes de pneumonie sont des infections causées par :

    • des bactéries - la cause la plus fréquente de pneumonie chez les adultes;
    • des virus - la pneumonie à virus concerne surtout les enfants;
    • des mycoplasmes - ces micro-organismes aux caractéristiques de virus et de bactéries causent des infections moins graves;
    • des micro-organismes opportunistes - une menace pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli (par ex. la pneumonie à Pneumocystis carinii chez les personnes atteintes du sida).

    La plupart des formes de pneumonie sont transmises de la même façon que la grippe ou le rhume banal, c'est-à-dire par le contact des mains et par de fines gouttelettes projetées par la bouche et le nez. En fait, les mêmes virus qui causent le rhume et la grippe peuvent aussi causer la pneumonie. Lorsqu'un de ces virus infecte la gorge, les sinus ou les voies respiratoires supérieures, il s'agit d'un rhume. Si le virus atteint les poumons, c'est la pneumonie.

    Les bactéries qui sont présentes en permanence dans la gorge (ou pharynx) de nombreuses personnes causent certaines des formes les plus graves de pneumonie. Dans des conditions normales, le système immunitaire combat efficacement ces bactéries. Par contre, si le système immunitaire est affaibli par un virus présent dans le pharynx, ces bactéries peuvent envahir les voies respiratoires. La pneumonie bactérienne est le plus souvent causée par la bactérie Streptococcus pneumoniae (le pneumocoque).

    La plupart des pneumonies touchant les nourrissons et les jeunes enfants sont causées par le virus respiratoire syncytial (VRS). La fréquence de ces pneumonies est beaucoup plus grande en décembre et en janvier et cette maladie n'est habituellement pas dangereuse pour la vie, bien que certains enfants peuvent être sérieusement touchés. Les virus sont responsables d'environ la moitié de tous les cas de pneumonie.

    Les mycoplasmes causent une maladie appelée « pneumonie ambulatoire », ainsi appelée parce que les personnes touchées ne sont pas confinées au lit.

    Un champignon parasite appelé Pneumocystis carinii ne se retrouve habituellement que chez les personnes atteintes du sida. Dans des conditions normales, ce champignon est inoffensif, mais chez les personnes infectées par le VIH, il peut causer une pneumonie agressive et souvent fatale.

    Outre les maladies infectieuses, la pneumonie peut être causée par des substances chimiques qui pénètrent dans les poumons et y provoquent de l'inflammation. La pneumonie par aspiration est causée par l'aspiration accidentelle d'aliments, de vomissements ou d'acide gastrique dans les poumons. La substance aspirée peut devenir infectée ou elle peut enflammer les poumons et causer une consolidation (les alvéoles pulmonaires s'emplissent de liquide).

    Le risque de pneumonie est plus élevé dans les cas suivants :

    • un âge inférieur à 1 an ou supérieur à 65 ans;
    • le tabagisme;
    • la présence d'un rhume ou d'une grippe;
    • un système immunitaire affaibli par suite d'un traitement anticancéreux, d'une infection par le VIH ou d'une autre maladie;
    • une intervention chirurgicale;
    • un problème de dépendance à l'alcool;
    • une affection chronique comme la maladie cardiaque, une affection pulmonaire ou le diabète;
    • une affection pulmonaire chronique, par ex. l'asthme ou bronchopneumopathie obstructive chronique.
     

    Symptômes et Complications

    Les symptômes de la pneumonie peuvent varier en fonction de sa cause et de l'état de santé général de la personne atteinte.

    La pneumonie provoque toujours une toux, et celle-ci est souvent productive, c'est-à-dire qu'elle s'accompagne d'expectorations. Des expectorations d'un brun rougeâtre, vertes ou jaunes peuvent être un signe d'infection bactérienne. La présence de crachats peu épais et blanchâtres est un indicateur possible de pneumonie causée par un virus ou un mycoplasme.

    Dans la pneumonie bactérienne, les poumons, en tout ou en partie, s'emplissent lentement de liquide; c'est ce qu'on appelle la consolidation. Certaines infections pulmonaires bactériennes s'installent en quelques heures à peine. On observe généralement une fièvre élevée qui atteint quelquefois 40,9 °C (105 °F).

    Voici d'autres symptômes possibles de la pneumonie bactérienne :

    • un essoufflement;
    • un grelottement;
    • des frissons;
    • des maux de tête;
    • du délire (de la confusion);
    • une très mauvaise haleine;
    • une douleur musculaire;
    • de la faiblesse;
    • une douleur à la poitrine, surtout à la respiration profonde;
    • un bleuissement des lèvres et du lit des ongles à cause du manque d'oxygène dans le sang.

    La pneumonie virale ne cause pas d'accumulation de liquide dans les poumons; elle provoque plutôt une inflammation du tissu pulmonaire lui-même. Elle est généralement moins grave que la pneumonie bactérienne. La pneumonie causée par le virus de la grippe peut être très grave et fait toutefois exception à cette règle.

    La pneumonie virale produit les symptômes caractéristiques suivants :

    • une toux sèche;
    • très peu d'expectorations;
    • des maux de tête;
    • une douleur musculaire;
    • de la faiblesse et de la fatigue;
    • une fièvre modérée, jusqu'à 39 °C (102 °F);
    • des frissons;
    • un essoufflement;
    • un bleuissement des lèvres et du lit des ongles.

    Diagnostic

    Pour diagnostiquer la pneumonie, votre médecin procédera à un examen physique et vérifiera si vous faites de la fièvre ou avez des ganglions enflés. À l'aide d'un stéthoscope, il écoutera aussi les bruits dans vos poumons. La majorité des infections bactériennes et certaines infections virales peuvent être détectées par l'analyse des expectorations ou du sang. L'accumulation de liquide dans les poumons peut être mise en évidence par la radiographie pulmonaire ou la tomodensitométrie.

    Traitement et Prévention

    La pneumonie bactérienne peut être traitée à l'aide d'antibiotiques, tout comme la pneumonie causée par les mycoplasmes. Il est extrêmement important de prendre les antibiotiques exactement selon la prescription du médecin et de terminer le traitement au complet, même si vous vous sentez mieux. Il n'existe pas de traitement curatif pour la plupart des infections virales; il faut tout simplement attendre que l'organisme s'en débarrasse. Votre médecin vous donnera des conseils sur les moyens de soulager les symptômes d'une pneumonie virale. Les infections antifongiques peuvent être traitées à l'aide de médicaments antifongiques.

    Il existe quatre moyens de prévenir la pneumonie. Le premier, c'est d'adopter un régime alimentaire riche en fruits et en légumes, de rester en bonne forme physique et de dormir suffisamment. Ces mesures aident à préserver la résistance du système immunitaire.

    Le deuxième moyen, c'est la vaccination. Il n'existe pas de vaccin contre la plupart des formes de pneumonie, mais les deux formes les plus courantes peuvent être prévenues à l'aide de vaccins : le vaccin contre le virus de la grippe et le vaccin contre le pneumocoque. Au Canada, on recommande que toute la population se fasse vacciner contre la grippe chaque année. . Dans certaines provinces, le vaccin antigrippal est administré gratuitement. En outre, un nouveau vaccin contre le pneumocoque a été mis au point afin de protéger les enfants contre les infections à Streptococcus pneumoniae et il est maintenant recommandé en tant qu'élément de la vaccination primaire chez les nourrissons. De plus, les vaccins contre les pneumocoques sont recommandés pour les personnes de plus de 65 ans, celles qui sont atteintes de maladies cardiaques ou pulmonaires chroniques et celles qui ont subi une splénectomie (ablation de la rate).

    Le troisième moyen de prévenir la pneumonie est de consulter le médecin lorsqu'une toux continue de s'aggraver après 3 ou 4 jours.Consultez votre médecin immédiatement si vos expectorations contiennent du sang ou ont une couleur inhabituelle ou une odeur nauséabonde. Même si la maladie initiale était un rhume banal, les bactéries peuvent facilement causer une infection secondaire qui entraînera une pneumonie grave.

    Le quatrième moyen d'empêcher la propagation des virus et des bactéries pouvant causer la pneumonie consiste à se laver les mains de la bonne façon et fréquemment ou à employer un désinfectant pour les mains.

    Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/condition/getcondition/Pneumonie

     

    https://santecheznous.com/condition/getcondition/pneumonie?

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire