• Mycose de la peau : QUE FAIRE ?

    2ème partie

    Mycose de la peau : QUE FAIRE ?

     

    Comment faire le diagnostic de mycose de la peau ?

    L’aspect caractéristique des lésions de la peau est le plus souvent suffisant au médecin pour faire ce diagnostic qui est donc le plus souvent clinique.
    Un examen avec une lampe à ultraviolet (lumière de Wood) entraîne une fluorescence particulière avec certains champignons et peut parfois être réalisé pour confirmer le diagnostic.
    Le médecin peut aussi prescrire un prélèvement mycologique auprès d’un laboratoire spécialisé qui grattera la lésion de la peau et recueillera les petits débris. Ces derniers seront ensuite analysés au microscope et mis en culture pour identifier le champignon responsable de l’infection.

    Quand faut-il consulter un médecin ?

    En présence de mycose cutanée, il faut consulter un médecin en l’absence d'amélioration une semaine après l'application du traitement local ou en cas de :
    • Doute sur la nature des lésions.
    • Mycose des ongles (onychomycose) ou du cuir chevelu.
    • Gêne, douleur locale ou démangeaisons.
    • Nouvelles lésions apparaissant sur une autre zone.
    • Plaies ou suintements du fait du risque de surinfection.
    • Diabète avec troubles circulatoires.
    • Déficit immunitaire.
    • Traitement par corticoïdes par voie générale.
    Et chez un enfant de moins de 12 ans.

    Que faire en cas de mycose cutanée superficielle ?

    La prise en compte des facteurs locaux favorisants  la mycose est indispensable pour permettre la guérison sans récidive.
    Il faut lutter contre la macération (éviter le port de sous vêtements synthétiques et de vêtements serrés), l’humidité (sécher soigneusement les plis et les muqueuses après la toilette, ne pas remettre de chaussures humides avant qu’elles aient séché…) et l’irritation de la peau (traiter les irritations de la peau car elles peuvent constituer un facteur de développement de la mycose) : attention aux épilations ou aux rasages intempestifs.
    En cas d’atteinte des pieds, il faudra également désinfecter ses chaussures (avec un produit adapté), ainsi que ses chaussettes (le lavage à basse température n’est pas suffisant pour tuer le champignon).
    En cas de mycose cutanée modérée (une à deux lésions isolées), un traitement local appliqué soi-même peut permettre d’éviter la propagation de l’infection.
    Il faut appliquer un « médicament antifongique à usage local », disponible sans ordonnance en pharmacie, à condition de respecter les contre-indications liées à l’état de santé (grossesse, traitement en cours) et de choisir une forme adaptée aux lésions (crèmes, émulsions, lotions ou solutions pour les peaux sèches ; poudres et gels sur les lésions suintantes). Le pharmacien est toujours disponible pour ce type de conseils.

    Existe-t-il des médicaments contre les mycoses de la peau ?

    Le traitement contre les mycoses ou « traitement antifongique » est le plus souvent local.
    • Pour les mycoses cutanées, il est prescrit sous forme de pommade, crème, lotion, poudre en fonction du type de lésion et de leur localisation (kétoconazole, éconazole…).
    Quand il est unique, « l’herpès circiné » est traité avec des crèmes antimycosiques pendant sept jours à deux semaines. En cas de démangeaisons importantes, il est parfois possible d’ajouter une crème à base de cortisone pendant les premiers jours. Lorsque les « herpès circinés » sont multiples, un traitement antimycosique par voie orale peut être indiqué pendant 7 à 14 jours.
    • Pour les mycoses des ongles (« onychomycoses »), un traitement local antifongique  peut être appliqué sous forme de vernis durant 3 à 6 mois. Pour une meilleure efficacité, on peut y ajouter des crèmes locales qui favorisent la diffusion chimique de l’antimycotique à travers l’ongle (association azolé et urée).
    Il faut y associer un traitement local des espaces interdigitaux pour éviter la réinfection. Ce traitement local n’est pas toujours suffisant pour obtenir la guérison en cas d’atteinte profonde des ongles et il faudra alors associer un traitement oral.
    • Pour les mycoses vaginales
    Les femmes peuvent se traiter seules. Elles doivent faire une toilette matin et soir avec un savon non irritant (comme un savon de Marseille). Il faut éviter les savons acides et ceux qui sont trop agressifs.
    Le traitement est ensuite basé sur des comprimés ou ovules antifongiques gynécologiques qui sont introduits à l'intérieur du vagin le soir (Gyno Pevaryl®) 3 jours consécutifs. Il est souvent complété par l'application d'une crème antifongique en cas d'irritation de la vulve (Pevaryl Crème). Ces médicaments sont disponibles en pharmacie sans ordonnance, le pharmacien précisant le mode et la durée d'utilisation. Il existe des traitements en prise unique très efficaces. Une nette amélioration survient généralement en un à deux jours. Les rapports sexuels sont déconseillés jusqu'à la guérison, ou nécessitent l'utilisation d'un préservatif pour éviter la transmission de la mycose.
    • Pour les « teignes tondantes », un traitement avec des antimycosiques par voie orale est indispensable (griséofulvine ou terbinafine) pendant 8 semaines (griséofulvine) ou 4 semaines (terbinafine). Un traitement local avec des lotions antimycosiques peut parfois compléter la thérapeutique. Il s’agit d’une maladie contagieuse et il faut donc repérer rapidement une teigne, faire des prélèvements dans la famille proche pour identifier le champignon responsable et traiter tous les proches contaminés et porteurs du champignon en même temps que la personne atteinte.
    • Pour « l’herpès circiné » avec une lésion unique, elle est traitée avec des crèmes antimycosiques pendant sept jours à deux semaines. L’adjonction d’une crème à base de cortisone est parfois utile pendant les premiers jours, en cas de démangeaisons importantes. Lorsque les herpès circinés sont multiples, un traitement antimycosique par voie orale peut être indiqué pendant 7 à 14 jours.
    Le traitement antifongique oral  est nécessaire en cas d’atteintes importantes ou pour certaines formes nécessitant un traitement par voie orale (griséofulvine, terbinafine) :
    • C’est le cas des mycoses du cuir chevelu (« teignes ») qui nécessitent en plus du traitement local, un traitement oral antifongique de plusieurs semaines (6 à 8 semaines) pour obtenir la guérison. C’est aussi le cas dans les « herpès circinés ».
    • C’est aussi le cas des mycoses des ongles (« onychomycoses ») qui ne peuvent pas guérir avec un traitement local quand la matrice est atteinte. Un traitement oral antifongique est alors prescrit. Il s’agit en règle générale de traitements de longue durée (en général 3 mois pour le traitement des mycoses des ongles des mains et 6 mois pour celles des pieds). Parfois, il est nécessaire de recourir à la chirurgie pour ôter la zone malade de l'ongle.

     

    https://www.pourquoidocteur.fr/MaladiesPkoidoc/18-Mycose-de-la-peau-des-infections-a-champignons-de-la-peau-des-muqueuses-des-cheveux-et-des-ongles/p-899-QUE-FAIRE-Mycose-de-la-peau

    « Mycose de la peau : des infections à champignons de la peau, qui touchent aussi les muqueuses, des cheveux et des onglesMycose de la peau : PREVENIR »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :