• 5 superaliments à mettre au menu

    Depuis quelques temps, nous entendons beaucoup parler de superaliments : des fruits, légumes, algues et plantes dont les bienfaits seraient supérieurs à ceux d’aliments du quotidien. Même si aucune définition officielle n’a été établie, il semblerait que les superaliments soient si sains qu’ils aideraient à lutter contre certaines maladies. En voici cinq dont les valeurs nutritives et les qualités protectrices ont été reconnues comme exceptionnelles.

    La myrtille

    La myrtille

    La myrtille (bleuet) a fait l’objet de nombreuses études scientifiques. En effet, elle serait une source d’antioxydants qui permettraient de lutter contre certaines pathologies du quotidien, comme les inflammations des muqueuses de la bouche et de la gorge, la diarrhée et le diabète1. Selon une étude américaine, elle aurait entre 25 et 30 variétés d’antioxydants différents : soit le taux le plus élevé pour un fruit. Une consommation quotidienne de ce fruit pourrait donc aider à réduire les risques de cancers et de maladies cardiovasculaires. Il a récemment été prouvé que les myrtilles avaient également des effets préventifs et réparateurs sur les pertes de mémoire, et pourraient prévenir la maladie d’Alzheimer2. En effet, elles amélioreraient la communication entre les cellules cérébrales en éliminant les protéines endommagées du cerveau. Au niveau des yeux, il s’avère que la myrtille joue, là encore, un rôle dans la régénérescence du violet rétinien, c’est-à-dire le pigment violet dans la rétine qui permet de voir dans la pénombre. Même si certains bienfaits attribués au fruit restent encore à prouver, la plupart d’entre eux ont été étudiés et confirmés. La consommation de myrtilles est recommandée par un grand nombre de chercheurs, qui les préféreront à l’état sauvage3 : elles gardent toutes leurs propriétés intactes.

    Comment les consommer ? Dans une boisson, avec des céréales, une salade de fruits ou un yaourt (yoghourt), les myrtilles peuvent êtres ajoutées facilement à tous vos desserts ou boissons.

    La betterave

    La betterave

    La betterave est une source d’acide folique, de fibres, et de composés organiques. Elle s’inscrit parmi les meilleurs superaliments du fait de ses propriétés antioxydantes, mais aussi de sa richesse en calcium, en fer, en minéraux et en vitamines. C’est un légume bourré de nitrates qui, entre autres, augmentent les performances sportives. De plus, selon une étude1 , le jus de betterave aiderait les personnes âgées à lutter contre la maladie d’Alzheimer, car ils dilatent les vaisseaux sanguins et font baisser la pression artérielle. Il a été prouvé que la betterave permet d’augmenter le taux de globules blancs (défenseurs de l’organisme) et les globules rouges (capteurs d’oxyène), ce qui permet de faciliter la circulation du sang. On qualifie également la betterave de légume tonifiant et vivifiant : sa teneur en glucides (8 à 10 %) est une véritable source d’énergie.

    Comment la consommer ? Crue en salade, en jus, en potage ou encore cuite, la betterave fait partie des légumes les plus sucrés : il est conseillé de surveiller sa cuisson afin qu’elle ne perde pas sa teneur en vitamines.

    Le saumon

    Le saumon

    Poisson riche en oméga-3, le saumon s’inscrit parmi les superaliments les plus gras, bien que son contenu en lipides varie selon l’espèce. Il est considéré comme un aliment diminuant le risque de maladies cardiovasculaires et de mortalité par maladie coronarienne1-2. En effet, les acides gras omégas-3 favorisent le bon fonctionnement immunitaire, agissent sur la pression artérielle3, les triglycérides sanguins4 et la formation de caillots sanguins5. Sa forte teneur en vitamine D participe à la protection des os, du cœur et empêcherait le durcissement des artères. Certaines études6 affirment que la consommation de saumon contribuerait à la prévention des troubles de l’humeur comme par exemple la dépression. Le sélénium présent dans ce poisson contribue à la destruction des radicaux libres, et à la conversion des hormones thyroïdiennes en leur forme active, de qui permet de lutter contre la fatigue. Il est recommandé de consommer du saumon au moins 2 fois par semaine, en enlevant la peau qui contient des dioxines.

    Comment le consommer ? Le saumon peut se manger cru (tartare, sashimi), fumé ou cuit. Il faut veiller à le choisir bien frais, car consommé cru le nombre de bactéries est plus élevé, et les personnes ayant un système immunitaire affaiblit son propices aux toxi-infections.

    Le chocolat noir

    Le chocolat noir

    Le plaisir gourmand des superaliments, c’est le chocolat noir. Riche en antioxydants grâce à ses flavonoïdes (10 %)1-2-3, il favoriserait la réduction de radicaux libres dans l’organisme. L’acide stéarique présent dans les acides gras saturés et le fer présents dans le chocolat seraient bénéfiques sur le plan cardiovasculaire, tout comme le magnésium qu’il contient. Une récente étude4 a ainsi démontré ses bienfaits sur les risques d’athérosclérose : le chocolat noir permettrait de restaurer la flexibilité des artères et d’éviter le dépôt des plaques de globules blancs sur les parois artérielles. Il ferait également partie des aliments qui procurent une sensation de bonne humeur, et qui aident à lutter contre le stress. Si les études à propos des bienfaits du chocolat noir restent controversées, la plupart d’entre elles conseillent d’en consommer entre 7 et 20 grammes par jour afin de profiter de ses effets.

    Comment le consommer ? Le chocolat est souvent utilisé en cuisine dans la préparation de gâteaux, de mousses, ou de fondues. Mais il est également possible de le consommer sous forme de poudre de cacao pour en faire un chocolat chaud, ou encore de simplement prendre un carré de sa tablette.

    Les thés vert et noir

    Les thés vert et noir

    Les superaliments se déclinent aussi à travers les boissons. On retrouve ainsi les thés vert et noir, qui contiennent des flavonoïdes et des catéchines, de puissants antioxydants. En ce qui concerne le thé vert, certaines études ont démontré qu’il aiderait à réduire le taux de cholestérol et les troubles digestifs grâce à sa forte concentration en EGCG (catéchine)1. D’autres récentes recherches supposeraient que la consommation de thé vert permettrait de prévenir les risques de cancer de la peau et des poumons2-3. L’intérêt des scientifiques pour le thé vert n’est pas anodin : ses bienfaits sont étudiés depuis des années et se prouvent chaque jour un peu plus. Concernant le thé noir, il s’agit d’une variété de thé plus forte en caféine. Il améliorerait ainsi les capacités mentales et l’humeur en général, tout en apportant une meilleure hydratation au corps. Comme le thé vert, il aurait également des vertus d’antioxydant, mais aussi une forte teneur en calcium qui protège la masse osseuse. La prise de 3 tasses de thé noir par jour aiderait à diminuer le risque de survenue d’infarctus de 11 %. Une étude américaine4 a démontré que se rincer la bouche avec du thé noir limiterait l’apparition de caries. Le thé vert également est considéré comme une des boissons les plus saines au monde, après l’eau.

    Comment les consommer ? En infusion, sous forme de comprimé ou encore en cuisine (gâteau au thé vert).

    http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=5-superaliments-a-mettre-au-menu 

    « Mélanome : l’association de deux immunothérapies est plus efficace… mais plus toxiqueConsommation responsable »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :