• Comment lire et déchiffrer

    les étiquettes alimentaires

     
     

     

    o Que peut-on découvrir à la lecture de l'étiquette d'une denrée alimentaire préemballée ?

    o II faut savoir qu'il existe 2 grands types d'étiquetage

    o Que peut-on apprendre comme information complémentaire dans l'étiquetage nutritionnel ?

    o Quels sont les produits qui peuvent remplacer le sucre ?

    o Pour bien comprendre les termes qui vous sont moins familiers, voici quelques définitions

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les facteurs de risque propres aux femmes

    En matière de maladies cardiovasculaires, les hommes et les femmes ne sont pas égaux. Les risques de développer un problème sont en effet plus élevés chez la gent masculine. Mais au-delà de cette inégalité controversée, des risques spécifiquement féminins existent. Découvrez-les pour mieux les éviter !

    Parce qu'ils apparaissent en moyenne 10 ans plus tard chez les femmes que chez les hommes, on a longtemps cru le beau sexe épargné par les problèmes cardiovasculaires1. Pourtant, différentes études ont permis d'identifier des facteurs de risques unisexes ainsi que des dangers spécifiquement féminins2,3.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La pyramide alimentaire

     

    Pour illustrer ce que doit être une alimentation équilibrée et variée, plusieurs stratégies ont été utilisées. La dernière en date est la représentation sous une forme pyramidale.

    La pyramide permet de montrer aux enfants que chaque élément de sa construction est important. C'est surtout vrai pour les éléments qui constituent les étages inférieurs.

    Si un élément manque, l'édifice se déstabilise et peut même s'effondrer.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Plusieurs études, dont certaines menées par l'Inra ont comparé les légumes frais, en conserve, et surgelés. Elles concluent à des apports quasi-équivalents en vitamines et autres nutriments. De quoi justifier la recommandation du programme national nutrition santé de "consommer 5 fruits et légumes par jour sous toutes leurs formes".

    La consommation des légumes est incontournable en raison de leur richesse en nutriments protecteurs : vitamines C et B9, bêta-carotène, polyphénols (anti-oxydants), fibres, potassium, calcium, magnésium et autres minéraux.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Alimentation: bio, ruche, permaculture, les nouveaux moyens de bien remplir son panier sans se ruiner

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Quelles sont les personnes à risque ?

    Cette maladie dont l'évolution peut apparaître comme insidieuse est facile à détecter… à condition de mesurer le glucose dans le sang. Mais selon certains, cet examen n'est que trop rarement demandé par le médecin. Le test plus rapide et moins cher de détection dans les urines est plus répandu. De qualité médiocre, ce dépistage ne détecte que les cas de diabète avéré. On estime entre 500 000 et un million le nombre de diabétiques ignorant leur maladie.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Idées de lunch box : des déj' à emporter 100% vitalité

    Le repas du midi, c'est simple quand on a une cantine dans sa boîte. Encore mieux quand on peut rentrer à la maison pour la pause déj'. Assez lassant quand on se contente des sandwichs de la boulangerie du coin. L'idéal quand on veut bien déjeuner (c'est-à-dire rapido, équilibré et savoureux), c'est le repas fait maison transporté dans sa petite boîte en plastique. Facile à dire ? C'est aussi facile à faire, grâce aux conseils du chef étoilé Yannick Alléno, rassemblés dans un livre  de recettes : "Bien déjeuner dans ma boîte".

    "Près de 30% des salariés ont pour habitude d'emporter, lors de leur journée de travail, un déjeuner qu'ils ont préparé, mais ils sont seulement 12% à miser sur ce qu'ils mangent pour entretenir leur vitalité", constate l'ouvrage. Résultat : "ils sont 88% à connaître régulièrement un coup de fatigue". Le recueil de recettes de Yannick Alléno propose donc des solutions simples, économiques (4€ en moyenne) et rapides (environ 15 minutes de préparation). Les 70 recettes de lunch box couvrent toutes les envies (froides ou chaudes, salées ou sucrées) et sont accompagnées de conseils d'un nutritionniste et d'un coach sportif, pour dire adieu aux coups de pompes au boulot !

    Pour vous prouver que c'est possible, Doctissimo vous présente sa sélection de recettes pour faire de la pause déjeuner un vrai moment de plaisir et de vitalité.

    Violaine Badie
    Créé le 23 octobre 2013

    Source : recettes issues du troisième tome de la collection "Bien déjeûner dans ma boîte", une initiative du groupe de protection sociale français Malakoff Médéric, octobre 2013

    Des livres pour aller plus loin :
    Bien déjeuner dans ma boîte (2011)
    Bien déjeuner dans ma boîte (2012)
    Bien déjeuner dans ma boîte (2013)
    par Yannick Alléno
    Malakoff Médéric (droit des ventes reversé au réseau des Banques alimentaires)
    Editions Laymon
    Environ 200 pages
    19,90€

    Nos dossiers pour aller plus loin :
    Les règles de l'équilibre alimentaire
    Travail et bien-être
    Fatigue

    Discutez-en sur nos forums :
    Forum Alimentation et santé
    Forum Mon job au quotidien
    Forum Fatigue

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Cette entrée se compose d’un mélange de champignons d’automne qui donne une saveur parfumée. Peu calorique et très riche en eau, ce velouté apporte des éléments nutritionnels intéressants comme le potassium et le phosphore.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La lentille : une petite graine bien faite

    La lentille fait partie de ces légumes "secs" (ou légumineuses) qui, après être tombés en désuétude pendant quelques décennies, retrouvent leur place à table. Bénéfices pour la santé, saveurs authentiques ou au contraire inédites, produit de nos terroirs : la lentille a de sérieux arguments séduction... Redécouvrons-la ; plaisir garanti !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Fruits et légumes orange… Quels bienfaits ?

    Les fruits et légumes oranges regorgent de vitamines et minéraux qui présentent de nombreux bienfaits pour la santé. Découvrez pourquoi il faut les mettre au menu !

    Protéger contre les effets néfastes du soleil

    Protéger contre les effets néfastes du soleil

    Les caroténoïdes, un ensemble de nutriments antioxydants dont l'effet protecteur face aux radicaux libres est important, sont responsables du pigment jaune-orange de certains fruits et légumes. Parmi les 700 variétés de caroténoïdes qui ont été identifiées par les chercheurs scientifiques, le bêta-carotène est l’un des composés qu’on retrouve le plus couramment dans l’alimentation et qui présente le plus de bienfaits notables sur la santé. Le bêta-carotène est notamment reconnu pour favoriser la lutte contre les dommages causés par les rayons ultra-violets du soleil. Son pouvoir antioxydant permettrait de limiter l’impact des radicaux libres sur la peau et favoriserait sa régénérescence. Une étude allemande a d’ailleurs démontré que l’application d’une crème solaire jumelée à un apport quotidien de 30 mg de bêta-carotène offrait une meilleure protection que l’utilisation de la crème seulement1. Le lycopène, qui fait également partie de la famille des caroténoïdes, se retrouve, entre autres, dans le pamplemousse. Il aurait des effets préventifs sur l’érythème, une réaction au soleil qui provoque l’apparition de plaques rouges sur la peau.

    Lirre la suite : http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=fruits-legumes-orange-bienfaits-prevenir-certaines-causes-de-mortalite-

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Les personnes atteintes de diabète sont plus touchées que les non diabétiques par les troubles psychologiques comme la dépression, l'angoisse ou la fatigue nerveuse. Des sentiments qui peuvent aller de la simple baisse de moral passagère sans gravité à la dépression plus lourde.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Si l'on peut concilier diabète et grossesse, la grossesse diabétique reste à risque. La transmission du diabète de la mère à l’enfant (hérédité) est possible, et le déséquilibre glycémique est dangereux pour le fœtus. Un suivi médical (glycémie, alimentation, traitement) à chaque étape (conception, accouchement, allaitement) est nécessaire pour une grossesse sans encombre.

    Voir la suite sur : http://www.afd.asso.fr/diabete-et/femmes/grossesse

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Diabète : vivre comme tout le monde

    Le diabète touche aujourd’hui plus de 2 millions de personnes en France. Une maladie de plus en plus répandue, une maladie dont les complications peuvent être irréversibles. Pour limiter les risques de cécité, de néphropathie, d’amputation, les troubles cardiaques, une seule solution : un suivi assidu du traitement. Pour y parvenir certaines personnes insulino-dépendantes ont fait le choix de la pompe à insuline. Zoom sur ce dispositif méconnu qui permet d’oublier sa maladie au quotidien.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Education et prévention du diabète est le thème de la Journée Mondiale du Diabète pour la période 2009-2013. La campagne invite tous les responsables des soins du diabète à comprendre le diabète et prendre le contrôle. Pour les personnes atteintes de diabète, il s'agit d'un message d'émancipation par l'éducation. Pour les gouvernements, il est un appel à la mise en œuvre des stratégies et des politiques efficaces pour la prévention et le traitement du diabète de préserver la santé de leurs citoyens et à risque de diabète. Pour les professionnels de la santé, c'est un appel à améliorer les connaissances afin que les recommandations fondées sur des preuves soient mises en pratique. Pour le grand public, c'est un appel à comprendre les conséquences graves du diabète et, lorsque possible, la façon d'éviter ou de retarder le diabète et ses complications. Les messages clés de la campagne sont:

    Objectifs de la campagne

    Les objectifs de la campagne 2009-2013 ont été informés par le travail de la Section consultative de la Fédération de l'éducation et de son Groupe de travail sur l'épidémiologie et la prévention. Les objectifs ont été en outre informé par le Plan d'action 2008-2013 de l'Organisation mondiale de la Santé pour la Stratégie mondiale pour la prévention et le contrôle des maladies non transmissibles .

    Les objectifs de la campagne sont les suivants:

    • Encourager les gouvernements à mettre en œuvre et renforcer les politiques de prévention et de contrôle du diabète et de ses complications.
    • Diffuser les outils pour soutenir les initiatives nationales et locales pour la prévention et le traitement du diabète et de ses complications.
    • Illustrer l'importance de l'éducation fondée sur les preuves dans la prévention et le traitement du diabète et de ses complications.
    • Sensibiliser le public aux signes précurseurs du diabète et de promouvoir des mesures pour encourager le diagnostic précoce.
    • Sensibiliser et promouvoir des mesures pour réduire les principaux facteurs de risque modifiables pour le diabète de type 2.
    • Sensibiliser et promouvoir des mesures pour prévenir ou retarder les complications du diabète.

    En 2012, la campagne de la Journée Mondiale du Diabète reliera le besoin urgent d'agir pour la protection de la santé des générations futures. Un accent particulier sera mis sur soulignant l'importance de l'éducation - pour les professionnels de santé, les personnes atteintes de diabète et les personnes à risque - pour réduire l'impact du diabète dans le monde entier.

    Le slogan de la campagne 2013 est le diabète: Protéger notre avenir.

     

    http://www.idf.org/worlddiabetesday/2009-2013

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • French Paradox et vitamines : le cocktail anti-Alzheimer

    Notre alimentation peut-elle prévenir l’apparition de la maladie d’Alzheimer ? Différentes études ont évoqué cette possibilité. Doctissimo revient sur deux d’entre elles. Les aliments riches en vitamines C et E ainsi que la consommation modérée d’alcool auraient des effets bénéfiques.

    Parce que les maladies vasculaires sont associées à des formes de déclin mental et de démence, les auteurs ont voulu savoir si l’alcool pouvait avoir un impact sur le risque de démence.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le chrome, un oligo-élément essentiel

    Le chrome est un oligo-élément qui gagne à être connu ! En effet ses nombreuses propriétés sont bénéfiques sur notre corps. Quelle est son action ? Où le trouver et comment bien l’utiliser ? Doctissimo répond à vos questions.

    Le chrome reste pour vous un oligoélément mystérieux. A peine savez-vous qu’il se cache dans les pommes de terre. Ce qu’il faut savoir pour éviter les carences.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • N°107 - Octobre 2011 - Retour au sommaire

    Aux couleurs de l'été indien (air connu)

    Après un été sous la pluie, le soleil est revenu en septembre. Quel impact peut-il avoir sur notre santé? Et qu'est-ce que la vitamine D? Le Pr Jean-Pierre Devogelaer du Service de rhumatologie répond à nos questions.

    Un été si peu lumineux peut-il avoir des conséquences sur notre santé?

    Oui, la conséquence principale de ce manque d'ensoleillement est un risque accru de carence en vitamine D.

    A quoi sert la vitamine D?

    Elle aide à la bonne absorption du calcium au niveau intestinal et, d'une manière générale, on peut affirmer que c'est la vitamine D qui maintient un taux suffisant de calcium dans le corps, contribuant à consolider les os. Sans un apport suffisant de calcium, le squelette se fragilise. Mais la vitamine D a bien d'autres effets pour l'organisme et interfère sur la contraction des muscles, la conduction neuromusculaire, divers enzymes digestifs, etc.

    Où la trouve-t-on?

    On en trouve dans l'alimentation (les poissons gras comme le saumon, la morue, les jaunes d'oeufs, etc.) mais de manière insuffisante. C'est surtout l'exposition au soleil qui fournit à l'organisme la vitamine D dont il a besoin.

    Comment se déroule le processus: du soleil à la vitamine D?

    C'est un processus complexe. Certains rayons ultraviolets irradient notre peau et cette irradiation va transformer des éléments déjà présents dans notre derme en pré-vitamines D qui prendront une forme transportée dans le foie et une forme active dans les reins.

    Quelles sont les conséquences d'une carence en vitamine D?

    Un déficit entraîne bien sûr une fragilisation des os mais également des douleurs musculaires, des réflexes modifiés et des fatigues d'ordre neuromusculaire. Pour ces dernières, on peut considérer cela comme le premier degré d'une myopathie, c'est-à-dire une maladie rare entraînant une faiblesse musculaire.

    Quelles sont les personnes les plus touchées?

    Jadis, les cas de rachitisme étaient fréquents chez l'enfant. Cette sévère déperdition en vitamine D entraîne plusieurs complications: squelette fragile, problème de croissance, déformation, etc. De nos jours, on relève très peu de cas de rachitisme. 
    En ce qui concerne les adultes, on parle d'ostéomalacie. Le patient perd des forces et a mal aux os. Mais cette pathologie est rare. Pour la plupart des gens, les conséquences d'un déficit ne se remarquent pas de manière spectaculaire à court terme. C'est sur le long terme que les conséquences se feront sentir. 
    Le groupe des personnes âgées est le plus touché car elles ont déjà des os fragilisés. Elles sont aussi plus susceptibles de faire des chutes et par voie de conséquence les risques de fractures et de tassements sont augmentés.

    Peut-on envisager un traitement?

    Dans les pays anglo-saxons, l'alimentation peut être un traitement en soi en suivant un régime comprenant des aliments à forte concentration de vitamines D ajoutées. Cette pratique n'est pas encore véritablement rentrée dans les moeurs dans notre pays. Le principal remède consiste en une cure de vitamine D, en cachets ou en ampoules buvables.

    Avez-vous des conseils pour soigner son taux de vitamine D?

    Oui, se promener 45 minutes au grand air, deux à trois fois par semaine, permet au corps de fabriquer les vitamines D nécessaires. Si trop de soleil peut nuire à la santé (mélanome par exemple), une exposition raisonnable est primordiale pour notre organisme. Il ne s'agit nullement de se laisser rôtir sur une plage. Exposer son visage et un peu ses bras suffit amplement. De même, les sorties sont synonymes d'activités physiques, ce qui ne peut être que bénéfique.

    Que faire quand le soleil fait défaut, comme lors de l'été qui vient de s'achever?

    Dans ce cas, il convient de faire une cure de vitamine D: prendre tous les mois une ampoule contenant une quantité suffisante de vitamine D. 
    Outre la météo, il faut tenir compte d'autres facteurs. Vivre en ville a une incidence car les phénomènes de "smog" influent sur la quantité de vitamine D fabriquée par l'organisme. Des facteurs culturels interviennent aussi: dans certaines régions du sud, les gens s'exposent moins au soleil.

    Sylvain Bayet

    http://www.saintluc.be/actualites/newsletters/107/vitamine-d.php

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Douleur des membres et des extrémités

    1. Classification des douleurs organiques
    2. Interrogatoire
    3. Examen physique
    4. Étiologie

    Objectifs pédagogiques

    Nationaux

    • Argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents.

    CEN

    Connaissances requises

    • Décrire les caractéristiques cliniques d’une douleur aiguë ou chronique due à :
      • une souffrance médullaire ;
      • une radiculalgie, une plexopathie, une souffrance, une atteinte tronculaire, une polyneuropathie ;
      • une pathologie musculaire ;
      • une ischémie artérielle, une phlébite, un acrosyndrome vasculaire (Raynaud, etc.) ;
      • une algodystrophie, un traumatisme ostéoarticulaire ou périarticulaire ;
      • une psychalgie.
      • Objectifs pratiques

        • Chez des patients réels ou simulés souffrant d’une douleur d’un membre :
          • conduire l’interrogatoire et l’examen clinique ;
          • orienter le diagnostic sur les données cliniques et le confirmer par des examens complémentaires hiérarchisés.

        La douleur d’un membre est un motif fréquent de consultation, elle s’intègre le plus souvent dans le cadre d’une douleur « symptôme » qui informe d’un état pathologique et constitue un signal d’alarme. La détermination de l’origine des douleurs repose avant tout sur l’interrogatoire et l’examen physique.

      • http://www.cen-neurologie.fr/2eme-cycle/Orientation%20diagnostique%20devant/Douleurs%20des%20membres%20et%20des%20extr%C3%A9mit%C3%A9s/article.phtml?id=280

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire