• FAUT-IL PARLER DE SON DIABÈTE À SON NOUVEL EMPLOYEUR ?

    nouveau travail

     

     

    Ça y est, le grand jour approche, vous changez de boulot ! Nouvelle équipe, nouveau boss : entre stress et curiosité, vous vous posez de nombreuses questions concernant l’arrivée dans cette entreprise encore inconnue. Au-delà de l’aspect professionnel, vous vous interrogez également sur la place que doit prendre votre diabète dans cette page professionnelle qui s’ouvre ? Faut-il en parler ? À qui ? Nous vous donnons quelques réponses.

    FAUT-IL PARLER DE SON DIABÈTE À SON NOUVEL EMPLOYEUR ?

    Vous pouvez informer votre employeur de votre diabète, mais ce n’est pas une obligation.

    Si vous souhaitez rester discret à votre arrivée dans l’entreprise, sachez que vous pouvez transmettre une attestation de carte vitale sans divulguer d’information sur votre état de santé. En effet tout est prévu par la loi et les systèmes informatiques de votre caisse primaire d’assurance maladie : demandez à votre CPAM une attestation anonymisée, c’est-à-dire n’indiquant pas l’ALD (Affection de Longue Durée) comme motif de votre prise en charge à 100% (1).

    Cependant, informer votre employeur peut vous permettre d’instaurer une relation de confiance avec lui. Il sera peut-être plus à même de comprendre les contraintes liées à la maladie ou encore les absences que peuvent nécessiter votre traitement ou le suivi de votre diabète. (1)

    Dans tous les cas, la décision d’en parler ou pas vous appartient !

    FAUT-IL DIRE À SES COLLABORATEURS QU’ON A UN DIABÈTE ?

    Si vous choisissez d’en parler sur votre lieu de travail, il peut être pertinent d’informer 1 ou 2 collaborateurs proches, qui pourront vous apporter une aide précieuse, notamment en cas d’hypoglycémie (1,2). Mais il est sans doute préférable d’attendre d’avoir établi une relation de confiance avec ces personnes avant de les informer de votre diabète.

    Quelles informations leur transmettre ? Indiquez-leur les symptômes pouvant être ressentis en cas d’hypoglycémie : sueurs, pâleur, fringale, vision floue, tremblements, sensation de faiblesse ou encore troubles de l’humeur.

    Il est également important de les informer sur les bons gestes à adopter si vous n’êtes pas en mesure d’agir seul(e) (3) :

    • Si vous êtes conscient (e), une personne peut vous resucrer avec 15 grammes de glucides. C’est-à-dire, 15 cl de jus de fruit ou de soda non light (15 cl) ou 3 morceaux de sucre, 1 cuillère à soupe de confiture ou de miel (3).
    • Si vous êtes inconscient(e), votre entourage doit savoir qu’il ne faut pas vous alimenter (risque d’étouffement) mais qu’il faut pratiquer une injection de glucagon. Si la personne ne peut pas réaliser cette injection, elle doit appeler le 15 ou le 112. (3)

    POURQUOI PARLER DU DIABÈTE AVEC LE MÉDECIN DU TRAVAIL ?

    Encore une fois, la loi favorise le secret médical et ne vous contraint pas à informer le médecin du travail de votre maladie. Mais le médecin du travail est un interlocuteur clé de la vie professionnelle, il est donc conseillé de lui faire part de votre diabète. Informé, le médecin du travail pourra ainsi s’assurer de la compatibilité de votre poste avec les contraintes liées à la maladie. Il pourra aussi être sensibilisé à l’éventuelle nécessité d’un temps partiel (1,2).

    A quelle occasion rencontrer le médecin du travail ? Les rendez-vous ont lieu avant l’embauche ou à la fin de la période d’essai, puis une fois tous les cinq ans maximum (Le délai est raccourci à trois ans si le salarié est considéré comme travailleur handicapé, travailleur de nuit ou mineur). Au-delà de ces entretiens systématiques, vous pouvez également demander à rencontrer le médecin du travail pour bénéficier d’un examen médical. Ce rendez-vous peut être l’occasion d’aborder votre maladie (1).

    COMMENT RÉUSSIR SES PREMIERS JOURS ?

    Avoir un diabète ne minimise pas pour autant l’enjeu principal de ce nouveau travail : réussir et s’épanouir professionnellement ! Pour cela, voici nos 3 conseils :

    • Prenez confiance en vous et montrez-vous sous votre meilleur jour.
    • Créez votre réseau en interne, ne soyez pas timide et présentez-vous aux autres collaborateurs de l’entreprise.
    • Appropriez-vous votre nouveau bureau et n’hésitez pas à poser des questions, même logistiques : il est toujours important de savoir où se trouvent les stylos et le café !

    La réussite est au bout du chemin… Bonne rentrée !

    Références bibliographiques :

    1. Fédération Française des Diabétiques. Guide Diabète et Travail – avril 2013 remis à jour en avril 2016.

    2. Ameli.fr. Diabète et vie professionnelle. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/vie-pratique/diabete-vie-professionnelle. Site consulté le 29/09/2017.

    3. Fédération Française des Diabétiques.

    Ma glycémie. Comment faire face à une hypoglycémie?

    https://www.federationdesdiabetiques.org/diabete/glycemie/hypoglycemie 

     

    INSTIT0707ADC341e-Novembre 2017

     

    https://www.freestylediabete.fr/diabete/nouveau-boulot-reussir-le-grand-saut

    « Réutilisation des aiguilles et lipohypertrophie : comprendre le lienSki et diabète »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 5 Février à 19:49
    LADY MARIANNE

    mon gendre est diabétique  depuis peu----  découvert il y a peu de temps-
    il travaille en Suisse--- je pense que s'il le dit-- ils vont le mettre dehors--
    ils ne rigolent pas là bas-
    bonne soirée- * bises-

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :