• Par ici la bonne soupe !

    La soupe redevient un mets de choix aujourd’hui. Pour ses qualités revigorantes, elle est très appréciée bien sûr en cette période de froid. Mais elle l’est aussi pour ses vertus santé, puisqu’elle peut nous aider à atteindre un meilleur équilibre nutritionnel et à ne pas grossir. Autant de bonnes raisons de l’inscrire à nos menus… A vos cuillères !

    En plus d’être bonne, la soupe possède de nombreuses vertus…

    Elle réconforte et réhydrate

    Les vertus de la soupeUne bonne soupe bien chaude, c'est requinquant lorsqu'il fait froid : elle fait du bien, elle réchauffe, et on la savoure avec plaisir. En période de canicule aussi, on consomme volontiers un potage mais bien froid, voire glacé, qui va à la fois nous rafraîchir et nous désaltérer. Car la soupe apporte un volume appréciable d’eau. Et c'est aussi important en été qu'en hiver : nous ne buvons pas toujours suffisamment, et le potage contribue à satisfaire nos besoins hydriques.

    Notre Conseil :

    Salez peu votre soupe : vous évitez ainsi tout excès de sodium et vous augmentez le rapport potassium/sodium, ce qui favorise les mouvements de l'eau dans l'organisme et l'élimination urinaire des déchets et toxines.         

    Elle fait manger plus de légumes

    C'est sans doute son intérêt majeur aujourd'hui. En servant régulièrement de la soupe de légumes, on bénéficie des apports de ces aliments si précieux pour l'équilibre nutritionnel. Ils fournissent en effet beaucoup de minéraux et de vitamines, des fibres et différents phytonutriments protecteurs (indoles, composés phénoliques ou soufrés...) qui améliorent la capacité de l'organisme à résister aux agressions de toutes sortes. La bonne quantité à prévoir pour une portion de soupe : au moins 150 g de légumes par personne.            

    Notre conseil :

    Pour préserver au mieux la qualité nutritionnelle de la soupe, choisissez des légumes aussi frais que possible, ne les faites pas tremper, et cuisez-les juste le temps nécessaire, de préférence en marmite à pression. Et pour vous simplifier la vie, vous pouvez préparer une "soupe facile".

    Nos astuces "soupe facile"

    • Utilisez des légumes surgelés "nature", de même valeur nutritive que les légumes frais. Très pratiques aussi, les soupes de légumes surgelées "nature", que vous pouvez accommoder comme vous voulez ;
    • Râpez les légumes frais (carottes, navets) ou coupez-les en fins tronçons (poireaux...) : ils cuiront en quelques instants seulement ;
    • Préparez un velouté de champignons ou de petits pois à partir de légumes en conserve chauffés, mixés, puis éventuellement passés ;
    • Pour un velouté au potiron, cuisez le potiron à la vapeur, et mixez-le dans du lait chaud ;
    • Une soupe "express", râpez une courgette, ajoutez une échalote hachée et faites cuire le tout quelques minutes dans de la pulpe de tomate
    • Elle aide à ne pas grossir

      La soupe est bonne pour la ligne. C’est l’un des enseignements de la grande enquête SU.VI.MAX, qui montre que les personnes consommant régulièrement de la soupe ont unindice de masse corporelle moins élevé que ceux qui n’en prennent pas. Pour autant, n'en concluons pas que la soupe fait maigrir ! Mais prise en début de repas, elle permet de limiter la quantité d’aliments que l’on va manger ensuite : après une bonne soupe, on est déjà rassasié. Et comme sa densité énergétique est faible (en général entre 30 et 50 Kcal aux 100 g, soit moins de 100 Kcal par portion), c’est un plat intéressant quand on fait attention à sa ligne et qu’on cherche à limiter son apport calorique global.        

      Notre Conseil :

      Pour une meilleure satiété, une soupe avec de petits morceaux (qui reste un peu plus longtemps dans l’estomac) est plus efficace qu'une soupe mixée. Et pour préserver sa "discrétion" calorique, découvrez nos astuces "soupe minceur".

      Nos astuces "soupe minceur"

      • Dans votre potage aux légumes, remplacez la pomme de terre par une courgette ;
      • Liez les veloutés avec un peu de maïzena ou de fécule ;
      • N'ajoutez pas de matière grasse ou de fromage râpé, mais juste un peu de lait ou du fromage fondu allégé ;
      • Pour rehausser la saveur, ajoutez (avec parcimonie !) sel de céleri, coriandre, muscade, curry...
      • Pour augmenter la valeur nutritionnelle de votre soupe, n'hésitez pas à la saupoudrer de levure ou de germes de blé.
       

      Anne Laurent
      Mis à jour le 7 décembre 2011

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • idf_logo_hp.gif Pleins feux sur les activités

    Inline Image

    La Journée mondiale du diabète est vraiment un mouvement populaire, où des millions de personnes participent aux activités pour sensibiliser le public du monde entier. Voici certaines des activités qui se dérouleront en novembre :

    • À Ankara, en Turquie, la Fondation turque du diabète organise le troisième Parlement du diabète dans la grande Assemblée nationale sous l'égide de la présidence de la République turque. L'événement réunira des personnes atteintes de diabète, des fournisseurs de soins de santé, des membres du Parlement, des représentants du ministère de la santé et autres secteurs de la société pour discuter des problèmes posés par le diabète dans le pays. Le 14 novembre, les membres de l'association traverseront  le pont du Bosphore et 1922 ballons bleus- année où l'insuline a été découverte – seront lâchés dans le ciel.
    • À Cincinnati, Ohio, États-Unis trois États membres de la Fondation de recherche de diabète juvénile (JDRF) formeront un cercle humain à la Place de la Fontaine avec des ballons illuminés en bleu pour honorer les personnes atteintes de diabète qui sont une source d'inspiration dans la communauté. Des données sur le diabète seront aussi affichées sur un tableau et les entreprises locales seront éclairées en bleu.
    • À Nassau, aux Bahamas, les enfants atteints de diabète de l'île ont conçu une peinture en collaboration avec un artiste local renommé. La peinture murale, qui apparaîtra dans la ville, appelée 'Je peux' aura pour intention de transmettre un message positif pour que les personnes atteintes de diabète sachent qu’elles peuvent vivre une vie remplie et en santé.
    • À Oradea, en Roumanie, la société roumaine du diabète, de nutrition et des maladies métaboliques organisera la 3e édition de la campagne nationale « Contrôlez votre diabète » du 10 au 14 novembre. La campagne proposera des essais gratuits de mesure de taux de glucose dans le sang dans une tente plantée dans un espace public et aussi un symposium médical pour les médecins. Des vidéos éducatives pour les jeunes seront également projetées dans les écoles locales. Des bus locaux afficheront le message de la campagne : « Contrôlez votre diabète - l'éducation c’est la prévention et contrôle ».
    • À Porto Rico, l’association portoricaine du diabète et la société portoricaine d'endocrinologie et diabétologie participeront à l’émission de télévision « TV Morning News Show » sur la chaine Univision le 14 novembre. Ils répondront aux appels des téléspectateurs et offriront des renseignements sur la prévention et le contrôle du diabète. Ils participeront également à d'autres programmes de télévision et de radio afin de sensibiliser le public.
    • En Afrique du Sud, un groupe de 16 coureurs cyclistes iront de Johannesburg à George (1200km) en 48 heures sans s’arrêter  pour sensibiliser le public au le diabète et à l'importance de contrôler correctement son diabète.
    • Au Royaume Uni, Diabetes UK lancera sa campagne pour les enfants et les jeunes lors de la Journée mondiale du diabète. La campagne portera sur les principales questions auxquelles les enfants et les jeunes ainsi que leurs familles font face tous les jours. La première phase de la campagne mettra l'accent sur la sensibilisation aux les signes et aux symptômes du diabète de type 1 - pour aider à diagnostiquer  plus d’enfants avant qu’ils ne tombent gravement malades et ne développent une acidocétose diabétique. Pour plus d'informations, visitez le site www.diabetes.org.uk (en anglais).

    Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des informations sur les activités et les événements de la Journée mondiale du diabète. Continuez à envoyer des informations en ligne ou par e-mail à wdd@idf.org.

    images1.jpg
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Voir aussi nos dossiers : Le diabète au quotidien
    Vie quotidienne du diabétique

    Comment accompagner son enfant diabétique ?

    L'annonce d'un diabète de type 1 (insulino-dépendant) chez un enfant provoque généralement un choc chez ses parents : outre les conséquences médicales de cette maladie, sa prise en charge complexe qui nécessite un traitement à vie est une source d'angoisse supplémentaire pour eux. Ces derniers devront pourtant la dépasser pour accompagner leur enfant dans sa "nouvelle vie avec un diabète".

    Click here to find out more!

    Deux ans après son lancement, la campagne de sensibilisation pour la prévention de l'acidocétose au diagnostic dudiabète de type 1n'a pas eu les effets escomptés : la fréquence globale de l'acidocétose est passée de 43,9 à 40,5 %, grâce à une baisse des formes sévères. Si la baisse est toutefois plus marquée chez les plus jeunes (-13 % chez les 0-5 ans et -15 % chez les 5-10 ans), elle est nulle chez les adolescents.

    Diabète de l'enfant : un diagnostic encore trop tardif

    Diabète enfantAvec près de 18 000 jeunes de moins de 19 ans touchés et une progression annuelle de 3,5 % (et de 7,6 % chez les enfants de 0 à 5 ans), le diabète de type 1 est une maladie en pleine expansion chez les enfants et les adolescents. D'apparition brutale, son diagnostic est encore aujourd'hui beaucoup trop tardif : dans plus de 40 % des cas, l'enfant est conduit aux urgences alors qu'il présente déjà uneacidocétose. Cettecomplication, qui peut survenir en quelques heures seulement, est particulièrement grave puisqu'elle peut conduire au décès du jeune patient. Elle correspond à l'accumulation de corps cétoniques dans le sang, résultant elle-même d'une hyperglycémie supérieure à 2,5 g/l.
    Avant d'en arriver là, l'enfant manifeste plusieurssignes caractéristiques du diabètemais encore trop peu de parents établissent un lien avec cette maladie :

    • l'enfant a toujours soif (on parle de "polydipsie", un symptôme constaté a posteriori par 97 % des familles),
    • il urine très fréquemment et en grande quantité (on parle de "polyurie", également retrouvée a posteriori chez 97 % des patients),
    • il se remet à faire "pipi au lit" alors que ça lui était passé (l'énurésie a été constatée par 35 % des parents),
    • si l'hyperglycémie se prolonge, l'enfant peut souffrir de nausées, de douleurs abdominales ou être pris de vomissements. En cas d'acidocétose avérée, il présente un état de fatigue extrême, il perd du poids, il peut même avoir des troubles de la conscience.

    Un retard dans la prise en charge du diabète de l'enfant

    "Plusieurs études ont montré que les examens au laboratoire retardent la prise en charge et sont des facteurs prédictifs  d'une acidocétose inaugurale, alors que le diagnostic a été évoqué et qu'il suffit de mesurer la glycémie capillaire ou de rechercher la glycosurie avec une bandelette pour diriger immédiatement l'enfant vers une urgence hospitalière", déplore le Dr Carine Choleau, chargée de missions scientifiques à l'association Aide aux Jeunes diabétiques (AJD).

    Force est de constater que les professionnels de santé ne mesurent pas suffisamment le degré d'urgence face à unenfant diabétique. Elle est pourtant bien réelle, insiste le Dr Marc de Kerdanet, praticien hospitalier au CHU de Rennes (unité fonctionnelle d'endocrinologie et diabétologie pédiatrique), car l'enfant, contrairement à l'adulte, ne dispose pas de réserves lui permettant d'économiser de l'énergie et son mécanisme de régulation est, de ce fait, bien plus limité. Il est, par conséquent, beaucoup plus vulnérable aux effets d'une hypoglycémie. Autre élément à prendre en compte : les infections à répétition dont il est victime jusqu'à l'âge de 6-7 ans. Bien que banales, "ces maladies (rhumes, gastroentérites, bronchites) vont rendre plus difficile le contrôle du diabète déséquilibré par le stress et la maladie en question", explique le médecin.

    Si les pédiatres semblent assez bien sensibilisés à l'évolution extrêmement rapide de l'hyperglycémie chez les enfants et les adolescents, ce n'est pas le cas des médecins généralistes. En effet, deux ans après son lancement par l'association AJD en novembre 2010, la campagne de sensibilisation pour la prévention de l'acidocétose au diagnostic de diabète de type 1 n'a pas eu l'impact espéré auprès de ces praticiens contrairement à ce qui a été observé chez les pédiatres. "La baisse relative de la fréquence de l'acidocétose a été de 34 % chez les patients adressés à l'hôpital par un pédiatre et 7 % chez ceux venus à l'initiative de la famille, alors qu'aucun changement n'a été observé chez ceux qui ont été adressés par un médecin généraliste".

    Diabète de l'enfant : une prise en charge multidisciplinaire

    Devant un diagnostic avéré, l'administration d'insuline, en sous-cutanée ou par voie intraveineuse selon la gravité des symptômes, est immédiate afin que le jeune patient recouvre rapidement des paramètres biologiques stables. Par la suite, il devra être hospitalisé environ une semaine et pris en charge par une équipe pluridisciplinaire, qui lui expliquera l'étiologie (cause et origine) et la physiopathologie de sa maladie, lui apprendra les gestes techniques, l'équilibre alimentaire, et, in fine, le préparera à sa "nouvelle vie avec un diabète" en dehors de l'hôpital. L'enfant devra revenir tous les trois mois et faire un bilan approfondi une fois par an.


    En dehors de ces périodes "encadrées" au sein de l'hôpital, il est indispensable que la famille prenne le relai. Non seulement pour aider l'enfant à gérer son traitement, mais aussi et surtout pour lui faire accepter sa maladie, ses contraintes, tout en veillant à conserver leur rôle de parents. "Il faut rappeler aux parents qu'il est de leur responsabilité de continuer à gérer la vie sociale de leur enfant, de même que l'éducation", prévient le Dr De Kerdanet. Un rôle que les parents ont tendance à oublier au profit de celui de soignant, lorsque le statut de malade prend le dessus sur celui d'enfant. Un écueil fréquent, qui amène le médecin à conseiller : "Il faut arrêter de dire que l'enfant qui a un diabète est un enfant diabétique. On ne peut pas réduire et définir l'enfant à sa maladie".

    De son côté, l'équipe médicale doit aider l'enfant à comprendre sa maladie, à s'y adapter et à s'émanciper de ses parents pour devenir le collaborateur de son médecin. Une telle relation entre le petit patient et son médecin est bien évidemment d'autant plus simple que l'enfant est en âge de comprendre sa maladie et ses implications, mais elle doit être visée même chez les petits tout en prenant compte des inquiétudes des parents, estime le Dr De Kerdanet. "Le rôle du médecin est d'accompagner l'enfant mais aussi ses parents dans cette période conduisant progressivement vers l'autonomie". Initiée par l'équipe médicale et poursuivie par les parents, la pédagogie est au cœur de la bonne prise en charge du diabète chez un enfant. Celui-ci doit "comprendre le fonctionnement de son corps et la façon de se soigner proposée par les soignants" pour accepter les contraintes du traitement.

    Les idées reçues à combattre dans le diabète de l'enfant

    - Le diabète de type 1 n'estpas lié à une consommation excessive de sucre et de bonbons, ni à un éventuel surpoids. Il est dû au fait que le glucose est "mal rangé" dans le corps, non au fait qu'il y en ait trop, insiste le Dr De Kernadet.

    - Un enfant souffrant d'un diabète insulino-dépendantne doit pas être privé de sucre. En revanche, il doit procéder à quelques aménagements dans son alimentation : il doit s'assurer notamment qu'il consomme un féculent à chaque repas et veiller à remplacer un dessert sucré par un laitage ou un fruit. Pour autant, pas question de le priver de gâteau d'anniversaire ! À cette occasion, la consommation de bonbons devra être limitée mais pas interdite. Les jus et sodas, en revanche, n'ont pas vraiment leur place dans l'alimentation du jeune malade qui doit privilégier l'eau.

    -Presquetous les sports peuvent être pratiqués.

    Amélie Pelletier, octobre 2012

    Source :

    "Diabète de l'enfant : importance d'une prise en charge adaptée et d'un diagnostic précoce" - Dossier de presse remis à l'occasion d'une conférence de presse organisée le 23 octobre 2012 par la laboratoire LifeScan, en présence de Dr Marc de Kerdanet, praticien hospitalier, Unité fonctionnelle d'Endocrinologie et Diabétologie Pédiatrique, CHU de Rennes, et Dr Carine Choleau, chargée des missions scientifiques à l'AJD.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Cette vidéo est en anglais mais il n'est pas nécessaire de traduire les images parlent d'elles même..... 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Maladie de Dupuytren

    Click here to find out more!

    Qu'est-ce que c'est ?

    C'est une fibrose rétractile irréductible de l'aponévrose palmaire de la main avec rétraction et flexion des doigts, perception de nodules durs et épaississement de l'aponévrose palmaire moyenne.

    L'affection est souvent bilatérale.

    Causes et facteurs de risque

    Une prédisposition héréditaire est souvent retrouvée.

    La cause de la maladie est inconnue mais certaines maladies sont souvent associées :

    • Microtraumatismes professionnels (menuisiers, pelletiers, rameurs, tonneliers...) ;
    • Certaines affections nerveuses : zona, syringomyélie, compressions médullaires, épilepsie, maladie de Parkinson...
    • Diabète ;
    • Alcoolisme ;
    • Syndrome épaule-main (algodystrophie)...

    Les signes de la maladie

    Le début est insidieux. Il se fait par l'apparition dans la paume de la main d'un ou plusieurs nodules siégeant à la base du 4° ou 5° doigt. Le nodule est ferme, adhérent à la peau et aux plans profonds.

    En grandissant, les nodules s'allongent et forment des cordes longitudinales. Peu à peu apparaît une flexion irréductible des doigts intéressant les deux premières phalanges. Le pouce n'est pas touché. Dans les formes graves, la main peut se fermer complètement.

    Il n'y a pas d'autre symptôme; en particulier il n'y a pas de douleur.

    Evolution de la maladie

    Il y a quatre stades évolutifs :

    • Stade I : nodules palmaires sans rétraction des doigts ;
    • Stade II : début de flexion jusqu'à 90° ;
    • Stade III : flexion de plus de 90° ;
    • Stade IV : hyperextension de la 3° phalange sur la 2°, elle-même complètement repliée sur la 1°.

    La maladie peut être associée à une maladie de Ledderhose (fibromatose de l'aponévrose plantaire se traduisant par des nodules douloureux à la marche sans rétraction des orteils) et à une maladie de La Peyronie des corps caverneux (L'induration plastique des corps caverneux se traduit par l'apparition de nodules fibreux dans les enveloppes des corps caverneux, gênant et déformant l'érection.)

    La coexistence des trois affections évoque un diabète.

    Traitement

    Il repose sur les infiltrations sous-aponévrotiques de dérivés cortisonés. L'auto-rééducation est effectuée sous l'eau chaude.

    Des actes spécialisés de chirurgie peuvent être réalisés si nécessaire.

    http://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/sa_820_en.htm

     

    PS : BON RETABLISSEMENT DAN

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Diabetes UK Nouveau record du monde

    12 Juin 2012

     

    C'est officiel: le diabète au Royaume-Uni sont titulaires Guinness World Record.

    Le lundi 11 Juin, nous avons établi le record pour le plus de mesures du tour de taille prises en huit heures - un "officiellement incroyable" réussite.

    Armés de rubans à mesurer, Diabetes UK personnel et les bénévoles descendu sur Southbank de Londres avec un seul objectif en vue - de mesurer que ceinture de beaucoup de gens que possible.Malgré le temps désagréable ils ont réussi, mesurant un total de 556 tour de taille tout au long de la journée.

    Mode de vie sain Roadshow

    Certificat de Guinness World RecordLe record a marqué le début de la Semaine du diabète, et le lancement de la santé Roadshow Lifestyle financé grâce à un partenariat avec Bupa.

    Au cours des six prochains mois, la tournée visitera plus de 50 villes à travers l'Angleterre, l'Ecosse, Pays de Galles et d'Irlande du Nord, la sensibilisation aux facteurs de risque de diabète de type 2.

    Diabetes UK chef de la direction, Barbara Young, qui a commencé la tentative de record avec Lee Latchford-Evans, de Steps, a déclaré: "Votre tour de taille est l'un des principaux facteurs de risque associés à diabète de type 2. C'est génial d'être en mesure d'établir un record du monde ce qui met en évidence - et nous appelons les détenteurs officiels Guinness World Record ".

    S'impliquer

    Pour en savoir plus sur ce qui se passe pour la Semaine du diabète 2012 .

    Est le mode de vie sain Roadshow visiter votre région?

    Vous pouvez savoir si vous pourriez être à risque élevé de diabète de type 2 à l'aide de notre test du score de risque du diabète .

    Roadshow lancement photos

    S'il vous plaît voir ci-dessous pour un diaporama de photos de notre tentative de Record Guiness succès mondial, qui s'est tenue lors de la première britannique du diabète et Bupa mode de vie sain roadshow.

     

    Toutes ces images et plus peuvent être consultés sur la page Diabetes UK Flickr .

    www.diabetes.org.uk/
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Bonjour à tous,

    J'espère que vous allez bien!!

    Comme beaucoup d'entre vous le savent déjà, notre fille Sophie est atteinte de diabète de type 1 .

    Dominique, mon mari, et moi, sommes actifs dans l'association des 3D, "Diabète-Défi-Dialogue", association des parents d'enfants et de jeunes diabétiques des  Cliniques Universitaires Saint Luc de WSL et de Mont- Godinne.

    Cette association organise, en moyenne, deux activités par an, une conférence en novembre et une journée plus ludique en mai.

        Les "rencontres-conférences" ont pour but de permettre à chacun d'écouter un ou plusieurs experts en matière de diabétologie, de se retrouver entre parents, d'échanger trucs et ficelles, tout en rencontrant de manière conviviale le personnel soignant, médecins, infirmiers,diététiciens, psychologues,...

        “Les journée plutôt ludiques" ont pour but de permettre aux parents de se rencontrer tout en passant un moment agréable de manière conviviale afin, si ils le désirent, d’échanger leurs vécus et expériences.

    Nous désirons que ces activités soient accessibles à tous et ne dépassent pas 5€ par personne et 10 € par famille pour la soirée et 5€ par personne ou 25€ par famille pour la journée plutôt ludique.


    Ce n'est pas toujours facile d'organiser cela sans moyens financier, c'est pourquoi, cette année, nous organisons le 14 novembre, lors de la Journée Mondiale du Diabète, une marche ou course parrainée.

    Si le cœur vous en dit, venez nombreux marcher avec nous dans
                                  <wbr>                      le Bois de Lauzelle d' Ottignies Louvain-La-Neuve 
                                  <wbr>
                                  le 14 novembre de 14h à 17h.
                                  <wbr>                              <wbr>                au
                                  <wbr>                          Parking de l'hôtel Ibis Styles,
                                  <wbr>                  61, boulevard de Lauzelle, 1348 Louvain-La-Neuve.

    Vous pouvez également vous faire parrainer pour cette marche ou la parrainer vous même.
    Le parrainage peut se faire le jour même ou en versant un montant sur le compte de l'ABD, BE11 7320 1177 5548 tout en mentionnant en communication « Marche parrainée 3D », une attestation fiscale sera délivrée par l'ABD pour les dons à partir de 40,00 Euros sur une année.

    Comme dirait Sophie:
                                  <wbr>                        "Venez marcher, c'est bon pour la santé
                                  <wbr>                      Ou parrainez le groupe des 3D"

    Je joins à ce mail l'affiche de notre marche, ...à diffuser comme bon vous semble!!


    Nous organisons également une soirée le 23 novembre, je joins également l'affiche, peut-être que cela intéresse certains d'entre vous,

    Merci beaucoup de votre intérêt à ce mail et pour tout ceux qui organise quelque chose le 14 novembre: que tout se passe pour le mieux pour vous!!

    Bien à vous et très belle journée,

    Véronique Baecke-Cappart
    0476/48.47.22.
    Association des Parents de Jeunes Diabétiques Soignes à l ' UCL - 3D " Diabète - <wbr style="font-size: small; line-height: 16px;">Défi-dialogue ». Contact: Véronique Baecke-Cappart au 0476/48 47 22 ...
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le Mois de la sensibilisation au diabète a commencé

    Inline Image

    Dans de nombreux pays du monde, le 1er novembre marque le début d’une série d’activités s’étalant sur tout le mois en vue d’améliorer la sensibilisation au diabète et d’en appeler à des mesures urgentes pour contrer l’épidémie. Voici quelques éléments qui justifient la nécessité de prendre des mesures urgentes pour protéger notre avenir :

    • 366 millions de personnes vivent aujourd’hui avec le diabète. Ce chiffre devrait dépasser les 550 millions d’ici 2030.
    • Le diabète est la cause de 4,6 millions de décès par an, ce qui représente la perte d’une personne toutes les 7 secondes.
    • Le diabète figure parmi les 10 principales causes de handicap et donne lieu à des complications mortelles telles que les maladies cardiaques, l'amputation des membres inférieurs et la cécité.
    • 50 % des personnes atteintes de diabète ne sont pas diagnostiquées.
    • 80 % des personnes atteintes de diabète vivent dans des pays à faibles et moyens revenus.

    Visionnez tous nos messages de campagne que nous vous invitons à diffuser lors de vos activités de sensibilisation durant les jours et semaines à venir. Ensemble, nous pouvons faire la différence !

    HAUT DE PAGE

    Tous en bleu pour le diabète

    Inline Image

    Le monde a commencé à se parer de bleu pour le diabète ! Voici quelques idées pour marquer votre soutien :

    • Illuminer un monument de bleu : l’Autriche, le Bhoutan et la Nouvelle-Zélande sont les derniers pays à avoir confirmé leur participation à la Campagne d’illumination de cette année. Consultez la liste mise à jour des illuminations confirmées et continuez de confirmer votre participation en ligne ou par e-mail à l’adressewdd@idf.org. Si un de vos monuments nationaux participe déjà à l’action, photographiez-le etajoutez-le à notre album Flickr.
    • Organiser une flash mob : les villes indiennes de Davangere et Hyderabad, ainsi que Loreto, au Pérou, sont les dernières inscrites pour le défi Flash Mob pour le diabète, qui aura lieu au cours de la JMD. Consultez notre site internet pour découvrir ce dont il s’agit et visionnez notre vidéo afin de bénéficier de nos conseils sur la manière de vous mettre en scène pour promouvoir la cause du diabète près de chez vous.
    • Mettre un pin’s sur une personnalité : demandez à une personnalité ou une célébrité de votre région d‘arborer le pin’s du cercle bleu ! Notre galerie en ligne compte près de 300 personnalités épinglées. Continuez à nous envoyer vos photos !
    • Effectuer le Big Blue Test: contribuez à la distribution de fournitures indispensables à la survie des personnes atteintes de diabète en pratiquant 14 à 20 minutes d’exercice au mois de novembre. Découvrez comment procéder sur le site http://bigbluetest.org (uniquement disponible en anglais).
    • Former un cercle bleu humain : donnez rendez-vous à vos amis, parents et collègues pour promouvoir le symbole mondial de la lutte contre le diabète.Regardez quelques exemples pour y puiser l'inspiration.
    • Participer aux Vendredis bleus : n’oubliez pas de porter du bleu pour la cause du diabète chaque vendredi de novembre, et tout particulièrement lors de la Journée mondiale du diabète !

    HAUT DE PAGE

    Tour d’horizon mondial des activités

    Inline Image

    À tout juste 10 jours du 14 novembre, nous vous présentons d’autres temps forts que nous vivrons partout dans le monde :

    • En Albanie, l’association nationale du diabète organise plusieurs activités tout au long du mois de novembre. Elles comprennent une série de débats et programmes télévisés sur les chaînes locales et nationales, le lancement de programmes de formation pour infirmières et pharmaciens, une exposition consacrée au diabète accueillant des nutritionnistes et des chefs de restaurants réputés, qui donneront des conseils pour une alimentation saine et prépareront des recettes pour les participants, ainsi qu’une conférence de presse avec des jeunes atteints de diabète et des membres de l’association. Le 17 novembre, la Conférence nationale « Diabète 2012 » sera organisée à Tirana en collaboration avec le ministère de la Santé et l’autorité régionale en charge des affaires sanitaires.
    • À la Barbade, le principal événement organisé par l’association nationale du diabète dans le cadre de la JMD et du Mois de la sensibilisation sera l’exposition Village mondial du diabète, un événement de deux jours qui vise à informer le grand public, les personnes atteintes de diabète et les professionnels de la santé au sujet de cette affection. Le planning varié de l’événement comprend une zone réservée à un salon professionnel, un programme de remise en forme hétérogène, un marché de produits de la ferme, un concours de plats sains, un symposium médical et un forum permettant aux personnes de s'exprimer. Les autres activités prévues par l’association comprennent un Circuit du cercle bleu autour de l’île, au cours duquel des pin's du cercle bleu seront offerts aux directeurs d'écoles primaires et secondaires, et un Concert de la JMD, qui mettra en scène le Royal Barbados Police Force Band.
    • À Csetény, en Hongrie, l’école primaire Ármin Vámbéry fêtera la Journée mondiale du diabète le 10 novembre. Tous les élèves et professeurs pourront effectuer un test de glycémie gratuit durant la journée, et les enfants s’impliqueront dans une série d’activités en lien avec un mode de vie sain, telles que la réalisation de posters sur une alimentation saine, la préparation de salades de fruits et la participation à différentes activités de jeux, de puzzles ainsi qu’à des activités sportives. Dans le cadre de la campagne « Mettons un pin’s sur une personnalité », tous les professeurs arboreront le cercle bleu à l’école et seront rejoints par le médecin, le pharmacien, le coiffeur et l’épicier du quartier. À la fin de la journée, l’école organisera la formation d’un cercle bleu humain.
    • En Égypte, une campagne itinérante comprenant 6 événements sociaux à travers 5 gouvernorats (Le Caire, Dakahleya, Ismaïlia, Alexandrie, Minya) sera organisée à l’occasion de la Journée mondiale du diabète. Les événements en extérieur comprendront des marathons, des représentations musicales, des dons pour les enfants, des spectacles de marionnettes, des tests de glycémie et des conférences éducatives.
    • À Itabuna, au Brésil, un Salon multidisciplinaire du diabète ouvert au public sera organisé. Il comptera 20 stands et proposera des services éducatifs, mais aussi des tests de glycémie et de la pression artérielle, un atelier de nutrition, des activités physiques et une aide psychologique. Une célébration publique de la Journée mondiale du diabète aura également lieu et réunira des représentants d’associations locales et nationales, ainsi que le secrétaire de la Santé de l’État de Bahia aux côtés d’autres représentants des autorités et de la société civile. L’événement sera diffusé en direct pendant plus de 2 heures sur la chaîne de télévision Record News, qui couvre tout le nord-est du pays.
    • À Los Alamitos, en Californie, l’Original Fish Company organise un événement de collecte de fonds/sensibilisation dans son restaurant. Durant tout le mois de novembre, il arborera une bannière visible depuis la rue pour promouvoir la Journée mondiale du diabète et accrochera aux bonbons qu’il donne aux clients des étiquettes illustrant une personne atteinte de diabète de type 1 et reprenant des informations au sujet de la JMD. L'ensemble des postes de télévision du restaurant diffusera également des informations au sujet du diabète et des récits relatant ce à quoi ressemble la vie des personnes atteintes.
    • Au Yémen, l’association nationale du diabète se rendra dans plus de 14 écoles secondaires de Sanaa pour présenter aux élèves et professeurs les solutions de prévention et de gestion du diabète lors du rassemblement matinal. Au cours de ses visites, l'association formera également des groupes scolaires relatifs à la prévention du diabète et à la gestion des cas d’urgence.

    Consultez notre calendrier d’événements en ligne pour vous faire une idée des autres activités organisées au mois de novembre. Vous pouvez encore nous soumettre les informations relatives à votre événement, soit en ligne, soit par e-mail à l'adresse wdd@idf.org.

    2012 Fédération Internationale du Diabète - info@idf.org
    166 Chaussée de la Hulpe, B-1170 Bruselas, Bélgica
    tel +32-2-538 55 11 - fax +32-2-538 51 14

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Poisson cru : attention à l’anisakidose

    Nombre de poissons peuvent être infestés par des vers qu’on appelle des anisakis et qui provoquent chez l’homme l’anisakidose.

    Click here to find out more! 

    AnisakidoseAppelée également "maladie du ver du hareng", cette parasitose digestive est bien connue en Europe du Nord et au Japon, où la consommation de poissons crus ou marinés est habituelle. En France, le nombre de cas est aujourd’hui limité mais pourrait augmenter avec la mode des sushis et sashimis (restaurants japonais, traiteurs).

    La maladie se manifeste quelques heures après l’ingestion du poisson parasité. Les larves provoquent des troubles : douleurs gastriques, éventuellement nausées, vomissements ou diarrhées. Certaines personnes ne ressentent aucun effet.

    Tous les poissons sont concernés

    L’anisakis est un ver qui vit dans l’estomac de mammifères marins (dauphins, baleines…). Les oeufs des femelles sont éliminés par les matières fécales des animaux et éclosent dans l’eau. Les larves sont ensuite ingurgitées par des petits crustacés, eux-mêmes ingérés par des poissons.

    La plupart des poissons de consommation courante peuvent être touchés (hareng, maquereau, morue, thon, merlan, lieu, saumon, truite d’élevage…).

    La prévention passe par des mesures simples : le poisson doit être, soit cuit à 70°C, soit congelé pendant 24 heures à –20°C avant une consommation crue ou semi-crue.

    Françoise Pradier

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Perdre du poids après 45 ans : les 10 bonnes façons de réussir

    Toutes celles qui ont essayé le savent bien : il devient difficile de perdre après 45 ans. Au fil du temps, les rondeurs s'installent et à l'approche de la cinquantaine, les hormones s'en mêlent, ce qui n'arrange rien ! Et pourtant, sans chercher à retrouver son poids de jeune fille, il est facile avec de petits efforts quotidiens et une meilleure hygiène de vie, il est tout à fait possible de perdre du poids durablement.

    Click here to find out more!

    Voici 10 petits problèmes qui risquent de vous empêcher de perdre du poids après 45 ans, et les moyens de les vaincre.

    1) Le corps brûle moins de calories.

    Perdre du poids après 45 ansNaturellement votre corps a moins besoin de calories pour remplir ses différentes fonctions. C'est hormonal ! En plus les kilos pris comment à s'installer non plus sur les fesses mais sur le haut du corps, toujours à cause des hormones qui vont commencer à vous faire défaut. 
    La solution : diminuer l'apport énergétique quotidien de 150 à 300 kcalories. Cela représente une crème glacée ou quatre rondelles de saucisson...

    2) Une trop grande expérience de régimes

    Plus vous avez fait de régimes et plus votre corps à plus de mal à réagir. Peut-être commencez-vous à devenir insulino-résistante. Et votre pancréas ne travaille plus aussi bien !  
    La solution : oubliez les régimes hyper-protéinés et ceux qui ne feront que rendre votre organisme encore plus résistant. Modifiez  quelques habitudes en limitant le fromage et les charcuteries, en privilégiant les matières grasses végétales, et en consommant de nouveau des féculents au déjeuner (à défaut du pain). Cela vous évitera de vous jeter ensuite sur une barre chocolatée.

    3) Vous avez une attirance pour les plats mijotés

    C'est normal puisque votre goût s'est formé avec le temps et que vous avez appris à aimer les bonnes choses...
    La solution : apprenez à alléger vos classiques. Oui à la choucroute mais sans le petit-salé mais d'avantage de jambon, des saucisses de volaille plutôt que celle de Morteau avec un cassoulet... et une sole grillée plutôt que meunière !

    4) Vous avez du plaisir à boire du vin

    C'est convivial et là encore votre goût est devenu plus sûr. Le problème reste qu'un petit verre de vin c'est 70 kcalories... 
    La solution :sachez vous contenter d'un verre à table et prenez toujours de l'eau à côté pour étancher votre soif. A l'apéritif oubliez les vins cuits et cocktails...

    5) Vous ne prenez plus le temps de cuisiner

    Les enfants sont partis, et vous allez de plus en plus vers de plats prêts à réchauffer. En plus vous avez bon appétit !  
    La solution : quitte à faire vite, préparez des papillotes de poisson, déglacez les escalopes au vinaigre balsamique ou de cidre. Pour cuisiner essayez l'agar-agar une algue en poudre qui fait office de gélatine, sans calories. Et qui en plus qui cale bien ! Un miracle pour les sauces et terrines ! 

    6) Vous allez souvent au restaurant

    Le problème est que la cuisine proposée est souvent grasse et les quantités pas toujours adaptées à votre appétit. 
    La solution : Faire les bons choix ! Des crudités ou une soupe en entrée, et ensuite un plat avec du poisson ou une viande blanche. Demandez un supplément légumes ou une salade. Mettez de côté la sauce. Faites l'impasse sur le fromage et le dessert. Prenez un fruit et un yaourt en rentrant

    7) Vous ne faites pas de sport

    Dommage car justement vos besoins énergétiques ont baissé, d'où la nécessité d'augmenter votre dépense physique. 
    La solution : Essayez une activité qui vous plait et que vous allez pratiquer plusieurs fois par semaine : vélo, danse, randonnée, jardinage... Tout plutôt que de vous désespérer devant la télé !

    8) Vous avez plus de graisses et moins de muscles

    Votre corps perd en fermeté. Le risque en maigrissant est de perdre du muscle.
    La solution : consommez des protéines à chaque principal repas : oeufs, poisson, viande blanche, jambon blanc sans oublier les légumineuses (lentilles, flageolets...).

    9) Vous faites de la rétention d'eau

    C'est hormonal hélas et en plus vous avez sûrement aussi un peu de cellulite. 
    La solution :  des  préparations ou des aliments drainants qui vont en plus stimuler vos reins. Optez pour des aliments riches en potassium comme l'asperge, le fenouil, le poireau, la banane, détoxifiants à souhait !

    10 ) Vous n'avez pas soif

    La sensation de soif diminue avec les années et donc vous ne buvez pas. Résultat vous éliminez moins bien les déchets de l'organisme et brûlez moins.  
    La solution : Prenez des thés, ajoutez des zestes d'agrumes dans vos bouteilles d'eau, prenez des bouillons, des tisanes... et consommez des légumes et fruits riches en eau, peu caloriques et  qui en plus vont vous caler grâce à leurs fibres. Au rang des plus hydratants : le concombre, la courgette, la salade et la pastèque.

    Menu type pour mincir après 45 ans

    Petit déjeuner :
    Café ou thé sans sucre
    2 tranches de pain complet + 10g de beurre et 1 c à café de confiture.
    1 yaourt nature
    1 kiwi



    Déjeuner :
    Asperges avec 1 c à s de vinaigrette allégée (3 c d'huile de colza + 1 c d'eau + 1 c de vinaigre + 1 demie cuillère de moutarde) + cerfeuil
    Pâtes (150g) aux fruits de mer et poivrons
    1 c à c bombée  de parmesan
    Fraises



    Après midi :
    thé sans sucre
    Si faim :
    1 yaourt sucré à l'aspartame


    Dîner :
    Gaspacho avec bâtonnets de concombre
    Loup au fenouil + citron + 1 c d'huile d'olive
    1 fromage blanc à 20% de MG avec quelques framboises.


    Soirée : 
    Tisane

    Nadine Ker Armel

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La poire

    Le poirier serait, comme beaucoup de fruits, originaire de l’Asie Centrale. La culture proprement dite de la poire aurait commencé en Chine, plus de quatre mille ans avant notre ère.

    Si les grecs semblaient apprécier les poires, ce sont les Romains qui développèrent le plus grand nombre de variétés. On en recensait une bonne soixantaine à la fin de l’Empire romain.

    La diffusion des poires se fit ensuite progressivement dans toute l’Europe.

    De nombreuses variétés

    Rapidement, les variétés devaient s’améliorer et devenir plus nombreuses : on en comptait plus de deux cents à la Renaissance, près de cinq cents sous le règne de Louis XIV. A présent, l’éventail des variétés s’est encore enrichi et on en dénombre plusieurs milliers, dont une dizaine seulement ont une réelle importance commerciale. Les poires que nous consommons aujourd’hui sont nées pour la plupart au siècle dernier.

    Comment les choisir:Si les poires d’été se choisissent souples , il en va autrement pour les poires d’automne et d’hiver. Ces fruits ont besoin, pour mûrir, d’une période de froid qu’ils ne peuvent connaître sur l’arbre.

    Nos grands parents le savaient bien et les récoltaient légèrement verts et les laissaient mûrir dans un fruitier ou un cellier.

    Aujourd’hui, si l’on achète des fruits un peu fermes, il est nécessaire de les laisser s’affiner dans un compotier ou une corbeille à fruits.

    Comment les conserver:Les poires d’automne et d’hiver peuvent donc se conserver quelques jours. Les variétés d’été n’ont pas cette particularité et doivent au contraire être consommées dès leur achat.

    Mais quelque soit la saison, une poire mûre n’attend pas.

    Variétés et calendrier

    On peut classer les poires en trois groupes selon leur période de récolte et de commercialisation.

    Les poires d’été  qui représentent 50 % de la production. Elles sont récoltées de mi-juillet à septembre et commercialisées jusqu’en octobre. Il s’agit de la Guyot et de la Williams.

    Les poires d’automne représentent environ 30 % de la production totale. Elles sont récoltées de mi-septembre à novembre et commercialisées jusqu’en février-mars. Il s’agit de la Comice, de la Beurré Hardy, de la Conférence et de variétés moins courantes comme la Louise Bonne d’Avranches, l’Alexandrine Douillard.

    Quant aux poires d’hiver, elles représentent 20 % de la production. Il n’en existe qu’une seule variété : la Passe Crassane qui arrive à maturité fin octobre et est commercialisée de décembre à mars après être restée plusieurs semaines en chambre froide.

    Valeur nutritionnelle

    Riche en eau, la poire  contient essentiellement des glucides qui lui confère son apport énergétique : 50 kcal /100 g en moyenne.

    Cette teneur en glucides varie selon les variétés et le degré de maturité du fruit.

    Les fibres de la poire, en moyenne 2,3 g/100 g sont plus ou moins abondantes et sont fonction des variétés.

    Composition nutritionnelle pour 100 g

    Glucides
     12 g
    Protides
    0,3 g
    Lipides  
    0,1 g
    Eau  
     84 g
    Fibres alimentaires
    2,3 g
    Apport énergétique 
    50 kcal

    Recettes

    Eventail de poires au fromage
    Pancakes de poires au citron
    Mixfrais poire orange

    Françoise Pradier

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire