• Quizz , diabète de type 2

    Le diabète de type 2

    Le diabète de type 2


    1) Les patients diabétiques ont moins de caries dentaires.

    Faux.

    Les caries dentaires sont plus fréquentes chez les patients diabétiques mal équilibrés. L'excès de sucre dans la salive en est responsable. C'est pourquoi, l'hygiène bucco-dentaire doit être très stricte : brossage systématique après chaque repas et visite annuelle chez le dentiste.

    2) Contraception : certaines pilules sont contre-indiquées en cas de diabète.

    Vrai.

    C'est le cas des pilules contenant des estrogènes, car elles sont susceptibles d'augmenter les concentrations de sucre et de graisse dans le sang, et d'élever la pression artérielle. En revanche, les pilules progestatives peuvent être utilisées.

    3) La dépression est plus fréquente chez les diabétiques.

    Vrai.

    La dépression est constatée chez 25 à 30% des patients diabétiques, alors qu'elle se retrouve chez 15 à 17% du reste de la population. Elle doit impérativement être identifiée et prise en charge.

    4) Les patches nicotiniques sont déconseillés.

    Faux.

    Il est impératif d'arrêter de fumer et toutes les aides au sevrage sont possibles, voire conseillées, même en cas de diabète. Chez le diabétique, le tabac favorise d'autant plus l'artérite et l'infarctus du myocarde. De plus, il accroît la survenue de l'atteinte rénale par le diabète (néphropathie diabétique). Par ailleurs, le tabac augmente les besoins en insuline en entraînant une résistance à l'insuline.

    5) L'insuline fait grossir.

    Faux.

    L'insuline n'apporte pas de calories et ne peut donc pas être responsable en elle-même d'une prise de poids. En revanche, les conditions de prescription peuvent expliquer une éventuelle prise de poids. En effet, lorsque de l'insuline est prescrite, c'est que le diabète est mal équilibré. L'augmentation de la glycémie (au-delà de 1,8g/l) s'accompagne d'une élimination de sucre dans les urines et de la perte d'autant de calories. Lorsque la glycémie est mieux équilibrée grâce à l'insuline, le sucre n'est plus évacué dans les urines, ce qui peut expliquer une prise de poids.

    6) L'activité physique doit être quotidienne.

    Vrai.

    Les muscles sont de grands consommateurs de sucre, en particulier lors des efforts physiques. Grâce à l'insuline, après chaque repas, 80% du sucre est stocké dans les muscles, les 20% restant allant dans le foie. En l'absence d'activité physique, le sucre musculaire n'est pas dépensé. Le sucre apporté par le repas suivant reste donc dans le sang, ce qui augmente la glycémie. Il est donc conseillé aux personnes diabétiques d'entretenir régulièrement leurs muscles.

    7) On ne guérit jamais du diabète.

    Vrai.

    Le diabète de type 2 est une maladie évolutive qui s'aggrave au fil du temps. On ne sait pas guérir de cette maladie, mais il est possible d'en ralentir le cours. Il est donc essentiel de bien entretenir sa santé.

    8) La cicatrisation est plus difficile chez les diabétiques.

    Vrai.

    Lorsque la glycémie est élevée, la cicatrisation est difficile. Les infections et les mycoses sont également plus fréquentes. En effet, les microbes responsables d'infections ou les champignons à l'origine de mycoses sont mieux nourris et les défenses naturelles sont affaiblies.

    9) Le diabète de type 2 est héréditaire.

    Vrai.

    Le risque d'être diabétique est d'environ 30% si un parent du premier degré est diabétique (père, mère, frère, sœur), notamment en cas de surpoids et de sédentarité. En cas de facteur familial associé à des risques personnels (surpoids, hypertension artérielle, maladie vasculaire, hypertriglycéridémie, antécédent de diabète gestationnel, naissance d'un bébé de plus de 4,5 kilos), un dépistage doit être réalisé tous les ans (mesure de la glycémie à jeun).
    En cas d'hérédité au premier degré, sans facteur de risque personnel, le dépistage est à réaliser tous les trois à cinq ans.
    En l'absence de facteur héréditaire, après l'âge de 40 ans, l'existence de facteurs de risque personnels doit entraîner un dosage annuel de la glycémie.

    http://www.e-sante.be/diabete-type/diabete-47-111-5182.htm


    « Suivi du traitement et autosurveillanceDouleur à la marche - risque du pied diabétique »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :