• Résultat de recherche d'images pour "https://www.federationdesdiabetiques.org/diabete/glycemie/hypoglycemie"

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • https://fr.pinterest.com/lavie3725/

     

     

    Push that part,where you feel pain,for 3 minutes.

     

     

    https://www.pinterest.com/pin/341288477990586884/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Description de l'image

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Le Freestyle Libre remboursé depuis le 1er juin 2017 !

    Remboursement Freestyle libre

    Depuis la 1ère semaine de juin 2017

    Indications :
    DT1
    DT2 avec au minimum 3 injections et 3 contrôles de glycémies par jour

    Besoin d’une formation initiale pour ceux qui n’ont jamais porté de freestyle libre : cela comprend la pose, explication de la différence glycémie capillaire et glycémie interstitielle, les flèches tendances et les courbes.

    Mode de prescription : par un diabétologue

    Pour ceux qui en ont déjà porté :
    Consultation pour faire le point
    Ordonnance avec prescription longue. 26 capteurs remboursés par an

    Pour les nouveaux porteurs :
    Remboursement du kit complet
    Période d’essai de 3 mois avec formation initiale.
    Après 3 mois, consultation pour bilan 
    Puis prescription longue

    Distribution en pharmacie

    Arrêté du 4 mai 2017 portant inscription du système flash d’autosurveillance du glucose FREESTYLE LIBRE de la société ABBOTT France au titre Ier de la liste des produits et prestations remboursables prévue à l’article L. 165-1 du code de la sécurité sociale.

    Texte officiel

     

    http://www.insulib.com/l-insulinotherapie-fonctionnelle/focus-medical/article/le-freestyle-libre

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Si votre permis de conduire porte la mention 01 relative à l'obligation de porter un dispositif de correction et qu'à la suite d'une opération des yeux, vous ne portez plus ce dispositif, vous devez demander un nouveau permis sur lequel ne figurera plus la mention 01.

    À la suite de l'opération, vous devez demander à votre ophtalmologiste une attestation prouvant que vous avez subi l'opération.

    Vous devez ensuite prendre un rendez-vous auprès d'un médecin agréé par la préfecture dont dépend votre lieu de résidence. Ce médecin ne peut en aucun cas être votre médecin traitant.

    La liste des médecins agréés est disponible dans les préfectures, sous-préfectures et dans les mairies de certaines communes. Elle peut également être consultée sur le site internet de la préfecture.

    Cas général

    Où s’adresser ?

    Veuillez saisir le nom ou le code postal de la commune :

     

    Préfecture   nouvelle fenêtre

    Ministère chargé de l'intérieur

    Sous-préfecture   nouvelle fenêtre

    Ministère chargé de l'intérieur

    Revenir au sommaire de cette partie

    Il vous appartient de télécharger ou de vous procurer en préfecture l'avis médical (accompagné du formulaire cerfa référence 06 n° 14948*01) et de le pré-remplir avant de passer le contrôle médical.

    Le jour du contrôle, il convient de vous munir des pièces suivantes :

    • une pièce d'identité et sa photocopie,
    • votre permis de conduire et sa photocopie,
    • photos d'identité récentes.

    Le médecin adresse aux services préfectoraux le volet correspondant de l'avis médical ainsi que le formulaire cerfa référence 06 n°14948*01 et vous remet le volet qui vous revient.

    Vous devez ensuite vous adresser - selon les départements - à votre préfecture, sous-préfecture ou à votre mairie pour demander un nouveau permis de conduire.

    Il convient de vérifier sur le site internet de votre préfecture ou auprès de son standard téléphonique comment la demande de permis peut être accomplie.

    En effet, elle peut parfois être effectuée en sous-préfecture ou en préfecture, uniquement sur place (sur rendez-vous ou pas), par courrier ou encore de façon dématérialisée depuis le site de la préfecture.

    Vous devez fournir les documents suivants :

    Pour suivre la production de votre permis, vous pouvez aussi téléphoner à l'ANTS :

    Votre nouveau permis vous sera envoyé. Si vous êtes absent lors du passage du facteur, il dépose un avis de passage. Vous avez ensuite 15 jours pour récupérer votre permis à La Poste. Passé ce délai, le permis est renvoyé à l'expéditeur et vous devrez contacter la préfecture pour faire une nouvelle demande de permis de conduire.

    https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F16787

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les malaises hypoglycémiques, qui peuvent notamment survenir chez les personnes souffrant de diabète (type 1 ou type 2) dont le traitement est mal adapté, sont associés à de multiples symptômes : faim, palpitations, irritabilité, confusion, tremblements, anxiété... S'ils surviennent alors que l'on est au volant, ils peuvent mettre en danger le conducteur, ses passagers, ainsi que les autres usagers de l'espace public.

    Diabète : attention à l'hypoglycémie au volant

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L’image contient peut-être : texte et nourriture

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Je m'appelle Maylis, j'ai 12 ans et je vous raconte mon quotidien, trucs et astuces avec mon diabète, mon freestyle et ma pompe

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une substance du brocoli, le sulforaphane, serait efficace pour combattre le diabète de type 2, selon une étude publiée dans la revue Science Translational Medecine.

    L'objectif de l'étude était de trouver de nouveaux médicaments contre le diabète de type 2 en abordant un mécanisme important de la maladie : la production élevée de glucose par le foie.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Gratin de poisson forestière

    Une recette empruntée à Un siphon fon fon

     



    Ingrédients pour 2 personnes

    2 filets de poisson

    300 g de champignons de Paris

    1 échalote

    2 jaunes d’œuf

    Gruyère râpé

    ½ cuillère à café de curcuma

    40 cl de crème fraîche ou soja (choisir cette dernière pour les personnes sensibles au lactose)

    Sel et poivre

     

     

    Préparation

    Dans une poêle antiadhésive, faites cuire et légèrement dorer les champignons et l’échalote émincés. 

    Salez et poivrez.

    Déposez les filets de poisson coupés en gros morceaux dans un plat à gratin.

    Recouvrez des champignons cuits.

    Dans un bol, mélangez les jaunes d’œuf avec la crème, le curcuma, sel et poivre.

    Versez dans le plat.

    Saupoudrez de gruyère râpé.

    Enfournez à 200°C et laissez cuire 30 minutes environ.

     

    http://abcvosig.blogspot.be/2015/12/gratin-de-poisson-forestiere.html

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
    • Description de l'image
    Publié le 29.08.2016
     

    Votre enfant est diabétique et c’est bientôt la rentrée scolaire. Vous vous demandez comment bien préparer sa rentrée pour l’aider au mieux. Voyons ensemble quelques astuces…

    La rentrée des classes est un moment important et souvent les enfants sont excités, anxieux, impatients… C’est peut-être le bon moment pour se poser et discuter avec votre enfant de sa rentrée à venir et de la manière de gérer son diabète à l’école.

    Votre fils ou votre fille diabétique peut aussi se poser des questions sur l’acceptation de son diabète à l’école : il faut le/la rassurer !

    À l’école comment ça se passe ?

    Une circulaire de l’éducation nationale du 8 septembre 2003 rappelle qu’« il convient de tout mettre en œuvre pour éviter l’exclusion et l’isolement dans lequel la maladie peut placer l’enfant ou l’adolescent et de développer l’adoption de comportements solidaires au sein de la collectivité». 

    Par ailleurs, les enfants atteints de maladie chronique, comme le diabète par exemple, doivent pouvoir « suivre leur scolarité ou être accueillis en collectivité tout en bénéficiant de leur traitement, de leur régime alimentaire, d’assurer leur sécurité et de compenser les inconvénients liés à leur état de santé»*.

     

    • Ainsi, votre enfant peut tester sa glycémie, se faire des injections d’insuline, avoir des repas adaptés et manger des encas si besoin.
    • De votre côté, en tant que parents, vous devez fournir le matériel pour les tests et traitements (lecteur de glycémie, bandelettes, autopiqueurs, insuline, stylo, pompe à insuline..). Un PAI est alors mis en place en collaboration avec l’établissement scolaire.

    Le PAI qu’est-ce que c’est ?

    Le Projet d’Accueil Individualisé (PAI) est un document qui organise la vie quotidienne de l’enfant en établissement scolaire ou en centre de loisirs. C’est un document écrit qui précise les besoins thérapeutiques liés à son état de santé.

    Il est vrai que bien préparer le retour à l’école en rappelant certaines consignes est important.

    Mais pour votre enfant, la rentrée se prépare aussi avec une belle trousse ou un nouveau cartable… Et c’est surtout, pour lui ou elle, l’occasion de retrouver ses camarades !

    Peut-il faire du sport, des sorties et voyages scolaires ?

    Oui, un enfant diabétique peut faire du sport et à fortiori à l’école aussi. Quand votre enfant pratique le sport à l’école, pensez à glisser un petit encas dans sa poche afin qu’il puisse manger avant la séance.

    Dans tous les cas, parlez-en avec le directeur de l’établissement car il est souvent interdit d’introduire des aliments provenant de l’extérieur de l’établissement.

    En règle générale, votre enfant pourra participer pleinement aux activités scolaires. Il suffit de bien le préparer et de s’adapter en fonction de la situation. 

    * Les aménagements envisagés ne doivent toutefois pas être préjudiciables au fonctionnement de l’école ou de l’établissement scolaire.

    Mettre en place un PAI 

    En théorie, la mise en place d’un PAI se fait dès que votre enfant est accueilli dans une structure collective. C’est vous qui devez faire la demande d’un PAI auprès du directeur de l’établissement.

    C’est avec lui que vous le mettrez en place en concertation étroite avec le médecin qui suit l’enfant, le médecin scolaire et l'infirmière scolaire.

    Votre médecin devra fournir une ordonnance et complétera le dossier PAI. Lordonnance détaillée (et signée) devra contenir des informations sur :

    • L’administration d’insuline
    • Le contrôle du taux de cétone dans les urines
    • Les dispenses éventuelles de certaines activités incompatibles avec la santé de l'enfant.

    Un protocole en cas d'urgence sera joint au PAI. C’est le médecin scolaire qui valide le projet d'accueil individualisé.

    Pour plus d’informations, consultez le lien suivant : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F21392 

    Sources : Sara
    Légifrance. Circulaire no 2003-135 du 8 septembre 2003. https://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2009/04/cir_1894.pdf consulté le 8/12/2015
    https://www.dinnosante.fr/fre/33/etre-attentif-a-sa-sante/au-quotidien/enfant-diabetique-preparer-sa-1ere-rentree
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Sous la pression d’une association américaine, le moteur de recherche proposera désormais à ses utilisateurs américains de remplir un questionnaire permettant de déterminer s’ils doivent consulter un médecin.

    La recherche

    Un test simple permettra de savoir s'il faut consulter un psychiatre.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Attention : un rappel produit concernant la boisson à l’ananas de la marque Jus Cool Bliss est en cours. Vérifiez bien vos placards !

     

    Rappel produit : boisson à l'ananas - Jus Cool Bliss

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Attention de convient pas à un enfant de - de 7 ans

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les États-Unis ont été les premiers à commercialiser fin avril 2017 un pancréas artificiel.

    Quand la France pourra-t-elle en bénéficier ?

    À quoi ressemblent ces appareils ?

     Sciences et Avenir fait le point avec un spécialiste.

     

    Diabète : à quand un pancréas artificiel en France ?

    Diabeloop est constitué d'une pompe sous forme de patch à coller sur le bras et d'un capteur placé au niveau de l’abdomen.

    © DIABELOOP

    Sciences et Avenir vous l'annonçait en septembre 2016 : l'Agence américaine du médicament (FDA) autorisait la commercialisation d'un premier pancréas artificiel, le MiniMed 670G de l'entreprise américaine Medtronic. Commercialisation qui a pris effet en avril 2017. Une révolution pour les diabétiques de type 1, symbolisant la fin des piqûres quotidiennes pour mesurer sa glycémie. Or différents prototypes de pancréas artificiels sont toujours en cours d'expérimentation à travers le monde, notamment en France, à des stades plus ou moins avancés. Avec le Pr Eric Renard, coordinateur du département d'endocrinologie, diabète, nutrition au CHU de Montpellier, Sciences et Avenir liste les trois dispositifs qui devraient débarquer les premiers sur le marché européen. Et fait le point sur l'avancée d'un projet plus futuriste : le pancréas bio-artificiel.

    MiniMed 670G de Medtronic, réservé (pour l'instant) aux Américains

     

    Pancréas artificiel

    © Medtronic

    Ce dispositif est composé d'un capteur sous-cutané affichant le niveau de glucose toutes les cinq minutes, et selon le chiffre obtenu, une pompe perfuse de l'insuline via un cathéter sous-cutané. Un élément semblable à un écran de smartphone affiche sur la pompe le niveau de glycémie et le débit d'insuline. Même si le MiniMed 670G ajuste automatiquement le niveau d'insuline, facilitant la vie des patients, lors des repas, ces derniers doivent l'informer des glucides consommés, afin que le dispositif calcule la quantité d'insuline à perfuser (et pour éviter l'hyperglycémie). Le dispositif présente des contre-indications : il est déconseillé aux patients ayant besoin de moins de 8 unités par jour et aux enfants de 6 ans ou moins. Pour les 7-13 ans, "Medtronic procède actuellement à des études cliniques pour évaluer l'innocuité et l'efficacité du dispositif", précise la FDA. Pour l'instant, Medtronic n'a pas demandé à ce que ce dispositif soit commercialisé en Europe. Mais peut-être que les premiers tests à grande échelle sur le sol américain lui donneront des envies d'ailleurs.

    In Control, commercialisé en Europe dès 2018 ?

     

    © Incontrol

    "In Control est presque le même que dispositif que le MiniMed 670G de Medtronic, à une différence près : l'algorithme de contrôle est d'un type différent et il est géré par un smartphone auquel le capteur et la pompe sont connectés sans fil", nous explique le Pr Eric Renard. Ce projet américano-européen, porté par la start-up TypeZero Technologies (Charlotesville, États-Unis), est actuellement expérimenté dans trois centres européens, dont un à Montpellier, et dans sept centres américains. "In Control est la version pré-commerciale d'un prototype qui a été testé précédemment chez l'adulte et l'enfant, et d'ailleurs les résultats de nos tests chez l'enfant en France seront présentés lors du Congrès américain de diabétologie à San Diego (Californie) en juin 2017", annonce le spécialiste. Une commercialisation du dispositif serait possible fin 2018, selon les résultats des études en cours.

    Le projet français Diabeloop, disponible en 2018 ?

    Diabeloop est un dispositif développé par la start-up française du même nom. Iest constitué d'une pompe - sous la forme d'un patch à coller sur le bras -, et d'un capteur placé au niveau de l’abdomen. Via une connexion Bluetooth, les informations sur la glycémie sont transmises à la troisième partie du pancréas artificiel, située elle dans la poche du patient : un smartphone sophistiqué et personnalisé. Il analyse, via des algorithmes complexes prenant en compte différents paramètres (poids de la personne, vitesse d’action de l’insuline...), le taux de sucre circulant dans le sang pour pouvoir adapter automatiquement la dose d’insuline nécessaire qui est administrée par la pompe. Les repas doivent également être annoncés par les patients comme dans les deux systèmes précédents.

    Rendue publique en janvier 2017, une étude réalisée sur 36 patients diabétiques de type 1 dans neuf centres différents en France a obtenu des résultats prometteurs. "De nouveaux travaux incluant pendant trois mois une soixantaine de patients utilisant Diabeloop hors de l'hôpital ont été lancés en 2017, afin de vérifier qu'ils savent l'utiliser correctement et facilement, et avec succès sur le contrôle de la glycémie", précise le Pr Eric Renard. Si les résultats sont probants, la commercialisation de Diabeloop se fera en 2018. Mais encore faudra-t-il que le dispositif passe rapidement les étapes de remboursement en France...

    Et le pancréas bio-artificiel ?

    Très éloigné du pancréas artificiel, le pancréas bio-artificiel consiste en une poche implantée dans le ventre du patient, directement sous la paroi abdominale. L'idée est de mettre des cellules bêta du pancréas dans cette poche afin que celles-ci sécrètent l'insuline de façon automatisée en fonction des besoins du patient diabétique. Le pancréas bio-artificiel assurerait seul le mécanisme de sécrétion de l'insuline chez les diabétiques. Un projet très ambitieux dont le professeur Eric Renard nous parlait déjà en 2014. Mais il reste pour l'instant en stand-by, et n'a pas dépassé le stade de l'animal. "Tous les projets de pancréas bio-artificiel sont pour l'instant confrontés au même problème : les cellules bêta meurent trop vite", déplore le Pr Eric Renard. Pour ce dernier, il faudra attendre encore une dizaine d'années avant de voir ce type de dispositifs accessible aux patients. 

    Un capteur de glucose sans piqûre remboursé à 100 % en France

    Marisol Touraine, ministre des Affaires Sociales et de la Santé, a annoncé le 21 avril 2017 le remboursement d’un dispositif qui permettra déjà aux diabétiques de se passer des piqûres pour connaître leur glycémie : le Freestyle Libre, des laboratoires Abbott. "Il s'agit d'un capteur transcutané relié à un patch émetteur autocollant sur le bras qui mesure et enregistre automatiquement le taux de glucose. Il suffit ensuite de passer un lecteur au-dessus du capteur pour connaître la mesure chiffrée, la tendance et un historique des huit heures précédentes. Le capteur, efficace durant 14 jours, résiste à l’eau et peut-être lu sous un vêtement", explique le Pr Eric Renard. La commercialisation de ce dispositif, plus basique qu'un pancréas artificiel, est prévue en mai-juin 2017 pour les patients diabétiques pratiquant des injections multiples quotidiennes d'insuline ou traités par pompe à insuline.

    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/diabete/diabete-a-quand-un-pancreas-artificiel-en-france_112479

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires