• Parce qu’ils sont trop riches en sucres rapides et en sucres ajoutés, certains sont à éviter. Mieux vaut privilégier ceux à base de céréales complètes comme le muesli.

    Selon l’étude marketing LH2 de Matins céréales publiée en 2012, les céréales sont devenues un réflexe au petit-déjeuner pour plus de 60 % des Français, qui voient en elles une bonne source d’énergie et de glucides. Confortés dans cette idée par les allégations santé des fabricants, ils dépensent ainsi chaque année quelque 750 millions en Corn Flakes et autres céréales. «Cet engouement n’est pas très judicieux», avertit le Dr Pierre Nys, endocrinologue-nutritionniste, attaché des Hôpitaux de Paris.

    Indice glycémique trop élevé

    De nombreuses céréales du petit-déjeuner vendues en supermarché présentent en effet un double problème nutritionnel : elles sont trop riches en sel et leur index glycémique (IG) est trop élevé

    De nombreuses céréales du petit-déjeuner vendues en supermarché présentent en effet un double problème nutritionnel: elles sont trop riches en sel et leur index glycémique (IG) est trop élevé. Or l’excès de sel est un facteur de risque cardiovasculaire et l’excès d’aliments à IG élevé favorise l’apparition d’un syndrome métabolique conduisant à une augmentation de la pression artérielle, à de l’obésité, voire à l’apparition d’un diabète de type 2.

    Cet indice glycémique est un indicateur de l’assimilation des glucides par l’organisme: plus il est important, plus la vitesse à laquelle un aliment libère du glucose dans le sang est élevée. Il s’ensuit des pics de glycémie qui, en activant la production d’insuline, perturbent notre métabolisme.

    Les aliments avec un IG au-delà de 70 sont donc à consommer avec modération. Or les Corn-Flakes culminent à 77, les Choco Pops à 80, et les Rice Krispies à 82. Ce sont de véritables bombes sucrées à digestion rapide. «Très souvent, les gens se font une idée fausse de ces céréales, précise le Dr Nys. Selon eux, elles contiennent de l’amidon, un glucide complexe, qui se digère donc lentement en libérant à petites doses dans le sang les glucoses qui le constituent. Or aujourd’hui on sait que l’amidon peut être digéré très rapidement: tout dépend des aliments dont il provient et de leur mode de transformation».

     

    Une charte de réduction des sucres ajoutés

    «La technique d’extrusion insufflant de l’air dans ces céréales pour les rendre plus croustillantes fait exploser leur IG»

    Dr Laurent Chevallier, médecin nutritionniste

    Explications: tout d’abord, l’amidon se compose de deux molécules différentes, l’amylose et l’amylopectine, cette dernière étant bien plus rapidement digérée. Ainsi, certains blés et maïs, riches en amylopectine, présentent un IG plus élevé que l’orge, le riz ou l’avoine. «Par ailleurs, précise le Dr Laurent Chevallier, médecin nutritionniste, la technique d’extrusion insufflant de l’air dans ces céréales pour les rendre plus croustillantes fait exploser leur IG, tout comme les sucres, miel ou caramel qu’on y ajoute parfois. Aux problèmes métaboliques s’ajoute alors celui des caries.»

    Certes, les industriels ont signé une charte de réduction des sucres ajoutés, mais beaucoup de produits gardent un IG problématique. Alors, lesquels choisir? «Il faut privilégier les céréales complètes, donc à IG plus faible, de type muesli (enrichi en fruits secs et oléagineux)», recommande le Dr Laurent Chevallier, en veillant à ce que les sucres ajoutés industriellement soient le plus faible possible et, bien sûr, sans les napper soi-même de sucre en poudre…

    Il faudrait que l’index glycémique des aliments soit affiché sur leurs emballages mais les industriels s’y refusent. Alors faute d’informations claires et simples, le bon sens est peut-être de revenir à la bonne tartine de pain complet (IG = 65) avec un peu de beurre et de l’accompagner d’un fruit frais. «Mais pas d’un jus de fruit industriel, recommande le Dr Nys, ils sont trop caloriques, pauvres en nutriments et à IG plus élevé. La formule tartine-fruit est une bonne alternative aux céréales matinales».

     
     
     
    Laurent Giordano
     
     
    http://sante.lefigaro.fr/article/ces-cereales-qu-il-faut-eviter-au-petit-dejeuner/
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une phlyctène désigne en langage médical une ampoule, une cloque.

    Une phlyctène est une lésion de la peau qui trouve son origine dans une brûlure ou un coup de soleil, un frottement répété (friction de la peau contre une chaussure par exemple), le gel (qui constitue une brûlure au froid), une infection (de type staphylocoque ou streptocoque) ou encore un contact avec des produits chimiques corrosifs. Elle peut également être due à une réaction allergique à des médicaments, à une très forte sensibilité du sujet à la lumière (photo-dermatose), à une maladie virale de type herpès, etc. La phlyctène saigne lorsqu’il existe une lésion de brûlure du second degré superficiel.

    Phlyctène suite à une brûlure du second degré superficiel

    Phlyctène suite à une brûlure du second degré superficiel

    Quelle que soit sa cause, l’épiderme se décolle créant une cavité localisée qui se remplit de liquide séreux et translucide (phlyctène séreuse) : c’est la fameuse cloque ou ampoule. Elle peut également contenir des éléments sanguins, coagulés ou non (phlyctène hématique).

    Une phlyctène est généralement douloureuse.

    Si la phlyctène est peu étendue (l’ampoule classique), elle se résorbe d’elle-même, lentement, le temps que les sérosités repassent dans les tissus mous. L’épiderme reste décollé jusqu’à ce qu’un nouveau se forme. Il est possible de protéger dans ce cas la phlyctène à l’aide d’un pansement hydrocolloïde.

    S’il n’y a pas eu rupture de l’épiderme et que la phlyctène est volumineuse et douloureuse, on peut percer la bulle à l’aide d’une aiguille désinfectée, sans toucher l’épiderme. On applique ensuite un antiseptique dépourvu d’alcool, on sèche et on applique un pansement hydrocolloïde.

    S’il y a rupture de l’épiderme, il faut désinfecter comme mentionné en cas de non rupture et consulter un médecin : en effet, dans la plupart des cas, il est préférable de retirer tout l’épiderme décollé.

    https://docteur-picovski.com/lexique/phlyctene-ampoule/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires