Plus de 10 millions de patients sont en affection longue durée. L'insuffisance cardiaque, les tumeurs malignes et les troubles psychiatriques progressent vivement. Un coût important pour l'Assurance-maladie.

Tout le monde a dans son entourage des personnes frappées par une maladie chronique telle que le cancer, le diabète ou Alzheimer. Ce fléau de santé publique ne cesse de progresser, touchant plus d'une personne sur six. Plus de 10 millions de patients sont désormais atteints par une affection de longue durée (ALD), selon les chiffres 2016 que vient de publier l'Assurance-maladie. C'est même 10,4 millions si on compte deux fois ceux qui souffrent de deux pathologies simultanées - soit 16,9 % de la population. Année après année, le nombre d'entrées en affection longue durée s'accélère. Après  1,3 million de nouveaux malades en 2014 ,  1,4 million en 2015 , il y en a eu 1,6 million en 2016.

 

L\'essor des maladies chroniques s\'accélère

Le mal numéro un reste le diabète, avec 2,6 millions de cas. Mais c'est la catégorie insuffisance cardiaque, troubles du rythme cardiaque et cardiopathies, concernant 1,1 million de personnes, qui progresse le plus vite (+18,6 %), suivie de près par les tumeurs malignes (+17,1 %), qui sont aussi la deuxième affection de longue durée la plus répandue, avec 2 millions de victimes. Les affections psychiatriques de longue durée, hors démences de type Alzheimer, progressent elles aussi vivement (+13,2 %) et touchent 1,3 million de personnes.

94,5 milliards d'euros de dépenses

Cet essor des maladies chroniques semble inexorable, puisqu'il y a de plus en plus de personnes âgées, plus susceptibles d'en souffrir. D'autres facteurs culturels ou environnementaux sont suspectés : malbouffe, pollution, etc. Le coût de ces affections au long cours pèse d'autant plus sur le financement du système de santé qu'elles sont prises en charge à 100 % par le régime obligatoire. 

Mais ce chiffre de 10 millions est l'arbre qui cache la forêt.  En élargissant le champ à toutes les personnes qui consomment des soins apparentés à une maladie chronique, avec ou sans reconnaissance officielle d'ALD, l'Assurance-maladie a calculé que 20 millions de personnes étaient concernées en 2015, soit 35 % de la population. Le coût total des soins dispensés s'élevait à 94,5 milliards d'euros... plus de la moitié de la dépense annuelle de la branche maladie !

 

Maladies psychiatriques

En prenant cette définition élargie, le premier poste de coût parmi les affections chroniques devient celui des maladies psychiatriques, hors démences. Elles ont donné lieu à 22,5 milliards d'euros de remboursements, loin devant les cancers (16,8 milliards) et les maladies cardio-neurovasculaires (15,8 milliards). L'Assurance-maladie elle-même en a été surprise, et l'explique par le fait que 5 millions de personnes consomment des anti-dépresseurs ou des anxyolitiques sans être forcément inscrites en ALD.

Par ailleurs, le traitement des troubles addictifs et les maladies respiratoires chroniques autres que la mucoviscidose ne sont pas pris en charge à 100 %, mais n'en sont pas moins soignés sur longue durée.

Solveig Godeluck