• LA NEUROPATHIE
     
    La neuropathie est une complication grave du diabète. C’est une atteinte du système neurologique. Elle peut causer plusieurs problèmes de santé importants.
     
    Le système neurologique est composé de nerfs qui s’étendent partout dans le corps humain.
    Il commande l’ensemble des réponses de notre organisme à différents stimuli.
    Les nerfs sont  comme une autoroute qui permet le déplacement de signaux tels que la faim,
    la douleur, l’envie d’uriner, la perception des sons et des couleurs, la perception de la
    température ambiante, ou encore les mouvements.
     
    LE SYSTEME NERVEUX
     
    Le système nerveux est composé de plusieurs éléments :
     
    Le système nerveux central, constitué par le cerveau et la moelle épinière.
    Le système nerveux périphérique, constitué par :
    des nerfs sensitifs qui amènent à la moelle épinière puis au cerveau les informations en provenance des organes des sens,
    et des nerfs moteurs qui transmettent aux muscles les mouvements commandés par le cerveau.
    Le système nerveux végétatif, constitué par des nerfs dont les terminaisons sont situées au niveau des organes, des tissus et des vaisseaux.
    Il existe deux types de fibres (système sympathique et système parasympathique) dont les effets sont opposés. Par exemple : une accélération / ralentissement du cœur, des intestins :
    dilatation / contraction des bronches, de la pupille de l’œil, des sphincters ;
    stimulation / diminution de la sécrétion des intestins, des bronches : dilatation des vaisseaux…
    La neuropathie diabétique peut perturber le fonctionnement :
    du système nerveux périphérique : troubles de la sensibilité périphérique et mal perforant plantaire et du système nerveux végétatif : troubles digestifs, gastroparésie, entéropathie,
    vessie hypoactive ou hyperactive, impuissance.
     
        
    Quels sont les symptômes ?
     
    * Sensation de Brûlure
    * Des douleurs lancinantes
    * Sensation de décharges électriques
    * Sensation de coups de couteau
    * Sensation de picotements, d’engourdissements des membres, de fourmillements sous la peau
       ou de légères piqures d’aiguilles qui peuvent être douloureuses ou non douloureuses
     
    Il existe trois types de symptômes liés aux douleurs neuropathiques :
     
    1. Neuropathie douloureuse aiguë :
    L’atteinte est précoce et souvent aggravée pendant la nuit. Elle touche souvent les pieds.
     
    Les symptômes se présentent sous forme de :
     - Picotements
     - Fourmillements
     - Diminution de la sensibilité
     - Perte totale de la sensibilité
     - Impression de brûlure
     - Endormissement, engourdissement
     - Douleur à la palpation
     - Trouble de la sensibilité à la chaleur, au froid
     - Douleur au contact des vêtements, des draps de lit….
     
    2. Neuropathie douloureuse chronique :
    L’atteinte est tardive. Les symptômes sont similaires à ceux de la neuropathie aiguë.
     
    3. Complications de la neuropathie diabétique mal traitée :
    Douleurs chroniques des membres inférieurs
    Diminution, voire perte de sensibilité, surtout au niveau des pieds.
    Il s’agit d’une perte de sensibilité à la douleur, au chaud et au froid. Les coupures,
    cloques et d’autres petites blessures ne peuvent être détectées que grâce à un contrôle régulier
    des pieds. La perte de sensibilité conduit aussi à de fréquentes brûlures puisque les patients ne
    sentent plus la chaleur, à une perte d’équilibre et à de fréquentes chutes car les patients non
    plus une bonne sensibilité au sol.
    Mal perforant plantaire : il s’agit d’une lésion de la peau qui devient de plus en plus profonde
    (absence de cicatrisation), localisée à la plante des pieds et apparaissant aux points d’appui.
    Le mal perforant plantaire est généralement secondaire à une diminution, voire à une abolition
    de la sensibilité de la peau.
    Gangrène : elle correspond à l’affaiblissement ou à la mort d’un tissu du corps dû à l’écoulement restreint du sang dans cette partie du corps. Dans le cas du diabète, la gangrène se limite généralement à un orteil ou à une partie du talon.
    Lorsque le tissu est mort, il devient noir et l’unique solution est l’amputation.
    Pied de « Charcot » : pied déformé suite à des multitudes petites fractures.
     
    La douleur et la diminution de la sensibilité peuvent être présentes en même temps.
    C’est ce qui rend difficile le diagnostic de la douleur neuropathique.
     
    Si vous souffrez d’un ou plusieurs symptômes décrits ci-dessus, vous êtes probablement atteint
    de douleurs neuropathiques. Parlez-en sans tarder à votre médecin.
     
    LA PREVENTION
     
    Il y a plusieurs mesures de prévention et la principale demeure un bon contrôle de la glycémie.
     
     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


  • poster-20salon-20-20pt2007.jpg



    N°50/5 - Septembre/Novembre 2007

    19

    Faire connaissance avec votre Association

    ses publications (revue, Guide, fascicules sur l’alimentation, les problèmes sociaux, les complications,...)

    ses activités (séances d’information,ateliers, séjours de vacances éducatives et sportives pour jeunes 
    diabétiques, services proposés aux membres,…


    ses groupes de patients de Bruxelles et de Wallonie, ses Maisons de l’ABD

    Rencontrer

    d’autres personnes diabétiques, les membres actifs au sein de l’Association

    les collaborateurs du secrétariat central, des associations locales, des Maisons de l’ABD

    des Conseils médical et éducatif, infirmier et diététique bref tous ceux qui de près ou de loin collaborent 
    aux activités de votre Association.

    Assister

    aux conférences données par des experts, aux ateliers interactifs sur l’alimentation et les problèmes sociaux

    S’informer

    sur les nouvelles techniques de traitement et d’auto-contrôle, sur la prévention des complications 
    sur l’alimentation adaptée, sur les modalités de prise en charge et la législation

    Le Salon du Diabète s’adresse à tous

    aux personnes diabétiques et leur entourage

    aux personnes à risque de développer un diabète

    au personnel soignant médical et paramédical

    au grand public

    Serrons-nous les coudes et tous ensemble relevons le défi sanitaire que constitue le diabète.


    ABDnew-20logo.jpg

    Quelques





    12/10/07 14-18h

    12/10/07 12-18h
    13/10/07 10-17h

    Bruxelles Expo, Palais 11

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Cela fait 23 ans que j’ai appris que je souffrais de diabète de type 1.
    J’ai 56 ans et voici maintenant un peu plus d’un an que j’ai choisi de mettre un terme à la vie professionnelle.
    J’étais institutrice maternelle. J’adorais mon métier et cette vie active qui m’était  permise grâce à un bon contrôle du diabète, dans l’ensemble.
    Je vous avoue que ma décision n’a pas été facile à prendre.
    En effet, ma principale préoccupation était de savoir comment j’allais bien pouvoir occuper tout ce temps dont j’allais disposer à présent.
    Il faut vous dire que vers l’âge de 12 ans déjà, j’ai eu envie d’apprendre à dessiner et à commencer mes premières peintures à l’huile.
    Cela m’a plus énormément. J’ai continué jusqu’à la fin de mes études à l’école normale puis, faute de temps, j’ai dû renoncer.
    Pendant toute ma carrière, je pensais : « Quand je serai à la retraite, j’aurai tout le loisir de continuer… »
    Et voilà ! Après toutes ces années d’arrêt, je me suis inscrite à l’académie
    des Beaux Arts.
    Depuis près d’un an et demi, j’ai l’occasion d’approfondir le dessin, de m’initier à la perspective, à l’aquarelle, aux pastels, à l’encre de chine, à l’acrylique et à l’huile, bien sûr.
    La peinture est pour moi un outil formidable d’expression, un moyen de s’évader de la vie, de se déconnecter des obligations quotidiennes en imaginant et en créant un univers personnel où l’on se sent libre…
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Qu’est ce que le diabète ?

    Que signifie le mot "diabète" ?

    Pour voir la population diabétique

    A l'origine, le terme "diabète" désignait diverses maladies caractérisées par une élimination importante d’urines, une déshydratation (perte d’eau) et une soif intense.
    La plus fréquente de ces maladies se distinguait par la saveur sucrée des urines (qui devaient à l’époque être goûtées » par le médecin faute de moyen d’analyse...) et fut nommée :diabète sucré (le mot diabète signifie en grec « passer à travers »)
    Le diabète sucré, le seul dont nous parlerons ici, se caractérise par un manque d’utilisation du sucre présent dans le sang, le glucose, lequel s’y accumule et est alors éliminé par les reins dans les urines. Le taux élevé de sucre dans le sang se nomme « hyperglycémie », l’élimination par le rein c’est la « glycosurie ».
    Le glucose provient de notre alimentation bien sûr, mais il est également fabriqué en grande quantité par notre foie en période de jeûne. Son rôle est comparable à celui d’un carburant : il fournit l’énergie à notre organisme.
    Pour utiliser le glucose nous avons besoin d’insuline. Il s’agit d’une hormone, c’est à dire d’une substance capable d’être transportée par notre circulation sanguine pour agir à distance sur différents organes. L’insuline est fabriquée par certaines cellules du pancréas, les cellules B, groupées en petit amas appelés îlots de Langerhans.
    Chez les diabétiques, l’insuline est insuffisante, voire même absente, ou à tout le moins peu active. Les cellules deviennent alors incapables de prélever le glucose du sang pour se nourrir et le foie, trompé en quelque sorte par ce faux jeûne, fabrique de plus en plus de glucose aggravant ainsi l’hyperglycémie.
     
    Extrait du guide de l’Association Belge du Diabète, à la disposition des membres.

    Le guide de l’A.B.D. (à la disposition des membres de l’association)

    Nous pensons que ce «Guide» répond à une nécessité et nous espérons qu’il atteindra son objectif.

    Le guide traite également les sujets suivants, à savoir :
     
    -        traiter le diabète
    -        surveiller votre diabète
    -        le diabète déséquilibré
    -        les complications
    -        situations particulières
    -        le diabète chez l’enfant et l’adolescent
    -        le  diabète et vie sociale
    -        la  diététique/alimentation table

    D’autres publications sont également disponible auprès de l’A.B.D.

    Qu'est-ce que le diabète sucré?

    C'est une maladie qui se caractérise par, un excès de sucre (glucose) dans le sang et secondairement dans les urines.
    Le diabète peut apparaître chez des gens jeunes (enfants, adolescents, hommes et femmes de moins de 40 ans). Ce diabète dît « insulino dépendant » nécessite l'administration d'insuline en deux ou trois ou quatre injections sous cutanées par jour.
    Il peut apparaître après 40 ans. Ses débuts sont alors insidieux et souvent ne donne lieu à aucun symptôme pendant de longue années. Il est donc essentiel de le dépister à temps.
    Ce diabète, appelé diabète de la maturité, est souvent accompagné d’un excès de poids 
    corporel. Il se traite avant par un régime hypocalorique, pauvre en sucreries et éventuellement par des médicaments à prendre en comprimés. Parfois néanmoins, un traitement par insuline devient nécessaire. C'est alors ce que l'on appelle un diabète de la maturité « insulino requérant ».
    Le traitement du diabète de la maturité est donc en principe moins contraignant que celui du diabète « insulino – dépendant ». Il est cependant indispensable de le traiter convenablement, pour éviter les complications que tout diabétique mal soigné risque de présenter.
    Le diabète de la maturité est très fréquent (+/- 4% de la population) et constitue dès lors un problème de santé publique majeur.
     

    Les complications du diabète.
     
    Éviter les complications du diabète est une préoccupation essentielle du diabétique et de son médecin. Ces complications sont soit aiguës (risque de perte de conscience par excès ou manque de sucre), soit chroniques et consistent maladies oculaires (cataracte, rétinopathie diabétique ), rénales, vasculaires (atteinte des gros vaisseaux comme les artères coronaires ou les petites artères, notamment celles des pieds et des orteils), neurologiques ( polynévrite, mal perforant plantaire).
    Ne vous effrayez pas à la lecture de ces complications. Elles peuvent toutes être évitées par un traitement correctement suivi.

    Le diabétique peut et doit mener une vie normale

    Convenablement soigné, le diabétique sera un enfant, un homme ou une femme comme les autres. Savez vous par exemple que de nombreux diabétiques sont devenus des athlètes internationaux, ont brillé dans tous les domaines des sciences, des arts, des techniques. Il serait donc tout a fait faux et injuste de voir le diabétique comme un handicapé à vie.

    Comment aider un diabétique?

    En le considérant comme un être semblable à tous les autres même si, comme beaucoup d’entre nous, il doit suivre certaines prescriptions médicales. Il est l’égal de tous vis à vis de l’éducation, du travail, des lois sociales, de l’amour, de la paternité ou de la maternité.
    La maladie diabétique et son traitement conduisent cependant parfois le diabétique à avoir certaines indispositions, le plus souvent de courte durée, notamment lorsque sous l’effet du traitement son sucre sanguin s’abaisse trop et donne alors lieu à des malaises appelés hypoglycémies. Il faut à ce moment là l’aider en lui faisant prendre du sucre, en lui permettant de se reposer quelques instants, d’interrompre le travail qu’il était occupé à faire. Il faut savoir que malgré ces indispositions, le diabétique n’a pas plus d’absence au travail ou à l’école que la moyenne des sujets.

    La science évolue.

    A terme, il sera certainement possible de traiter le diabète de façon plus simple et plus définitive. Aidez la recherche dans ce domaine.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
    • Le petit livre de la Minceur Jean-Paul Blanc 
      Editions First 
       
      Index Glycémique
      Professeur Gérard Slama
      Edition Marabout
      Peut se commander à l'ABD 

      Le Diabète
      Pour les Nuls
      Dr Alan Rubin 
      Editions First

      Savoir Manger 
      Dr Jean-Michel Cohen
      Flammarion

      Larousse Guide Santé Diabète 
      Prof Thierry Brue 
      Edition Larousse

      Le Diabète  
      Dr Valdo 
      Edition Médecine Hygiène

      Mieux Vivre avec un diabète 
      Pr Gérard Slama
      Edition Jacob 

      Recettes pour Diabétiques 
      Edition Marabout Chef

      Recettes saines et gourmandes
      pour les Diabétiques
       
      Azmina Govindji  
      Editions Altera vendu à l'ABD à 11e

      Zetterberg Ma vie de A à Z 
      vendu à l'ABD à 12,5e
       

      Comment Vivre avec un diabétique
      Professeur G.Tchobroutsky
      Editions Josette Lyon

      Le Régime des paresseuses 
      Marie Belouze-Storm - Edition Marabout

      250 Recettes gourmandes pour diabétiques 
      Sylvie Girard 
      Edition Jacques Grancher
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • ·  ·   ·

    Le Groupe des Personnes Diabétiques de Bruxelles

    Organise le jeudi 20 septembre 2007 de 14h à 16h45 
    une conférence animée par Michèle Transon sur le thème

    "Problèmes Cardiovasculaires" 

    à l'Association Belge du Diabète 
    1 place Homère Goossens
    1180 Bruxelles 
    Inscriptions et Renseignements au 02.374.31.95
    SV102944.JPG



    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Aujourd’hui, plus que jamais, le diabète est un sujet d’actualité.

    Un Belge sur 20 souffre du diabète. Ce chiffre pourrait doubler dans les années à venir. Etes-vous un patient à risque ? Faites le test.

    ETES VOUS UN PATIENT A RISQUE ? FAITES UN TEST CLIQUEZ ICI

    La prévention et les traitements évoluent. Changements et innovations augmentent la qualité de vie des personnes diabétiques. S’informer est essentiel !

    Les 12 et 13 octobre prochains, l’Association Belge du Diabète asbl et la Vlaamse Diabetes Vereniging vzw, organisent le 3ième Salon du Diabète.

    Vous voulez mieux vivre avec le diabète, éviter les complications du diabète…vous êtes concerné de près ou de loin par le diabète ? Venez vous informer au Salon du Diabète:

     

    Rendez-vous au Salon du Diabète les 12 et 13 octobre prochains. Notez-le, dès présent, dans vos agendas.
    Vous souhaitez un rappel de l’évènement fin septembre ? Cliquez ici.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • · · ·

                                                                                                                                                  

    23/08/2007.

    Je suis heureux d’être diabétique.

     

     

    Je voudrais vous faire part de quelques réflexions que je crois importantes.

    Je suis diabétique et ce depuis  1977.

    A l’époque une simple analyse de sang avait montré  que je me trouvais réellement en difficulté. Toutefois mon médecin traitant à fait refaire une seconde analyse et celle-ci a confirmé la maladie. Pendant quelques mois des tentatives de soins par comprimés  ont démontré que l’insuline était nécessaire.

    Une fluographie des yeux a montré qu’une rétinopathie très importante existait aussi.

    Mes parents n’étaient pas diabétiques et en bonne santé. Je devais donc faire face. Cela n’a pas été facile au début car je suis un bon mangeur et je ne dédaigne pas la bière et autres boissons alcoolisées. Mon médecin traitant a été assez sévère et m’a rapidement imposé un régime strict.

    J’ai eu au départ assez bien de difficultés à m’adapter. Le régime à respecter était assez exigeant. Peu de pain, mais des collations en cours de matinée, l’après midi et avant le coucher. Aussi manger moins et bien entendu pas de sucre, desserts – pâtisseries etc.

    Il est vraiment important de noter que toutes ces nouvelles obligations ont changé complètement mes notions de la vie quotidienne. Je suis marié, nous avons 3 filles. Tout le monde devait m’aider et m’assister. Ou disons-le autrement. Mes proches doivent savoir que je suis « handicapé » et me surveiller en catimini. Mes occupations professionnelles m’obligent à de fréquents déplacements même à l’étranger et de nombreuses visites à la clientèle en Belgique. Il était donc nécessaire de prendre aussi des précautions en cours de déplacements.

    Je dois donc faire face. Il ne s’agit pas de se laisser aller et de faire la grise mine. Au contraire on ne doit s’apercevoir de rien. Donc il faut le sourire et l’optimisme. C’est la solution.

    Je vais donc imprimer et imposer à ma personnalité l’enthousiasme.

    Au début ce n’est pas facile mais très rapidement l’habitude s’installe  et j’entrevois quelques avantages.  Je suis bien surveillé. Un médecin généraliste qui est un copain d’études et un professeur diabétologue me contrôlent. La rétinopathie est prise en main et stoppée.  Petit à petit les examens, et résultats des prises de sang deviennent meilleures. Je suis donc sur la bonne voie et finalement je le dis et je le proclame :

     Je suis heureux d’être diabétique puisque maintenant je dois me soigner et me surveiller tout le temps. Je dois voir régulièrement mon médecin et enfin je dois suivre les conseils du diabétologue.

    En un mot, je suis surveillé et puisque les résultats sont bons je ne puis être que positif. 

    Actuellement tout cela reste entièrement vrai et les examens restent excellents. La seule chose qui est vraie est que je devrais peut-être encore maigrir un peu. Mais il n’est pas toujours facile de respecter cette règle qui est pourtant  absolue : MANGER UN PEU MOINS. Et puis faire attention aussi à ce que l’on boit. Et, (ne pas oublier) faire un peu d’exercice.

    Je voudrais ajouter que mes entretiens avec le diabétologue sont toujours instructifs. Ainsi j’apprends comment mieux surveiller les doses d’insuline en fonction de ce que je mange.

    Au fond le diabète est entré complètement dans ma vie et les soins sont devenus naturels.

    Stephan ROSENBAUM

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire