• Ondes gravitationnelles : Un siècle avant, Einstein avait vu juste !

    C’est une annonce majeure qu’ont faites les scientifiques américains du projet Ligo (crée à Hanford par des scientifiques du MIT et de Caltech), ce jeudi à Washington et dans un article de Nature. Ils auraient observé pour la première fois, de manière directe, les ondes gravitationnelles prédites par Einstein dans sa théorie de la relativité générale il y a exactement 100 ans, en 1916. Une observation dont l’importance pour la physique se compare à la détection du boson de Brout-Englert-Higgs en 2012 et qui devrait leur valoir le Nobel.

    Ces ondes sont les traces d’un événement cataclysmique intervenu dans l’Univers, la fusion entre deux trous noirs pesant des milliers de masses solaires. Cet événement a déformé l’espace-temps comme une pierre jetée dans l’eau déforme la surface et crée des rides. Ici ce sont des ondes dilatant et contractant l’espace-temps autour de nous qu’on aurait observées.

    La mesure a été faite par le détecteur américain LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave Observatory) et les données ont été analysées par les équipes du détecteur européen équivalent, Virgo.

    Effets indirects

    Certes, ces ondes furent déjà observées par leurs effets indirects. Les professeurs Hulse et Taylor ont d’ailleurs obtenu le prix Nobel en 1993 notamment pour avoir découvert cet effet dans le pulsar binaire PSR 1913+16, deux étoiles à neutrons (des objets très compacts et massifs, comme si la masse du soleil était condensée dans une sphère de 10 kilomètres à peine de diamètre) tournant très vite l’une autour de l’autre (une révolution de sept heures). Par ce mouvement circulaire d’objets massifs, ce pulsar binaire génère d’importantes ondes gravitationnelles qui entraînent elles-mêmes une perte d’énergie de ces étoiles que l’on a pu mesurer.

    Mais on voulait observer les effets directs des ondes gravitationnelles sur notre environnement, pour confirmer totalement la théorie d’Einstein et pour ouvrir ainsi un champ formidable à l’astronomie permettant d’observer des phénomènes mal connus comme la fusion de deux étoiles à neutrons, l’effondrement gravitationnel d’étoiles massives, voire le choc initial du big bang.

    En 2014, une équipe américaine avait déjà cru voir les traces des ondes dues au big bang, mais elles durent ensuite admettre qu’elle avait commis des erreurs.

    L’avenir passera aussi par le gigantesque projet Lisa, un interféromètre géant composé de trois satellites séparés par 1 million de kilomètres, un projet préparé d’abord ensemble, par l’Esa et la Nasa mais repris ensuite par la seule Esa. Un détecteur composé de 3 satellites avec 2 “bras” de 1 million de kilomètres et qui devrait être lancé en 2034.

    http://www.lalibre.be/actu/sciences-sante/ondes-gravitationnelles-un-siecle-avant-einstein-avait-vu-juste-56bc801c3570b1fc111206d5?

    « VOICI UNE VIDÉO QUI PEUT AIDER LES DIABÉTIQUES DE TYPE 2 À ACCEPTER LEUR DIABÈTE.Etude Point Vision »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 12 Février 2016 à 10:35
    LADY MARIANNE

    un grand savant Albert E trouvé bien avant l'heure-
    on progresse, les générations futures en profiteront-
    bonne fin de semaine !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :